Décrypter les références des processeurs Intel et AMD

Décrypter les références des processeurs Intel et AMD

Comment s'y retrouver parmi les chiffres et les lettres qui composent désormais les noms des processeurs pour PC ? À défaut de dévoiler toutes les caractéristiques d'une puce, certaines mentions donnent déjà quelques précieuses indications.

Qu'il est loin le temps où les processeurs (CPU) pour PC s'appelaient simplement Pentium chez Intel et Athlon chez AMD ! À cette époque, le nombre qui suivait le nom indiquait directement la fréquence de fonctionnement nominal, ce qui permettait d'identifier instantanément le positionnement de la puce dans la gamme du constructeur et, par là-même, d'avoir une idée de sa puissance de calcul.

Aujourd'hui, les choses sont nettement plus complexes. D'abord, parce que les fabricants possèdent différentes familles et classes de processeurs. Ensuite, parce que plusieurs générations coexistent, avec des architectures et des technologies particulières. Enfin, parce que les références des CPU mélangent joyeusement des chiffres et des lettres avec une logique pas très intuitive – et parfois trompeuse – du type i5-1035G1 ou Ryzen 7 4800H. Bien malin celui qui, d'un simple coup d'œil – et sans l'aide d'un site Web –, peut deviner les caractéristiques et estimer les performances d'un processeur d'après son seul "matricule"… Et pour le néophyte qui doit choisir entre plusieurs modèles dans un magasin ou sur une boutique en ligne, c'est pratiquement mission impossible ! 

Fort heureusement, et en dépit des apparences, il y a une certaine logique derrière les appellations de processeurs pour PC. Et malgré la complexité de leurs gammes respectives, AMD et Intel ont adopté des principes de nomenclature assez similaires qui permettent d'avoir quelques repères. On retrouve même en partie un procédé de hiérarchisation hérité d'un célèbre constructeur automobile allemand. Rien de bien étonnant pour ces deux écuries engagées depuis des années dans une course folle à la performance (en calcul comme en gestion énergétique), chacune arborant même sa couleur emblématique (rouge pour AMD, bleu pour Intel). Ainsi, avec quelques règles en tête, vous devriez pouvoir décrypter les appellations de CPU et les situer dans leur gamme, à défaut de pouvoir les comparer réellement. 

Comment sont construits les noms de processeurs pour PC ?

Qu'ils soient signés Intel ou AMD, conçus pour des ordinateurs portables ou des PC fixes, destinés à un usage basique ou à des traitements lourds, tous les processeurs sont désormais nommés peu ou prou de la même façon, avec trois ou quatre blocs : [marque] [famille] [gamme] [référence du modèle], le tout ornementé des mentions ® et ™ dont raffolent les Américains dans leur communication commerciale. Quelques exemples bâtis sur ce principe : Intel Celeron G1820TE, Intel Core i5-10600KF, AMD Athlon Gold 3150U, AMD Ryzen 7 5900X.

En pratique, les premiers blocs sont très simples à comprendre quand on connaît la hiérarchie des familles (voir plus bas). C'est le dernier, le "matricule" composé de chiffres et de lettres, qui reste difficile à décrypter. Et c'est bien sûr celui qui comporte le plus d'informations techniques utiles. Car cette combinaison alphanumérique indique à la fois la génération du processeur – et donc son architecture et sa technologie –, son positionnement dans la gamme – pour faire simple, sa puissance de calcul – et son "profil énergétique" – qui combine sa consommation électrique et sa dissipation thermique et qui détermine son usage et sa destination, dans un ordinateur portable, un PC de bureau ou une machine de gamer notamment. Dans certains cas, cette référence indique également la présence d'un circuit graphique (GPU) intégré à la puce, et parfois sa génération, ce qui ajoute à la difficulté du décryptage.

Attention toutefois à ne pas tirer de conclusions hâtives sur les performances, y compris dans une même famille. Intuitivement, on pourrait croire que la référence – le matricule – suit une logique de puissance : plus le "numéro" est "grand", plus le processeur est puissant. Hélas, si le raisonnement est globalement juste, la réalité est tout autre, tests à l'appui. Ainsi, chez AMD, un Ryzen 7 3700X se révèle plus performant qu'un Ryzen 7 4700GE, alors que sa référence est "plus petite". De même, un processeur Core i5 est situé plus bas qu'un Core i7 dans la hiérarchie Intel. Mais un i5 de 10e génération peut se montrer plus performant qu'un i7 de 8e génération. Sans entrer dans des considérations techniques hors-propos, cela est dû aux progrès réalisés en matière d'architecture et de gravure, qui permettent notamment d'améliorer l'organisation des unités de calcul et d'intégrer davantage d'éléments dans une puce. Voilà qui ne facilite pas les comparaisons, surtout entre des générations proches, qui comportent des différences parfois très subtiles.

