Streaming gratuit : toutes les solutions

Streaming gratuit : toutes les solutions

Les services de vidéo en streaming proposent quantité de films, de séries, de dessins animés et de spectacles... à condition de s'abonner. Mais vous pouvez aussi profiter d'un très large choix de contenus sans rien dépenser.

La vidéo à la demande (VOD), avec ou sans abonnement, a toujours le vent en poupe. Selon le baromètre établi par le Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC) fin avril dernier, le marché de la VOD affichait en mars 2021 une croissance de plus de 16 %. Sur la plus haute marche du podium, Netflix s'accapare 66 % des utilisateurs suivi par Amazon Prime Video (35,9 %) et Disney+ avec 29,6 %.

Reste que pour profiter de ces services, il faut sortir le porte-monnaie. À partir de 7,99 € par mois pour Netflix, 8,99 € par mois pour Disney+, 6,99 € par mois pour Salto, 49 € par an pour Amazon Prime Video… Aussi bien fournis et riches en nouveautés soient-ils, les services de vidéo à la demande (SVOD) représentent un budget annuel non négligeable pour qui aime s'abreuver de films et séries à volonté. Et si vous avez une consommation irrégulière de ce type de contenu, l'abonnement ne vaut peut-être pas le coup.

Ça tombe bien puisque dans l'ombre des trois géants américains et de leurs catalogues, certes bien fournis mais incomplets, fourmille une véritable galaxie de sites et de services Web capables de combler votre soif de films et de séries quel que soit le genre recherché. Du film d'horreur au court métrage en passant par les films d'animation, les documentaires ou les séries complètement déjantées, il y en a pour tous les goûts et sans forcément avoir besoin de dégainer sa carte bancaire.

Pour cela, deux options s'offrent à vous. D'abord, vous tourner vers des plateformes qui diffusent du contenu tout à fait légalement. Il est parfois nécessaire de s'inscrire pour en profiter. Beaucoup proposent également une période d'essai – variant entre une semaine et un mois – au-delà de laquelle il faudra dépenser quelques euros mensuels pour continuer à pouvoir en apprécier le contenu. Aux côtés de ces plateformes, pullulent ensuite quantité de sites qui se moquent bien des règlementations en vigueur comme Wiflix, IllimiteStreaming, 4KStreamZ, Filmoflix ou encore Papystreaming pour n'en citer qu'une poignée. Dans son étude publiée en mars 2021, la Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet (Hadopi) indique que la part représentant le streaming illégal en 2020 s'élève à 29 % pour les films et à 27 % pour les séries. Les différentes périodes de confinement liées à la pandémie de Covid-19 ont poussé les consommateurs de ce type de service à s'y rendre de façon plus fréquente. Et il est vrai que la tentation est forte, d'autant que la Hadopi se contente toujours de surveiller et réprimander le téléchargement en P2P (peer-to-peer ou pair à pair en français).

Une situation qui devrait pourtant changer puisque la Haute autorité va fusionner avec le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) pour former une nouvelle structure : l'Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique (Arcom). Les sites de téléchargement direct et de streaming illégal figurent bien sûr dans son collimateur. Non seulement ces pratiques ne génèrent aucun revenu pour les créateurs et les producteurs de contenus (les fameux ayants droit), mais en plus, vous risquez de rapatrier sur votre ordinateur des fichiers infectés par des programmes malveillants (virus, chevaux de Troie, minage de cryptomonnaie, etc.). Un internaute averti en vaut deux.

Que dit la loi sur le streaming illégal sur Internet ?

Pas toujours évident de savoir si le site Web que vous avez sous les yeux et qui propose de visionner ou de télécharger un film ne vous fait pas endosser le rôle de pirate. Avant de tenter le diable, sachez ce que vous encourez et surtout, repérez les plateformes légales.

