Nothing Phone (1) : caractéristiques, prix, test

Nothing Phone (1) : caractéristiques, prix, test

Une nouvelle marque de smartphone en 2022 ? Et pourquoi pas ! Les anglais de Nothing tentent l'aventure avec leur tout premier modèle sobrement baptisé Phone (1). Un appareil de milieu de gamme qui mise principalement sur son design.

L'arrivée d'un nouvel acteur, ambitieux, dans l'univers des smartphones reste un événement et on peut dire que la jeune marque Nothing s'en est donné à cœur joie pour faire le buzz autour de son premier modèle. Après des mois de communication reposant sur pratiquement rien d'autre que quelques éléments techniques assez standards et une identité visuelle mystérieuse, Carl Pei, l'un des fondateurs de OnePlus qu'il a quitté en 2020 et patron de Nothing a finalement révélé le Nothing Phone (1) au tout début de l'été. Au programme, un smartphone de milieu de gamme qui va devoir affronter les géants du marché déjà bien ancrés sur ce terrain qui regorge de modèles signés Samsung, Oppo, Xiaomi ou Honor. Et pour se démarquer, Nothing, qui n'a pour le moment produit que des écouteurs sans fil, mise avant tout sur le design. Son smartphone est-il suffisamment bien armé pour rivaliser ?

Quelles sont les caractéristiques techniques du Nothing Phone (1) ?

Alors qu'il devient très difficile de distinguer un modèle de smartphone vis à vis d'un autre, Nothing propose une nouvelle approche pour ne pas passer inaperçu. La marque n'en oublie pas pour autant de soigner ce qui se trouve sous le capot.

Design. S'il y a bien un élément qui distingue le Nothing Phone (1) des autres smartphones, c'est bien son design. À l'avant évidemment, rien de moins traditionnel qu'un écran Amoled de 6,55 pouces flanqué d'un poinçon niché en haut à gauche pour laisser passer la caméra frontale. À l'arrière en revanche, c'est une tout autre histoire. Le mobile, disponible en nouir ou en blanc, se dote d'un boîtier transparent lassant voir une partie des entrailles de l'appareil. Mais surtout, il s'orne de glyphes de leds blanches. Ceux-ci soulignent les contours des capteurs photos et de la bobine de recharge sans fil et pointent vars le port de connexion USB-C.

© Nothing

Décoratifs, ils ont aussi deux fonctions. La première consiste à informer de l'arrivée de notifications à l'aide de clignotements variés. Chaque glyphe peut s'illuminer indépendamment des autres. Pratique lorsque le smartphone est posé à plat sur l'écran. Le second usage de ces glyphes constitués de Leds dont l'intensité lumineuse reste assez importante, est d'illuminer une scène pour prendre une photo par exemple (même si un flash standard épaule les capteurs photos). Hormis ce dos pour le moins original, le Nothing Phone (1) adopte un design proche de ceux conçus par Apple. Les tranches sont plates et cerclées d'aluminium et les boutons de mise sous tension et de volume disposés de la même façon que sur les iPhone. Le tout profite d'une certification IP53 qui protège le smartphone contre les éclaboussures mais pas plus. Attention donc aux chutes dans l'eau ou aux environnements très poussiéreux.

© Nothing

Affichage. Pour son premier modèle de smartphone, Nothing a opté pour une dalle Oled de 6,55 pouces d'une définition de 2400 x 1080 pixels pour un taux de rafraîchissement de 120 Hz. L'écran se révèle ainsi plutôt lumineux mais reste dans les standards du marché du milieu de gamme. Le rafraîchissement à 120 Hz octroie une fluidité plutôt agréable. On notera aussi que l'écran dissimule un lecteur d'empreinte digital assez réactif pour déverrouiller l'appareil.

Processeur. Avec le Phone (1), Nothing inaugure un processeur Snapdragon 778G+ développé par Qualcomm spécialement pour la marque. C'est grâce à lui que l'appareil profite de la charge sans fil. Côté performances, la puce n'a pas à rougir face aux ténors du marché. La réactivité est au rendez-vous. Nous n'avons rencontré aucun ralentissement lors de notre utilisation. Épaulé par 8 Go de mémoire vive le Snapdragon 778G+ a su conserver une température raisonnable, même pendant les fortes chaleurs de l'été.

Autonomie. Sur ce point, Nothing rejoint une nouvelle fois les standards du marché. L'appareil embarque une batterie de 4500 mHa qui lui permet de tenir largement la journée sans repasser par la case recharge. Attention : l'usage excessif des glyphes de leds peut faire chuter son autonomie. Par ailleurs, il est bon de noter que Nothing ne fournit aucun chargeur dans la boîte. La marque propose en option un chargeur USB de 45 W facturé 35 €. N'importe quel autre chargeur pourra toutefois faire l'affaire d'autant que celui proposé par Nothing se montre plus puissant que nécessaire puisque le smartphone accepte une recharge filaire de 33 W au maximum. L'appareil peut aussi être rechargé sans fil (15 W) et permet également la charge inversée pour refaire le plein de vos écouteurs par exemple.

