Itinérance : pas de surcoût en Europe jusqu'en 2032

Itinérance : pas de surcoût en Europe jusqu'en 2032

Bonne nouvelle pour les voyageurs : jusqu'en 2032, ils pourront continuer à passer des coups de fil et d'échanger des SMS depuis les autres pays européens sans frais supplémentaires. La fin des factures salées !

Les voyageurs et les frontaliers qui téléphonent depuis d'autres pays européens vont pouvoir respirer encore dix ans – au moins. Contrairement à ce qui était prévu initialement, ils n'auront pas à craindre de voir leur facture téléphonique flamber à nouveau à cause des frais d'itinérance appliqués par leur opérateur mobile. Comme il l'explique dans son communiqué, le Parlement européen, en accord avec le Conseil européen, vient en effet de prolonger la suppression des surtaxes appliquées aux communications téléphoniques internationales jusqu'en 2032. Une excellente nouvelle qui pourrait, à terme signer la fin de l'itinérance, cette pratique très lucrative et critiquée.   

Pour mémoire, comme le rappelle en détail le dossier de l'Arcep, le Parlement européen avait décrété la fin des frais d'itinérance mobile (appelés roaming) dans l'ensemble des pays de l'Union européenne à compter du 15 juin 2017 pour une période de cinq ans. Une pratique qui permettait jusqu'alors aux opérateurs mobiles de chaque pays de facturer très cher les appels et les SMS émis et reçus dans un pays de l'Union autre que celui du détenteur de la ligne. Les voyageurs avaient alors la désagréable surprise de découvrir des factures de téléphone grimpant parfois jusqu'à plusieurs milliers d'euros en rentrant chez eux. Initialement prévue pour prendre fin en juin 2022, la suspension des frais de roaming se voit finalement reconduite pour dix ans. Vous pourrez donc continuer à voyager dans toute l'Europe et utiliser votre smartphone avec votre opérateur national (Orange, SFR, Bouygues Telecom ou encore Free) pour appeler et être appelé et converser par SMS avec vos proches sans craindre une addition des plus salée à votre retour dans l'Hexagone.

Frais d'itinérance : annulés uniquement en Europe

La décision du Parlement européen s'applique aux 27 États membres, mais également à la Norvège, à l'Islande et au Liechtenstein. Attention, le Royaume-Uni, qui a quitté l'Union Européenne en janvier 2020, n'est plus concerné par cet accord. Aussi, si vous prévoyez un séjour chez nos voisins d'outre-Manche, il vaudra mieux vérifier si votre opérateur facture l'itinérance, même si les quatre principaux acteurs français avaient indiqué lors du Brexit qu'ils ne factureraient pas de frais supplémentaires.

Quant au volume de données alloué pour surfer sur le Web ou relever des mails, par exemple, il reste à discrétion des opérateurs avec une enveloppe minimale calculée sur le coût du forfait mobile en France. Là encore, vérifiez bien avant de vous rendre dans un autre pays européen les modalités de votre contrat qui indiquent la quantité de données prévues en dehors de nos frontières. Néanmoins, le Parlement européen indique que les voyageurs devront profiter de la même qualité de service que dans leur pays d'origine (comme l'accès à la 5G, par exemple, si elle est disponible dans le pays visité). Et si l'opérateur local décide de restreindre le débit des visiteurs, il devra les en informer rapidement.