Test du Google Pixel 7 : un rapport qualité/prix imbattable

Test du Google Pixel 7 : un rapport qualité/prix imbattable

Avec le Pixel 7, Google continue de déployer des trésors d'intelligence artificielle pour garder la maîtrise de la photographie. Et malgré quelques sacrifices matériels, ce nouveau smartphone profite d'un excellent rapport qualité/prix.

Salués par la critique année après année, les smartphones du géant américain Google restent paradoxalement anecdotiques sur le plan commercial face aux mastodontes comme Apple, Samsung, Xiaomi ou encore Oppo. Néanmoins, cette année, avec les Pixel 7, Google a décidé de frapper fort. Les pubs qui inondent les chaînes de télévision et les vidéos sur YouTube pourraient bien finalement modifier le regard des acheteurs potentiels encore méfiants et leur faire franchir le pas.

Il faut dire que le Pixel 7 a plus d'un tour dans son sac. Ce smartphone performant au quotidien sait se transformer en photographe hors pair dès que l'occasion se présente. Un modèle à la fois polyvalent et techniquement solide qui se décline, comme l'an dernier, dans une version Pro plus grande, encore mieux armée pour la photo, mais aussi plus chère évidemment. Pour autant, est-ce que ce nouveau Pixel 7 réussit à se démarquer dans une gamme de prix très encombrée pour séduire les nouveaux arrivants et même ceux qui tâtent du Pixel depuis quelques années ? Voici ce que nous avons retenu du Pixel 7 après avoir passé quelques semaines en sa compagnie.

© Google

Google Pixel 7 : un design atypique et confortable

Avec les Pixel 6 et 6 Pro lancés l'an passé, Google avait chamboulé le design de ses smartphones en adoptant une ligne facilement identifiable devenue depuis une véritable signature. Avec cette nouvelle génération, la firme de Mountain View continue de surfer sur sa vague. Le Pixel 7 conserve ainsi, au dos, cette fameuse barre transversale regroupant les modules photo. Google a néanmoins corrigé un peu sa copie. Ce bloc que d'aucun trouvait un peu trop imposant a été remanié pour apporter un peu plus de douceur. Il se montre moins imposant et adopte des courbes qui le rendent moins massif. Il est par ailleurs rehaussé d'une couche d'aluminium qui lui donne pas mal de cachet.

© Google

Quant au dos de l'appareil, il se voit recouvert d'une couche de verre Gorilla Glass Victus d'un bel effet même si elle accroche très volontiers les traces de doigts. On s'empressera vite, de toute façon, de revêtir le smartphone d'une coque de protection pour éviter rayures et autres impacts.

Le verre est élégant mais les traces de doigts rapidement légion. © CCM

Le gabarit de l'appareil a lui aussi subit une remise en forme. Le boîtier tout d'abord connaît un léger coup de rabot, passant de 163 x 74,8 x 8,9 mm pour le Pixel 6 à 160,5 x 73,2 x 8,7 mm. L'appareil perd aussi une dizaine de grammes (207 g pour le Pixel 6 contre 197 g pour le Pixel 7). Résultat, on profite d'un smartphone très agréable en main, au gabarit suffisamment affiné pour être manipulé d'une seule main. Une tendance qui se fait rare en 2022 avec des modèles toujours plus grands nécessitant bien souvent l'utilisation des deux mains pour assurer une bonne préhension. D'autant que côté face, l'écran parfaitement plat (comprenez sans bords incurvés) conserve une surface d'affichage tout à fait correcte de 6,3 pouces. On en oublierait presque les fines bordures qui l'entourent.

© Google

Un gabarit donc assez compact, qui tient aisément dans une poche de jean et finalement assez grand pour rester confortable. Un très bon équilibre. Enfin, l'appareil profite d'une certification IP68 qui indique qu'il résiste à la poussière et peut tomber dans l'eau.

Google Pixel 7 : des performances sans étincelle

Comme le Pixel 6 sorti l'an passé, le Pixel 7 adopte un écran plat Oled. Il offre une définition Full HD+ de 2400 x 1080 pixels pour une résolution de 416 ppp et un rafraîchissement fixé à 90 Hz au maximum. La dalle est de très bonne facture et témoigne d'une excellente luminosité et d'une colorimétrie précise. On note au passage la disparition d'un réglage de couleur. Le Pixel 6 propose des couleurs Naturelles, Adaptatives ou Réhaussées. Sur le Pixel 7 seuls les deux premiers paramètres restent accessibles. Tant pis pour ceux qui aiment des couleurs qui claquent. Le Pixel 7 est animé par la puce maison Tensor G2 épaulée par 8 Go de mémoire vive et 128 ou 256 Go d'espace de stockage. Au regard des scores obtenus avec les différents tests que nous lui avons fait subir, il ne décroche certainement pas la première place. Il fait même jeu égal avec son aîné le Pixel 6 avec le test d'Antutu 9.

