La Poste va lancer un timbre numérique en 2023

La Poste va lancer un timbre numérique en 2023

La Poste va lancer en 2023 le premier "timbre numérique" : un code alphanumérique obtenu via une application mobile qui permettra d'affranchir facilement du courrier. Un pas en avant dans la numérisation des services postaux.

La Poste s'apprête à lancer une innovation étonnante : le timbre numérique. Début 2023, le groupe public va en effet enrichir son application mobile – disponible pour Android et iOS et qui sera mise à jour pour l'occasion – d'une nouvelle fonction baptisée Timbre digital – encore cet anglicisme malheureux… – qui permettra d'acheter un timbre virtuel via un smartphone ou une tablette à n'importe quel moment pour affranchir une lettre. Le concept est très simple : l'application génère un code alphanumérique unique à huit caractères – chiffres et lettres –, puis de le recopier à la main, au stylo de préférence, sur une lettre à affranchir, à la place du traditionnel timbre collé, puis de glisser l'enveloppe dans n'importe quelle boîte aux lettres. Un code valable huit jours, mais à n'utiliser qu'une seule fois, évidemment : les machines trieuses de l'opérateur se chargent en effet d'analyser le courrier ainsi affranchi et de valider l'utilisation du code détecté à sa première apparition, pour éviter toute fraude. 

Le timbre numérique : un simple code à recopier à la main

Le timbre numérique  "donne la possibilité à tous, quel que soit le lieu ou l'horaire", de poster un courrier "sans avoir de timbre sous la main, grâce à un code unique à huit caractères acheté sur l'application La Poste, en trois clics", explique l'opérateur dans son communiqué, en se félicitant de cette "véritable prouesse industrielle et technologique qu'aucune autre poste dans le monde n'est parvenue à lancer" – même si un procédé similaire existe déjà en Suisse, où l'on peut recevoir un code par SMS. Cette solution complémentaire aux timbres existants – y compris à ceux que l'on imprime à la maison – permettra d'affranchir rapidement sa correspondance courante pour des envois de courriers de moins de 20 g à destination de la France. Un moyen de dépannage plus que bienvenu, pour les personnes ne possédant pas d'imprimante ou ne souhaitant pas faire la queue dans un bureau de poste, par exemple.

© La Poste
© La Poste
© La Poste

Pour développer cette solution simple et astucieuse, groupe La Poste a fait appel à Probayes, sa filiale spécialisée dans la data et l'intelligence artificielle, rachetée en 2016. Il a ainsi pu créer des algorithmes issus de la cryptographie, qui permettent "de générer plusieurs millions de codes sécurisés avec seulement huit caractères" qui seront "suffisamment différents les uns des autres pour à la fois tolérer de faibles erreurs de lecture et réduire au maximum le risque de fraude". Actuellement en cours d'expérimentation, ce service de dépannage illustre l'accélération du plan de transformation numérique du groupe.

La Poste : un groupe en pleine transformation numérique 

Cette innovation intervient au sein d'un plan beaucoup plus large de La Poste, qui compte investir 800 millions d'euros d'ici 2025 dans son réseau et dans la digitalisation de ses services dans le cadre de son plan stratégique "La Poste 2030 : engagée pour vous". Il comprend notamment la rénovation de ses bureaux et la modernisation indispensable de son réseau de distribution afin de répondre aux attentes et aux comportements des consommateurs, qui deviennent de plus en plus connectés et dépendants d'Internet. Il faut dire que le réseau postal s'est déjà beaucoup transformé avec une diminution de ses bureaux de poste, qui sont passés de 10 000 en 2012 à 7 000 aujourd'hui, de par une baisse massive de leur fréquentation. À la place, La Poste ouvre des relais chez les commerçants – elle en compte 3 000 à ce jour.

L'opérateur veut également profiter de l'essor de l'e-commerce pour diversifier ses points d'ancrage. Elle dispose déjà de 16 000 relais Pickup, des commerces de proximité (librairies, fleuristes, buralistes, épiceries...) dans lesquels il est possible de déposer ou de retirer ses colis, et 700 consignes Pickup, qui permettent aux clients de retirer ou de déposer des colis dans ses bureaux de poste, en gare ou dans les enseignes de la grande distribution. Leurs avantages sont d'offrir plus d'accessibilité à ses clients, plus d'autonomie et surtout des horaires plus larges – les bureaux de poste sont connus pour fermer très tôt. L'objectif du groupe est d'avoir implanté 40 000 points de services en 2025.