Sexe sur TikTok : des contenus suggestifs réservés aux adultes

Sexe sur TikTok : des contenus suggestifs réservés aux adultes

Afin de protéger davantage les mineurs sur sa plateforme, TikTok va permettre aux créateurs de restreindre leurs contenus suggestifs aux plus de 18 ans. Une mesure qui part d'une bonne intention, mais qui pourrait ouvrir la porte à des abus...

Comme tout réseau social, TikTok a son lot de dérives, notamment quant à la protection de son jeune public, auprès de qui il est extrêmement populaire. Il se retrouve régulièrement au cœur de scandales, notamment à cause de l'exposition des mineurs à des contenus dangereux – qui vont même jusqu'à entrainer la mort de certains utilisateurs –, violents et sexuels. Les enfants et les adolescents se retrouvent donc exposés massivement à des contenus inappropriés pour leur âge, car ils ne sont pas conscients des risques qu'ils encourent ni ne sont assez mûrs émotionnellement. Heureusement, il existe des outils qui permettent aux parents de protéger leurs enfants lorsqu'ils naviguent sur le réseau social chinois (voir notre fiche pratique).

TikTok a mis en place et continue d'améliorer ses algorithmes pour repérer les vidéos à caractère sexuel et les propos haineux. Il vient tout juste d'interdire les livestreams au moins de 18 ans et de passer l'âge minimum pour en organiser à la majorité suite à de nombreux incidents où des spectateurs âgés payaient des adolescents pour se dénuder en ligne. La plateforme annonce dans un communiqué qu'elle étend cette fonction de contrôle d'audience en permettant aux créateurs de restreindre leurs vidéos aux plus de 18 ans. Une interdiction qui risque de ne pas être efficace, étant donné qu'elle se base sur l'âge indiqué sur les profils utilisateurs, et qui pourrait bien ouvrir de nouvelles perspectives — notamment financières — au réseau social chinois.

TikTok : une fonction de contrôle d'audience ambivalente

La fonction de contrôle d'audience s'inscrit en apparence dans l'effort continu de TikTok pour avoir la main mise sur le contenu de la plateforme et ainsi mieux protéger les mineurs. Pour rappel, les directives communautaires de TikTok interdisent la nudité, l'activité sexuelle et les contenus sexuellement explicites. Le contenu sexuellement suggestif ne peut quant à lui pas apparaître dans les recommandations du fil "Pour toi". Désormais, les créateurs pourront restreindre l'accès des adolescents aux contenus suggestifs "limites" qui ne violent pas directement les directives communautaires — et échappent donc aux algorithmes. "En identifiant les contenus sexuellement suggestifs ou explicites, nous avons empêché les comptes adolescents de visionner plus d'un million de vidéos ouvertement suggestives au cours des 30 derniers jours seulement", explique le géant chinois, tout en avouant avoir du mal à détecter le contenu "borderline" (mentions et apologie du suicide et des troubles alimentaires, promotion de l'inceste, mutilations...).

Le projet a été testé au début de l'année 2022 et devrait être accessible dans le monde entier dans les prochains mois. Même s'il part certainement d'une bonne intention, cet outil pourrait cependant ouvrir la porte à d'autres problèmes et entrainer des abus. Il pourrait notamment rendre TikTok un peu plus permissif envers le contenu restreint et attirer un nouveau public et type de contenu, un peu comme OnlyFans et Mym (Me Your More), qui permettent aux utilisateurs de prendre un abonnement auprès de leurs créateurs et influenceurs en échange de contenus exclusifs. Bien évidemment, le contenu à caractère sexuel a fini par être majoritaire — c'est ce qui rapporte le plus. La porte est désormais ouverte à un business bien juteux grâce à la monétisation de contenus suggestifs qui frôlent les limites.

"Notre objectif a toujours été de nous assurer que notre communauté, en particulier les adolescents sur notre plateforme, ait une expérience sûre, positive et joyeuse quand ils viennent sur TikTok", écrit la société. "Nous avons déjà pris des mesures importantes pour aider à garantir que leurs flux sont remplis de contenus appropriés pour eux, et ces améliorations marquent une prochaine étape importante pour atteindre cet objectif." Toujours est-il que tant que le réseau social ne vérifiera pas efficacement l'âge des utilisateurs au moment de leur inscription, il aura bien du mal à réellement protéger les mineurs — même s'il faut avoir obligatoirement 13 ans pour s'inscrire, beaucoup mentent sur leur âge véritable.