 

Google Pixel 7

Honor 70

Google Pixel 6

Antutu 9

734 656

556 274

715 692

Gfx Bench (fps)

86

50

65

GeekBench (Compute)

4 159

2 427

7 312

Pas de quoi s'alarmer toutefois. Au quotidien, aucune limitation ne se fait sentir. Les performances sont au rendez-vous, y compris en jeu où, là, le Pixel 7 fait mieux que son prédécesseur. L'appareil s'acclimate de la grande majorité des jeux 3D disponibles. Pour les plus gourmands, il faudra faire quelques concessions sur le niveau de détails graphiques, mais sans que cela ne devienne trop gênant et ne perturbe le plaisir de jouer. Attention toutefois à la chauffe : lorsqu'il est très fortement sollicité, l'appareil a tendance à monter en température. Quelques petites pauses s'imposent.

Google Pixel 7 : des photos et vidéos irréprochables

C'est bien évidemment sur le terrain de la photo que l'on attend les Pixel. Et ce Pixel 7 ne déçoit pas, même s'il est moins bien équipé que son grand frère le Pixel 7 Pro. Pour réaliser vos clichés, l'appareil embarque ainsi un capteur grand angle de 50 Mpx et un ultra grand angle de 12 Mpx. Il s'agit des mêmes modules du Pixel 6 Pro. Son grand frère, le Pixel 7 Pro profite en plus d'un téléobjectif. On note, et on déplore également, l'absence d'un autofocus sur le module ultra grand angle. Conséquence immédiate : oubliez les photos macro. Dommage lorsque bon nombre de smartphones dans cette gamme de prix, proposent cette fonction plus ou moins bien maîtrisée, il faut le reconnaître. Ainsi, contrairement à la concurrence sur Android, Google ne joue pas dans la surenchère du mégapixel ou de l'optique. Il n'en a pas besoin puisque sa force se niche ailleurs : dans la maîtrise des algorithmes de traitement d'image pour lesquels sa puce Tensor G2 joue un rôle central. Et, encore une fois, on ne peut qu'être bluffé par les résultats. Avec le module grand angle, l'appareil délivre en plein jour des clichés remarquables. Difficile de le piéger. Le piqué impressionne, les détails sont saisissants et les couleurs particulièrement fidèles.

De nuit, la réputation de Google dans la maîtrise de l'exercice se confirme. Les détails, même s'ils se voient légèrement dégradés, demeurent parfaitement lisibles. Les éléments de l'image ne pâtissent pas d'un traitement de lissage trop agressif comme c'est souvent le cas sur les smartphones de la même tranche de prix.

Le mode photo nocturne produit lui aussi des résultats très spectaculaires. Les algorithmes de la firme effectuent un travail remarquable, inimaginables même avec la prévisualisation remplie de bruit numérique affichée à l'écran lors de la prise de vue.

Le module ultra grand angle quant à lui permet d'obtenir des clichés très satisfaisants. La perte de détails est minime, les couleurs demeurent assez fidèles et la distorsion sur les bords bien maîtrisée. On prend réellement plaisir à utiliser ce mode. En revanche, lorsque la lumière décroit, l'exercice devient difficile. L'appareil s'en sort plutôt bien avec toutefois une légère tendance à tirer vers le jaune.

Pour les portraits, le Pixel 7 répond aussi présent. Le détourage pour l'effet Bokeh (le flou d'arrière-plan) se révèle doux et net, y compris pour les cheveux un peu ébouriffés ou bouclés. Pour les selfies, Google a modifié le capteur frontal de l'appareil. On passe ainsi d'une caméra 8 à 10 Mpx. Les résultats sont là encore très bon, très nets et bien détaillés.

Reste le zoom. Contrairement au modèle 7 Pro, le Pixel 7 ne bénéficie pas de téléobjectif. Il faudra donc se contenter du zoom numérique proposé par l'appareil baptisé Super Rez Zoom. Selon la firme, l'intelligence artificielle vient au secours du recadrage du cliché pour effectuer un zoom propre en 2x et produire des images de 12 Mpx à l'aide du capteur principal de 50 Mpx. Si le résultat est loin d'être spectaculaire, il reste assez exploitable, à condition de ne pas trop chercher les détails. Il permettra, dans certaines situations, de capturer des sujets un peu trop éloignés et immobiles sans grande perte de qualité. L'appareil propose de grimper à un zoom 8x mais là, c'est sans surprise assez flou et inexploitable. Tout juste bon à être utilisé comme longue vue d'appoint.

Quant à la vidéo, le Pixel 7 permet de filmer en 4K à 60 images par seconde. Il profite d'une stabilisation très efficace qui ne fait pas défaut pour réaliser des travellings à pied en compensant les à-coups de façon très satisfaisante. Google a également introduit un mode cinématique qui fonctionne comme celui proposé par Apple depuis les iPhone 13 Pro sortis l'an passé. Il permet de faire varier le point entre le sujet eu premier plan et un autre élément à l'arrière-plan à la volée. Une fonction amusante mais mal maîtrisée. Une sorte de halo entoure les élément sur lesquels s'effectue le point. Et c'est pire lorsqu'il y a du mouvement Le flou a tendance et se mélanger les pinceaux. Un outil que Google va devoir perfectionner.