  • Profiter d'œuvres ou créations qui ne sont pas libres de droits est une pratique sanctionnée par la loi. Ce délit de contrefaçon est punissable par une peine maximale de trois ans d'emprisonnement et de 300 000 € d'amende. Dans la pratique, les sanctions appliquées sont rarement si lourdes. La contravention reste la sanction la plus utilisée. La Hadopi ne repère que l'utilisation illégale du peer-to-peer, comme le rappelle le site d'information du service public. Autrement dit, les plateformes de streaming illégales échappent à son contrôle... pour le moment. L'Arcom, la nouvelle structure formée par la fusion de l'Hadopi et du CSA devrait se pencher d'avantage sur le sujet puisqu'à l'heure actuelle, le risque de sanction concerne davantage le site qui met à disposition l'œuvre que celui qui la regarde.
  • Pour ne pas vous faire avoir, la Hadopi a mis un place un service vous permettant déjà d'obtenir une liste de sites et de plateformes Web (plus de 300 sont référencés) sur lesquels il est possible de regarder gratuitement et légalement des œuvres protégées par le droit d'auteur. Sur cette page Web, il suffit de choisir une catégorie de contenu (VOD, SVOD, Musique, jeu, etc.), de définir le type de lecture (streaming ou téléchargement) et le mode d'accès (gratuit, abonnement). Les résultats sont parfois maigres mais c'est un début et vous êtes sûr qu'on ne pourra rien vous reprocher.
  • Le CNC (Centre national du cinéma et de l'image animée) met également à disposition un moteur de recherche permettant de savoir si un film ou une série est accessible gratuitement sur une plateforme en ligne.  Il suffit de saisir le titre d'une œuvre pour voir apparaître les plateformes qui la proposent. Cependant, le CNC ne référence pas tous les sites légaux dans son moteur.

Comment regarder légalement des films et séries en streaming ?

Il n'y a pas que Netflix, Amazon Prime Video ou Disney+ pour se détendre devant un bon film ou rester scotché devant une série. Nous avons sélectionné pour vous sept sites Web et plateformes en ligne à utiliser via votre navigateur Web habituel, et parfois une application mobile, qui proposent du contenu varié, accessible en streaming et sans que vous ne dépensiez le moindre centime. Depuis un ordinateur, un smartphone ou une tablette, une simple connexion à Internet suffit pour profiter du contenu en ligne. Si vous souhaitez l'apprécier sur le grand écran du téléviseur, vous pouvez aussi lire notre fiche pratique Connecter un ordinateur à un téléviseur ou à un projecteur

Rakuten TV

Cette plateforme de vidéo à la demande en streaming est le fruit du rachat de l'espagnol Wuaki.TV par le géant du commerce en ligne japonais Rakuten (qui détient également le site PriceMinister, les liseuses Kobo ou le service de messagerie instantanée Viber par exemple). On y trouve évidemment un catalogue de films et de séries payants, mais aussi un vaste choix de contenus gratuits accessibles en streaming. S'y côtoient des films plus ou moins récents répartis dans plusieurs catégories (famille, comédie, drame, etc.) disponibles en version originale sous-titrée ou en version française. Pour y avoir accès, il est nécessaire de s'inscrire avec une simple adresse mail (aucune autre information n'est demandée). Seule contrainte, il faut accepter la présence de coupures publicitaires pendant le visionnage, comme lors de la diffusion de films à la télévision. Et n'essayez pas de ruser avec un bloqueur de publicité comme AdBlock. Il est automatiquement détecté.  

Accéder à Rakuten TV sur le Web

Télécharger Rakuten TV pour Android

Télécharger Rakuten TV pour iOS

Pluto TV

Fraîchement arrivé dans l'Hexagone, Pluto TV est un service d'origine américaine. Il dénote des plateformes de SVOD habituelles par son principe. D'abord, tout y est gratuit. Il faut en contrepartie accepter des coupures publicitaires pendant la diffusion. Ensuite, Pluto TV fonctionne comme un service de télé en direct et en replay. Sauf qu'au lieu de disposer des programmes des chaînes nationales, sont proposés des films et des séries avec des heures de diffusion et la possibilité de les regarder aussi à la demande. Heureusement, il est facile de s'y retrouver grâce aux diverses catégories recensées dans la colonne de gauche. Sur Pluto TV, on trouve essentiellement du contenu français mais aussi des films internationaux. Attention, tout ici est en français (aucune version originale sous-titrée n'est disponible). Enfin, dernier avantage : aucune inscription n'est nécessaire pour accéder au service.