De même, même si l'on peut jauger leur positionnement et leur potentiel de puissance d'après leur nomenclature, pas question de comparer pied-à-pied des processeurs Intel et AMD d'après leur seul nom, la complexification des circuits et la structure des puces ne le permettant plus vraiment. 

Comment identifier les processeurs AMD ?

Chez AMD, le système d'immatriculation est relativement simple, du fait que la marque a été en retrait dans la compétition pendant quelques années avant de reprendre pied récemment avec la famille Ryzen. Il n'en demeure pas moins que son catalogue et son référencement méritent quelques éclaircissements.

  • Actuellement, les processeurs AMD se répartissent trois grandes familles : Athlon, Series A et Ryzen. En termes de positionnement et de performances, la hiérarchie est simple : Athlon < Series A < Ryzen
  • La famille Athlon se divise en deux branches : X4, en voie de disparition, et G, la plus récente, subdivisée en deux sous-familles, Silver et Gold. La hiérarchie est simple : Athlon X4 < Athlon Silver < Athlon Gold.
  • La famille Series A, qui est en train de s'effacer au profit d'une nouvelle classe de Ryzen, profite d'une nomenclature et d'une hiérarchie limpides : A4 < A6 < A8 < A10 < A12.
  • La famille Ryzen, la plus récente et la plus importante chez AMD depuis que le concepteur a repris du poil de la bête ces dernières années, regroupe de nombreux modèles répartis dans des gammes bien hiérarchisées, à la manière de BMW : 3 (entrée de gamme), 5 (milieu de gamme), 7 (haut de gamme), 9 (très haut de gamme), Threadripper (professionnel). La hiérarchie est logique : Ryzen 3 < Ryzen 5 < Ryzen 7 < Ryzen 9 < Ryzen Threadripper. Plus sophistiqués et plus performants que les autres, les Threadripper sont destinés aux stations de travail et autres machines effectuant de lourds calculs (création numérique, traitement audio-vidéo, etc.). On les retrouve uniquement dans des PC de bureau professionnels, contrairement aux autres Ryzen qui sont déclinés en versions pour ordinateurs portables et fixes. 
  • Dans la famille des Ryzen, la plus répandue actuellement et la plus pérenne, le premier chiffre de la référence – juste après l'indication de gamme – indique la génération. Ainsi un Ryzen 7 3XXX est de 3e génération, un Ryzen 7 4XXX est de 4e génération et un Ryzen 7 5XXX de 4600U est de 5e génération. La plus récente est la cinquième, mais les deux autres générations se trouvent encore sur le marché.  Attention, contrairement à ce qu'on pourrait penser, tous les Ryzen 5XXX ne sont pas construits autour de l'architecture Zen 3, certains reposant sur l'ancienne mouture, la Zen 2. Peu de différences pour l'utilisateur final en usage quotidien ou même en jeu vidéo, mais il faut savoir que le numéro de génération peut être trompeur.
  • Quelle que soit la génération de Ryzen, le deuxième chiffre dans la référence indique le positionnement dans la gamme. Ainsi, un X300 est moins "évolué" qu'un X500, lui-même moins "puissant" qu'un X700, toutes choses étant égales par ailleurs. Ainsi, un Ryzen 7 5700U est moins performant qu'un Ryzen 7 5800U et un Ryzen 5 4500U moins évolué qu'un Ryzen 5 4600U. Attention, même si cela fonctionne dans quelques cas, le chiffre de la "centaine" n'indique absolument pas le nombre de cœurs du processeur !
  • En revanche, les deux chiffres suivants dans la référence indiquent une éventuelle révision ou optimisation (fréquence nominale de fonctionnement, fréquence du mode turbo, circuit graphique intégré…). Ainsi, une référence en XX50 ou en XX80, plus rare, signale une amélioration du XX00. C'est le cas, par exemple, pour le Ryzen 5 3500U qui a été décliné en 3550U et 3580U, avec quelques différences minimes. Attention, si les améliorations sont mineures sur les processeurs pour mobile, elles peuvent être bien plus importantes dans les puces pour PC fixes, avec une augmentation du nombre de cœurs ou des changements de fréquence de fonctionnement, par exemple ! En clair, la révision peut cacher des différences majeures.
  • Enfin, et c'est sans doute le plus important, la ou les lettres qui terminent la référence du processeur correspondent à son profil énergétique. Autrement dit, à sa consommation électrique et à son enveloppe thermique, ce qui détermine l'usage et le type de PC auquel il est destiné : PC ultraportable, PC portable classique, PC portable de gamer, PC de bureau classique, PC fixe de gamer, etc. Le profil énergétique détermine plusieurs caractéristiques : la fréquence de base de la puce, sa fréquence turbo, sa propension à monter plus ou moins vite en température et la puissance de sa partie graphique, quand elle est intégrée. Malheureusement, les lettres utilisées dans ces appellations ne suivent pas une logique intuitive, même pour les anglophones. 
Profils énergétiques de la famille AMD Ryzen

