RappelConso : site de référence pour les produits dangereux

RappelConso : site de référence pour les produits dangereux

Mis en place par la DGCCRF, le site RappelConso répertorie les produits présentant un risque pour la santé des consommateurs, avec des alertes relayées sur Twitter. À consulter régulièrement, même s'il est perfectible.

Kinder (Ferrero), Buitoni (Nestlé), Graindorge (Lactalis), salmonelle, listeria, histamine, e-coli… Ces dernières semaines, les campagnes de rappel de produits alimentaires identifiés comme étant potentiellement dangereux pour les consommateurs font la Une de l'actualité. En cas de doute, le bon réflexe, c'est RappelConso. Encore peu connu, ce portail officiel a été mis en place au printemps 2021 par la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes). Même s'il n'est pas le seul du genre, RappelConso se veut "le site unique des alertes de produits dangereux", en listant l'ensemble des produits qui présentent un risque pour la santé ou pour la sécurité des consommateurs. En ce moment, 5426 références produits font l'objet d'un rappel dont la très grande majorité (4466) sont des produits alimentaires. Au rayon électronique, la pêche est (fort heureusement), maigre (mais est-elle exhaustive?), le site ne répertoriant que des chargeurs pour smartphone ou des adaptateurs USB.

Sur RappelConso, il est possible de trouver une information de deux manières: soit en entrant directement la référence d'un produit dans la barre de recherche, soit en consultant l'ensemble des références présentes sur le site, classées en catégories (Alimentation, Automobile, Bébé-Enfants, Hygiène-Beauté, Vêtements-Mode, Sports-Loisirs, Maison-Habitat, Appareils électriques…).

Pour chaque produit, le site RappelConso communique le nom, la marque, le motif du rappel, une photo du produit, l'identification (numéro de lot et date limite de consommation), le conditionnement, la liste des distributeurs, les risques encourus par le consommateur, des conseil sur ce qu'il faut faire du produit concerné, un numéro de contact, des conseils pour se faire rembourser, le cas échéant, les communiqués de presse des marques, ainsi que la date et la fin de la procédure de rappel.

Rappels de produits dangereux : une information à améliorer

À noter : si RappelConso concerne les produits alimentaires et non-alimentaires il ne référence ni les médicaments, ni les dispositifs médicaux. Ce type de rappel produits devant être déclaré à l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) dans le cadre de procédures spécifiques. Pour… rappel, en cas de rappels de produits, les enseignes de distribution, les fabricants et les marques à l'origine de ces dysfonctionnements sont dans l'obligation d'informer tout à la fois les pouvoirs publics et le grand public, directement par voie d'affichage en magasin, via les médias (presse, radio) via leur site Internet, ou sur les réseaux sociaux. Malheureusement, dans bien des cas, l'information n'arrive pas aux personnes concernées.

Si la mise en place du site RappelConso constitue un excellent élément de sensibilisation du public, ce portail officiel souffre encore à ce jour d'un déficit de notoriété certain alors même qu'il devrait être un point d'information naturel pour les consommateurs. Ainsi, si le compte Twitter de RappelConso comptabilise à ce jour 4399 tweets il n'affiche en revanche que 22 700 abonnés ce qui est peu. Il souffre également d'une interface austère – pour ne pas dire désuète… – et peu pratique, comme en témoigne la lenteur de son moteur de recherche.

Heureusement, des organismes et des associations de défense des intérêts des consommateurs prennent le relais, à l'instar de 60 millions de Consommateurs et de l'UFC-Que Choisir qui actualisent quotidiennement leurs pages dédiées aux rappels de produits dangereux, non conformes ou défectueux. Mais l'État devrait montrer l'exemple avec un système d'information et un site dignes de ce nom… et de la sécurité des consommateurs !