Accéder à Pluto TV sur le Web

Télécharger Pluto TV pour Android

Télécharger Pluto TV pour iOS

YouTube

Au milieu de chaînes thématiques, de vidéos d'influenceurs en tout genre séquences de chatons trop mignons, difficile d'imaginer que le géant de la diffusion vidéo en ligne (qui appartient à Google) recense également des films complets. Pourtant, en cherchant un peu, et avec les bons mots clés, on arrive à dénicher des listes de lecture comprenant bon nombre de films dont quelques pépites. À commencer par Le grand détournement ; La classe américaine de Michel Hazanavicius et Dominique Mézerette qui n'est plus disponible ailleurs. Faites donc un tour sur Films complets en français et en HD ou sur Films complets en français sur YouTube pour évaluer les catalogues disponibles. On y trouve des films célèbres, comme Un prophète, JFK, Le Placard ou Mes meilleurs amis, mais aussi des classiques du cinéma comme Les Diaboliques, Metropolis, Une femme disparaît ou La maison du docteur Edwardes. Vous pouvez trouver une liste régulièrement mise à jour sur le site Sens Critique qui en recense plus de 400 ! Et pour les fans de VO sous-titrée, il existe également des chaînes dédiées. Par ailleurs, bien que Google surveille de près la mise en ligne illégale de contenus protégés par des droits d'auteur, il n'est pas rare de tomber sur des films qui ne devraient pas être présents (la qualité d'image et de son restant très aléatoire).

Accéder à YouTube depuis le Web

Télécharger YouTube pour Android

Télécharger YouTube pour iOS

MK2 Curiosity

Pour qui souhaite enrichir sa culture cinématographique, un petit détour par le site mis en place par le distributeur MK2 se révèle bien utile. Chaque semaine, on peut y découvrir cinq films issus du vaste catalogue de MK2. L'occasion de voir des œuvres inattendues. Mais attention, vous ne disposez que d'une semaine pour les apprécier gratuitement. Passé ce délai, la lecture reste possible, mais il faudra débourser quelques euros. MK2 Curiosity annonce fièrement ne pas utiliser d'algorithme pour établir sa sélection de films. On y trouve des œuvres de la nouvelle vague mais aussi des documentaires ou encore des commentaires de réalisateurs. Les contenus de MK2 Curiosity sont accessibles après inscription gratuite.

Accéder à MK2 Curiosity

La Cinémathèque

C'est lors du premier confinement au printemps 2020 que la Cinémathèque française a ouvert son propre site de vidéo à la demande baptisé Henri, en hommage à son fondateur Henri Langlois. On y découvre un film rare ajouté chaque jour. Des œuvres restaurées par les techniciens de la Cinémathèque rangées par auteurs ou par thématiques (Il était une fois le Western, Aurore noire, American Fringe, etc.). De véritables pépites pour cinéphiles passionnés ou avertis. Aucune inscription n'est requise. Le site ne présente pas la moindre publicité non plus.

Accéder à Henri depuis le Web

Internet Archive

Si vous cherchez un vieux film absent des plateformes de vidéo à la demande traditionnelles, tentez votre chance sur Archive.org. Plus de 31 000 œuvres du cinéma s'y côtoient. Ce site Web en accès libre et sans inscription est maintenu par une organisation à but non lucratif. Il conserve en version numérique aussi bien des livres que des émissions de télévision, des jeux vidéo, des pages Web, des musiques et des films tombés dans le domaine public. Bien qu'en anglais, il se montre aisé à manipuler. Vous y dénicherez sûrement la pépite que vous recherchez.