Google Pixel 7 : un Android comme on l'aime

Appréciable aussi sur les Pixel, la version d'Android qui les anime. Sur le Pixel 7 on profite bien évidemment de la dernière mouture en date, Android 13. Une interface très fluide, sans fioriture mais qui n'en demeure pas riche pour autant. Nous n'avons rencontré aucune saccade, aucun ralentissement. On apprécie aussi l'aspect graphique Material You propre à Android déployé ici dans toute sa splendeur ainsi que le mode Monet qui adapte l'interface général des menus en fonction des couleurs du fond d'écran.

Ici et là quelques fonctions propres aux smartphones de la firme donnent encore plus un côté exclusif comme l'enregistreur audio qui permet de retranscrire à la volée ce qui est dicté ou encore la fonction incluse dans Google Photos qui permet d'ôter le flou sur des clichés même anciens et présents dans la photothèque.

Notons enfin que le Pixel 7 fête également le grand retour de la reconnaissance faciale pour déverrouiller l'appareil. Elle se montre rapide et performante et vient épauler le déverrouillage par empreinte grâce au capteur placé sous l'écran.

Enfin, dernier avantage des Pixel vis-à-vis d'Android : ils restent les smartphones à profiter en premier des mises à jour du système. Et pour ce Pixel 7, Google promet trois ans de mises à jour majeures et cinq ans de mises à jour de sécurité. De quoi voir venir.

Google Pixel 7 : une autonomie correcte mais une charge trop lente

Le Pixel 7 s'appuie sur une batterie de 4355 mAh. Sa capacité est donc légèrement inférieure à celle de son prédécesseur (4614 mAh pour le Pixel 6). De quoi craindre pour l'autonomie de l'appareil ? Pas vraiment. Avec un usage classique – surf sur Internet, messages SMS et WhatsApp, quelques vidéos sur YouTube, une bonne vingtaine de clichés, et un peu de navigation avec Maps – l'appareil a aisément tenu la journée et demie. Bien loin des 72 heures clamées haut et fort par Google dans ses publicités. Nous ne sommes jamais parvenu à tenir aussi longtemps. Et attention également à ne pas trop tirer sur la corde. À défaut de pouvoir utiliser des batteries de plus grande capacité – et donc plus encombrantes et plus lourdes – nombre de constructeurs de smartphones Android mènent une bataille acharnée sur la fonction de recharge rapide. Vivo a même dévoilé récemment un smartphone capable de refaire le plein de 0 à 100 % en 15 mn à l'aide d'un chargeur de 200 W. La charge rapide semble donc être le nouveau nerf de la guerre… sauf chez Google. Le smartphone, livré sans chargeur, accepte une recharge à 20 W au maximum. Inutile donc de vous ruer sur le chargeur 30 W proposé en option à 29 € sur le Google Store. Résultat, la charge se révèle très lente. Il nous aura fallu 1h50 pour refaire le plein. L'appareil propose une recharge sans fil mais il faudra là se montrer encore plus patient. La recharge est donc le principal défaut de ce Pixel 7.

Google Pixel 7 : un rapport qualité/prix imbattable

Alors que tous les constructeurs suivent les cours de l'inflation et appliquent une hausse des tarifs, on peut saluer le parti pris de Google. La firme de Mountain View n'a pas fait évoluer le prix de son Pixel 7 par rapport au Pixel 6 sorti l'an passé. On dispose ainsi d'un excellent smartphone particulièrement doué pour la photo affiché au prix d'un appareil de milieu de gamme. Sur ce terrain, il peut rivaliser sans complexe avec des smartphones au tarif bien plus élevé comme un Honor Magic 4 Pro voir un Oppo Find X 5 Pro. À noter que le Pixel 7 est disponible en trois coloris : vert citron, neige ou noir volcanique. Il est décliné en deux versions 128 ou 256 Go (comptez 100 € de plus pour cette dernière). Une version qu'il vous faudra peut-être privilégier si vous êtes adepte de tournage vidéo. En effet, le tiroir de la carte SIM ne peut pas accueillir de carte microSD.

Enfin demeure la question du choix. Si vous êtes déjà utilisateur d'un Pixel 6, passer au Pixel 7 présente finalement peu d'intérêt, à part celui de profiter d'un an de mise à jour supplémentaire. Les écarts techniques entre les deux modèles sont trop ténus. En revanche, si vous disposez d'un modèle antérieur, là, le Pixel 7 peut valoir le coup avec une vraie montée en puissance et pas mal de nouvelles fonctions.

Guide téléphones