© Nothing

Système. Le Nothing Phone (1) tourne sous Android 12 relevé d'une sobre surcouche logicielle NothingOS. Elle reprend le design de la marque avec sa typographie facilement identifiable.

Évidemment, on y trouve un menu de réglages pour gérer les glyphes à l'arrière du smartphone afin de choisir parmi les différents scenarii de clignotement pour les notifications et appels. Petit regret : il n'est pas possible de composer soi-même les séquences d'allumage des glyphes. Plus qu'à espérer qu'une mise à jour logicielle permette d'en faire ce que l'on veut. Enfin, Nothing indique assurer 3 ans de mise à jour majeure d'Android (de quoi aller jusqu'à Android 15 donc) et 4 ans de mise à jour de sécurité.

Photo. À l'heure où les constructeurs de smartphones rivalisent d'ingéniosité pour multiplier les capteurs photos sur leurs appareils, Nothing joue la carte de la sobriété. Le Phone (1) n'embarque ainsi que deux modules. Le premier est un capteur de 50 Mégapixels (Mpx) et le second un module ultra grand angle / macro de 50 Mpx lui aussi. Dans l'ensemble, les deux capteurs produisent des résultats très corrects. Avec une lumière optimale, l'appareil délivre des clichés de bonne facture en respectant les couleurs naturelles. Le piqué est également au rendez-vous.

En mode ultra grand-angle, le résultat se montre moins saisissant avec une légère perte de détails et de légères déformations en bordure. Néanmoins, l'appareil fournit des clichés tout à fait exploitables.

Enfin, le mode macro reste très appréciable et permet de produire des photos originales même si son utilisation se révèle moins fréquente.

Avec les photos en basse lumière, le Nothing Phone (1) se montre un peu moins à l'aise. Même après la mise à jour en version 1.1.3 du système intervenue deux semaines après réception de l'appareil et sensée améliorer les prises de vue de nuit, les résultats peinent à convaincre. Cette petite mise à jour a toutefois le mérite de réduire le temps de pose nécessaire à la capture du cliché (et diminue ainsi les risque de photos floues). L'appareil délivre ainsi des clichés corrects pour peu que l'on ne veuille pas y rechercher des détails. Notez que pour les portraits en basse lumière, il est possible de mettre les glyphes Led placés à l'arrière du mobile à contribution afin de profiter de plus de lumière. Il en résulte des clichés plus détaillés mais aussi plus froids.

Pour les selfies, la marque a opté pour un capteur de 16 Mpx. Il offre des performances satisfaisantes mais n'égale pas ce que peut proposer Vivo par exemple.

Que vaut le Nothing Phone (1) ?

Nous avons pu utiliser le Nothing Phone (1) pendant plusieurs semaines. Et il apparaît évident que ce mobile ne laisse pas indifférent. Son design évidemment titille la curiosité. Nombre de personnes croisées ont d'abord pris le Phone (1) pour un iPhone recouvert d'une coque " geek " originale. La forme du mobile, ses tranches, ses capteurs… tout est inspiré de l'iPhone. Les glyphes ont aussi leur petit effet sur l'assistance. En apparence gadget, ils se révèlent toutefois vite utiles pour ne pas manquer les notifications… à condition d'accepter de poser le smartphone à plat sur l'écran pour en profiter. Passé cette bonne surprise du design, nous avons retrouvé un smartphone de milieu de gamme assez classique. Nous avons apprécié la simplicité de Nothing OS même si l'on aurait apprécié de profiter de plus d'option de personnalisation, en particulier sur la gestion des glyphes. Le comportement du mobile ne nous a pas déçus. Même pendant les fortes chaleurs, l'appareil est resté fluide et réactif sans jamais surchauffer. Quant à la partie photo, pour le prix demandé, le Nothing Phone (1) propose des prestations tout à fait correctes. Un appareil qui convient à ceux qui recherchent un peu de modernité et d'originalité sans sacrifier aux performances dans un univers de smartphones toujours un peu austère.

Quel est le prix du Nothing Phone (1) ?

Le smartphone de milieu de gamme se décline en trois versions. Une première configuration 8-128 Go est facturée 469 euros. Une version intermédiaire, 8-256 Go affiche quant à elle un prix de 499 euros. Enfin, la version la plus solide, 12-256 Go est commercialisée à 549 euros. Les tarifs le placent au-dessus de la gamme Galaxy A de Samsung mais face à l'Oppo Find X3 et surtout directement en concurrence frontale avec le OnePlus Nord issu de la société cofondée par Carl Pei.

Guide téléphones