Accédez à Internet Archive depuis le Web

Movies Found Online

Comme son nom l'indique (films trouvés en ligne en français), ce site américain n'héberge aucun contenu. Il se contente de référencer les films disponibles sur d'autres plateformes (comme YouTube par exemple). Nous n'y avons déniché aucun film français. En revanche, de nombreux western se disputent la place. On y trouve également des grands classiques du cinéma ainsi que des films d'animation. Aucune inscription n'est requise mais nous vous conseillons vivement l'utilisation d'un bloqueur de publicités pour éviter d'être envahi par les pop-up.

Accéder à Movies found online depuis le Web

Quels sont les risques avec les services de streaming illégaux ?

À la longue liste des services de streaming vidéo parfaitement légaux, gratuits ou sur abonnement payant, s'ajoute une kyrielle de sites proposant également d'accéder à du contenu, mais de façon totalement illégale, à travers un simple navigateur Web sur ordinateur ou mobile (ils ne proposent évidemment pas d'application dédiée et ne nécessitent pas de logiciel de lecture particulier). Réussir à obtenir ce que l'on y cherche relève souvent du parcours du combattant. Les amateurs de films et de série qui ne souhaitent pas débourser le moindre centime doivent ainsi redoubler de persévérance pour un résultat qui n'est pas garanti. Et qui les expose à plusieurs risques…

Trouver des sites de streaming illégal

Dès le départ, le parcours est semé d'embûches. Le premier étant de connaître un site de streaming illégal. Car il en existe des centaines, plus ou moins spécialisés : Papystreaming (qui se concentre sur les films et séries en français), VoirSeries (qui se vante d'être très sécurisé), Streamingdivx (adapté aussi bien aux ordinateurs qu'aux petits écrans des smartphones), Pilmov (qui se démarque par l'absence de publicité mais fait un appel aux dons), Voirfilms (qui nécessite une inscription et propose des vidéos en Full HD), VoirFilmz (qui embarque un large catalogue de films d'animation), Cocostream, StreamFilms, Vustream.co, ou encore VF-Film pour ne citer qu'une partie des plus populaires. Si vous tombez sur l'un de ces sites lors d'une recherche, soyez bien conscient qu'ils sont "hors des clous". Vous l'aurez noté, les noms se ressemblent parfois beaucoup et présentent quelques attributs communs (film, série, stream, etc.) pour permettre aux internautes de le retrouver plus facilement. Ce qui n'est pas toujours le cas… 

Dénicher les adresses des sites

Il ne suffit pas de connaître le nom d'une plateforme de streaming : encore faut-il avoir son adresse (son URL) pour y accéder. Le passage par  le roi des moteurs de recherche semble logique, et pourtant. On se heurte souvent à la vigilance du cerbère de service : Google. À la demande des ayants droit, des studios de production ou de l'Hadopi, le moteur de recherche expurge fréquemment ses pages de résultats nombre de sites de streaming douteux, voire carrément hors-la-loi. Les amateurs de contenus illégaux doivent alors se tourner vers d'autres moteurs de recherche comme DuckDuckGo, le moteur libre et anti-tracking, SwissCows, le suisse qui mise tout sur la confidentialité, le russe Yandex, ou encore, pour les plus aguerris, le chinois Baïdu. L'autre possibilité fréquemment employée consiste à se réfugier derrière un service VPN (réseau privé virtuel). En faisant croire à Google que l'on se situe en dehors de la zone européenne, les résultats du moteur de recherche se révèlent bien plus fournis. Pour en savoir plus sur les VPN et le changement de région, consultez notre fiche pratique VPN : quelle solution choisir pour la sécurité et l'anonymat ?.