Lettre-code Consommation (TDP) GPU intégré Catégorie de PC
Ce Ultra basse (6 W) Oui PC portable Chromebook
C Très basse (15 W) Oui PC portable Chromebook
U Très basse (15 W) Oui PC portable ou ultraportable
HS Basse (35 W) Oui PC portable polyvalent ou gamer
H Moyenne (45 W) Oui PC portable puissant ou gamer
HX Élevée (> 45 W) Oui PC portable hautes performances
GE Basse (35 W) Oui PC fixe d'entrée de gamme
G Moyenne (65 W) Oui PC fixe polyvalent
Aucune Moyenne (65 W) Non PC fixe polyvalent
X Élevée (95 W) Non PC fixe puissant ou gamer
XT Très élevée (105 W) Non PC fixe hautes performances

exemples

  • La référence du Ryzen 7 5800U donne plusieurs indications. Il s'agit d'un processeur haut de gamme (Ryzen 7), de 5e génération (5800U),  plutôt puissant (5800U), dans sa première version (5800U), de très basse consommation (5800U), et donc destiné à des ordinateurs portables ou ultra portables.
  • Le Ryzen 5 5600 se décline en pas moins de six versions :  U, HS et H pour les ordinateurs portable et GE, F et X pour les PC de bureau. Dans tous les cas, c'est une puce de milieu de gamme (Ryzen 5) de 5e génération (5600), assez puissant (5600), dans sa première version (5600). Le 5600U a un profil énergétique basse consommation et se destine donc à des PC ultraportables et des portables polyvalents d'entrée de gamme. Le 5600HS a un profil énergétique intermédiaire et se destine à des PC portables  polyvalents, voire des modèles gamer premier prix. Le 5600H a un profil énergétique moyen et vise des portables assez puissants. Le 5600GE a un profil énergétique de type basse consommation et se destine à des PC fixes voire des tout-en-un d'entrée de gamme pour la bureautique. Le 5600G a un profil énergétique moyen et vise des tours classiques. Le 5600X possède un profil énergétique plus élevé. Il est dépourvu de circuit graphique et comme certains verrous ont été ôtés par AMD, il est possible de faire varier ses fréquences et donc sa consommation. Il se destine à des PC puissants, notamment pour le jeu.

Malheureusement, les références ne donnent pas tous les détails, même pour un œil exercé. Pour avoir toutes les informations techniques (architecture, finesse de gravure, nombre de cœurs et de threads, mémoire cache, fréquences de fonctionnement, type de mémoire vive gérée, etc.), il faut consulter la page consacrée au processeur sur le site d'AMD. Et pour comparer les performances des puces, toutes marques, familles, gammes et générations confondues, le site CPU Benchmark, de Passmark Software, reste un outil très pratique. 

Comment identifier les processeurs Intel ?

Fort d'un catalogue pléthorique, Intel, qui domine historiquement le marché, prend parfois un malin plaisir à complexifier les nomenclatures de ses puces. Au point qu'il y a de quoi y perdre son latin…

