Mac mini M1, iMac, iMac Pro : quel Mac choisir ?

Mac mini M1, iMac, iMac Pro : quel Mac choisir ?

Quand on a envie ou besoin de confort, les ordinateurs de bureau remplacent avantageusement les portables. Entre les Mac mini et les iMac, Apple propose une gamme complète de modèles pour tous les goûts et – presque – tous les budgets, gamme qui a doucement évolué avec l'arrivée de la puce M1 d'Apple. Voici quelques éléments pour choisir le vôtre.

Devant la richesse de la gamme des portables Apple (voir notre guide d’achat sur le sujet), on peut raisonnablement se demander si on a toujours intérêt à opter pour un Mac de bureau (Mac mini, iMac, iMac Pro et Mac Pro). Ce serait faire l’impasse sur leurs spécificités, d’autant que l'on peut désormais choisir des modèles équipés de la toute nouvelle puce M1 d’Apple. C'est ce qui rend d'ailleurs plus difficile le choix d’un Mac de bureau aujourd'hui. Car il faut bien avouer que cette puce marque un saut quantique de performances par rapport aux processeurs Intel qui équipe les Mac depuis quinze ans. 

Premier avantage d'un Mac fixe, le confort. Que l’on choisisse un modèle avec ou sans écran intégré, on disposera forcément d’un plus grand espace de travail. Les iMac ont des écrans de 24 ou 27 pouces de diagonale, et on trouve très facilement des écrans 24 pouces 4K à moins de 350 euros que l’on branchera avec bonheur à son Mac mini. Même le MacBook Pro 16 pouces ne peut pas rivaliser. Sans compter que ce dernier coûte bien plus cher.

Deuxième atout important, le rapport budget/équipement justement. Pour un prix identique, un Mac de bureau est sensiblement mieux équipé et/ou offre de meilleures performances. Les processeurs seront souvent un peu plus rapides et capables de soutenir une cadence élevée plus longtemps sans faiblir. Pourquoi ? Essentiellement pour des raisons thermiques. Les Mac de bureau, y compris le Mac mini, disposent de plus d’espace de circulation d’air pour refroidir leurs cœurs de calcul. Et c’est important, car lorsque la température grimpe trop à l’intérieur d’un ordinateur, le système se charge de faire baisser la fréquence (en GHz) pour éviter la surchauffe. Du coup, l’ordinateur calcule moins vite.

Troisième atout des modèles de bureau, l’ouverture au monde extérieur. Les Mac de bureau sont équipés de ports divers et variés qui manquent cruellement aux portables : prises USB-A et USB-C, prise réseau Ethernet, prise HDMI, lecteur de carte SD. Et pour l'instant, les modèles équipés d’un processeur Intel sont encore mieux lotis que ceux à puce M1. 

Dernier atout des Mac de bureau : le catalogue des options. Même si nous vous présentons ici des modèles de base dans chaque catégorie, les Mac de bureau peuvent être bien plus personnalisés en termes de capacités de stockage, de mémoire vive et de carte graphique, que leurs comparses portatifs. Sans compter que seuls les Mac de bureau vous laissent encore quelques possibilités d’extensions après l’achat, ce qui est totalement interdit aux MacBook. Les iMac à processeur Intel, par exemple, disposent d’une petite trappe à l’arrière pour accéder aux barrettes de mémoire vive. Même les Mac mini Intel vous permettent d’ajouter de la mémoire vous-même, l’opération étant cela dit à réserver aux plus courageux, car la procédure est bien plus complexe. Attention, là encore, cela ne concerne que les modèles équipés de processeurs Intel. Attention, les Mac équipés du nouveau processeur M1 ne permettent pas d'ajouter de mémoire vive, car celle-ci est directement intégrée à la puce.

La palme du Mac le plus personnalisable revient bien sûr au Mac Pro dont le grand boîtier s’ouvre facilement et peut accueillir des ajouts à foison. Cela dit, vous ne trouverez pas de Mac Pro dans notre sélection. Il est vraiment réservé à des utilisateurs professionnels aux besoins spécifiques et au budget plus que confortable. Il est très puissant certes, mais l'iMac 27 pouces rivalise de puissance pour un prix plus abordable. 

La grande question à se poser au moment du choix concerne le processeur. Car si l'avenir est clairement promis au M1 et à ses futurs successeurs, toutes les applications actuelles e sont pas encore optimisées pour cette nouvelle architecture, très différente de celle des puces Intel. Apple a déjà entamé sa grande mutation, qui devrait s'étaler sur moins de deux ans. Et il est clairement préférable d'opter d'emblée pour un modèle M1 dès à présent, sauf si vous utilisez des logiciels et des matériels professionnels qui sont incompatibles. Il y a toutefois peu de risque à choisir encore un modèle à puce Intel. Les prochaines versions de macOS, le système des Mac, continueront pour plusieurs années à être compatibles avec les processeurs Intel. Et si votre machine actuelle est relativement récente (moins de trois ans, par exemple), la légendaire longévité des Mac peut vous permettre de patienter quelques mois de plus, le temps d'avoir une idée plus précise de l'ensemble de la nouvelle gamme basée sur la puce M1.

Que l’on se rassure tout de suite, les nouvelles machines d'Apple sont parfaitement capables de faire tourner toutes les applications que l'on utilise déjà au quotidien. C’est vrai, pour profiter au maximum des performances de la puce M1, les applications doivent être écrites pour ce processeur. Mais cela ne signifie pas pour autant que les applications conçues pour les processeurs Intel ne fonctionnent pas. Lorsque vous lancez une de ces dernières sur votre tout nouveau système, celui-ci se charge de les traduire au premier lancement, afin que le nouveau processeur les comprenne. Et le tour est joué. Le plus fort, c'est que l'impact sur les performances est négligeable. Il n'en reste pas moins qu'il est tout de même possible de rencontrer des problèmes de compatibilité. Et c'est bien là que tout se joue, lorsque l'on choisit une machine pour des tâches bien spécifiques, pour lesquelles on ne peut pas se permettre d'avoir des problèmes.

L'un des atouts majeurs des Mac à processeur Intel, c’est justement de pouvoir faire tourner Windows de manière optimale, comme sur un PC donc. Sur un Mac M1, impossible de démarrer en mode Boot Camp. Rappelons qu'il s'agit d'une fonction proposée par Apple dans Mac OS X permettant d'installer Windows à côté du système macOS et de choisir l'un ou l'autre au démarrage de son Mac. Quant à utiliser des solutions de virtualisation, on manque encore d'informations à ce sujet. Autrement dit, si pour vous l'utilisation de Windows est indispensable, tenez-vous pour l’instant éloigné des Mac à processeur M1.

Voilà, vous avez maintenant les cartes en main pour choisir le Mac de bureau qu’il vous faut.