Le moteur de recherche russe Yandex se montre moins scrupuleux que Google pour référencer les sites de streaming illégal. © CCM

Retrouver les adresses à jour

La chasse aux sites de streaming et de téléchargement illégal en France ressemble un peu au jeu du chat et de la souris. La visibilité d'un site se révèle parfois éphémère. C'est notamment le cas du célèbre Zone Téléchargement. Le site apparaît avec une adresse Web puis disparaît de la Toile au bout de quelques mois avant de renaître sous une autre adresse (ZT, ZT-TA, ZA, etc.). La valse des noms de domaines est aussi une pratique très courante. Le site Plamino est ainsi devenu en quelques mois Vinmab puis Yedib puis Pilmov avant de changer encore de nom une nouvelle fois probablement. Une astuce pour échapper aux radars de Google et des autorités. Il est donc souvent inutile de placer les adresses de ces sites en favoris. La guerre fait rage également entre les sites illégaux et il faut aussi se méfier des clones illégaux qui se font passer pour des plateformes de streaming tout aussi illégales. Profitant de la confusion qui règne sur la valse des URL, ils se recopient en adoptant la même interface et modifient au passage des conditions d'utilisation. Ils peuvent ainsi réclamer une inscription quand le site original ne demande rien. C'est par exemple le cas de Filmzenstream qui se décline avec plusieurs domaines différents (.cloud, .com, .org, etc.) se rapportant chacun à un clone. Les aficionados ne manquent pas de se connecter sur des forums spécialisés pour connaître la dernière adresse valide de leur site de prédilection.

Ne pas être allergique aux pubs

Les sites de streaming illégaux ne perçoivent évidemment aucune redevance pour la diffusion des contenus qu'ils proposent. Leur source financière principale provient de la publicité. C'est pour cette raison qu'ils sont en général saturés de réclames pour des sites de rencontres douteux ou des jeux sur mobile. Et l'utilisation d'un bloqueur de pub ne résout rien, en empêchant parfois d'accéder au contenu. On se retrouve alors avec un écran envahi de fenêtres surgissantes (pop-up), de boutons incitant à télécharger tel ou tel logiciel ou encore à chercher vainement dans une page aux couleurs criardes le lien qui permettra d'accéder au contenu recherché. Si vous n'avez pas encore équipé votre ordinateur d'un bloqueur de publicité, consultez notre fiche pratique Navigateur Web : bloquer les publicités et les trackers.

S'exposer aux virus

Les propriétaires de sites de streaming illégaux se montrent assez peu regardants sur l'origine des contenus qu'ils recensent. Un clic malencontreux suffit pour infecter son ordinateur avec un malware (logiciel malveillant), un adware (logiciel publicitaire) ou un spyware (logiciel espion). Les multiples publicités qui envahissent ces sites sont aussi autant de potentielles sources d'infection jusqu'à dissimuler parfois aussi des ransomwares (rançongiciels). La prudence reste donc de mise si jamais on s'aventure sur de telles plateforme en maintenant actif et à jour l'antivirus de son ordinateur. Enfin, rien ne garantit non plus que le flux vidéo auquel on parvient finalement à accéder ne dissimule pas non plus un logiciel malveillant, quand il ne s'agit pas tout simplement de faire travailler l'ordinateur en tâche de fond pour générer des cryptomonnaies à l'insu de son utilisateur. C'est ce que l'on nomme le cryptojacking.

Ne fournir aucune donnée

Certains sites de streaming illégal demandent une inscription pour accéder à leur contenu. Une aberration. En cas de saisie de leurs serveurs par les autorités, il sera aisé de révéler toute l'activité de leurs utilisateurs, et même de les identifier. Par ailleurs, comme ils sont infestés de pubs envahissantes, il est facile de se faire avoir et de laisser des coordonnées en croyant qu'il s'agit d'une simple formalité pour obtenir ce que l'on cherche. Las, il s'agit souvent d'un piège tendu par un annonceur peu scrupuleux pour récolter des données et abreuver ses victimes de spams quand il ne s'agit pas de leur faire payer un abonnement auquel elles viennent de souscrire sans s'en rendre compte.

Vous l'aurez compris, le streaming illégal est une pratique complexe et dangereuse.