  • Les processeurs Intel pour PC se classent en quatre grandes familles : Atom, Celeron, Pentium et Core. En termes de puissance de calcul et donc de positionnement, la hiérarchie est simple : Atom < Celeron < Pentium < Core.
  • Initialement conçus pour les netbooks, les processeurs de la famille Atom se caractérisent par une très faible consommation électrique et des performances également très limitées. Si l'on en trouve encore aujourd'hui dans des tablettes, des mini PC, des ordinateurs "industriels" et des systèmes informatiques "embarqués", ils ont pratiquement disparu des PC classiques "grand public" pour le moment – bien que quelques modèles récents figurent dans la liste des processeurs compatibles avec Windows 11… Inutile donc de s'attarder sur leur cas.
  • Destiné à des PC à très petit prix, les processeurs de la famille Celeron se classent selon la première lettre de leur immatriculation, sans logique alphabétique : Celeron N < Celeron J < Celeron G. Un système que l'on retrouve aussi dans la généalogie des Pentium. Plus puissants et plus polyvalents, ils sont majoritairement à la manoeuvre dans des PC d'entrée de gamme, portables ou de bureau et se classent dans l'ordre de "puissance" suivant : Pentium N < Pentium J < Pentium G <  Pentium Silver < Pentium Gold
  • Enfin, vient la prestigieuse des branches de l'arbre généalogique Intel : la famille Core. Ici, la logique numérique est de mise, comme chez AMD et BMW, avec des numéros indicateurs de gammes classées par puissance de traitement : Core i3 < Core i5 < Core i7 < Core i9. Ainsi, les i3 sont destinés à des PC d'entrée de gamme de puissance modeste tandis que les i9, qui représentent le haut du panier, visent les ordinateurs réclamant une grande puissance de calcul, pour le jeu ou la création numérique notamment.
  • Comme pour les Ryzen, le premier chiffre ou le premier nombre du bloc référence correspond au numéro de génération. Ainsi, un Core i5-8XXX est de 8e génération et un Core i7-10XXX de 10e génération. En 2021, la plus récente est la 11e. On la trouve sur les processeurs de nombreux PC actuels, estampillés Core iX-11XXX, parfois qualifiés de Tiger Lake, du nom de leur architecture.
  • Le chiffre suivant dans la référence définit le positionnement de la puce au sein de sa génération, et peut être généralement considéré comme un indicateur de performances au sein d'une même gamme. Cette logique numérique est donc facile à comprendre : 1 < 2 < 3 < 4 < 5 < 6 < 8. Ainsi, le Core i5-1135G7 est globalement moins performant en calcul que le Core i5-1145G7. Attention, il ne s'agit que d'un indicateur et il existe des petites subtilités liées aux architectures et précédés de fabrication utilisés, qui peuvent bouleverser cette hiérarchie apparente, comme le prouve le Core i5-11260H qui supplante le Core i5-11300H dans certains calculs…
  • Comme chez AMD, les chiffres suivants dans la référence correspondent à une version du processeur. Et donc à une évolution ou une révision liée à des changements techniques qui peut se traduire par une montée en fréquence de fonctionnement et donc une amélioration des performances. Ainsi, le Core i7-1165G7 est une évolution du Core i7-1160G7 qui travaille à des fréquences plus élevées, en offrant logiquement des performances supérieures.   
  • Dans la plupart de ses familles de processeurs, Intel a conservé un système de lettres en bout de référence, comme le fait AMD, mais en y associant parfois un chiffre : par exemple, Core i5-11400T, Core i5-10600KF, Core i9-10940X, etc. Dans la plupart des cas, cette terminaison indique à la fois le "profil énergétique" d'une puce, et donc sa destination (PC ultraportable, PC portable classique, PC de bureau classique, PC de gamer, etc.) et la présence ou l'absence d'un circuit graphique intégré plus ou moins évolué. Même s'il n'y a aucune logique alphabétique, le principe est assez simple : plus le profil énergétique est élevé, plus le processeur peut monter en fréquence et en température, et plus il est performant en calcul.
Profils énergétiques de la famille Intel Core 

Lettre-code Consommation (TDP) GPU intégré Catégorie de PC
G1 Basse Oui PC portable
G4 Basse Oui PC portable
G7 Basse Oui PC portable
H Élevée (45 W) Oui PC portable
HK Très élevée (65 W) Oui PC portable gamer
TE Basse (35 W) Oui PC fixe tout-en-un
T Basse (35 W) Oui PC fixe tout-en-un
Aucune Moyenne (65 W) Oui PC fixe polyvalent
E Moyenne (65 W) Oui PC fixe polyvalent
F Moyenne (65 W) Non PC fixe polyvalent
KB Moyenne (65 W) Oui PC fixe polyvalent
K Élevée (125 W) Oui PC fixe puissant et gamer
KF Élevée (125 W) Non PC fixe puissant et gamer
X Très élevée (165 W) Non PC fixe hautes performances
  • Voilà pour la règle générale, qui contient, hélas, une belle exception : sur les processeurs de PC ultraportables – c'est-à-dire des ordinateurs fins, légers et doivent recevoir uniquement des puces consommant et chauffant peu –, Intel a abandonné le système de lettres au profit de chiffres (0, 5 ou 8) dans la référence pour indiquer le profil énergétique. Et pour corser le tout, ces processeurs sont tous conçus pour avoir un profil énergétique adaptable. En clair, les constructeurs de PC sont libres de modifier leur consommation et leur enveloppe thermique pour améliorer leurs performances ou prolonger leur autonomie. Conséquence, deux PC ultraportables de marques différentes qui, sur le papier, sont identiques en tout point sur le plan technique (même processeur, même quantité de mémoire, etc.) ne développeront pas forcément la même puissance de calcul selon les réglages effectués par leur constructeur… De la même façon, les processeurs dont la référence se termine par les lettres HK sont "débridés" : leurs fréquences nominales peuvent augmenter dynamiquement car leurs "régulateurs de vitesse" internes ont été désactivés par Intel. Voilà pourquoi on les trouve principalement dans des "monstres" taillés pour le jeu vidéo.
  • Enfin, signalons que le couple lettre-chiffre utilisé en terminaison des références des processeurs Core pour portable de 10e et 11e générations à la puissance et à la complexité de la partie graphique embarqué : G1 pour le module graphique Intel UHD Graphics 10, G4 pour le module Intel Iris Plus Graphics sur la 10e génération et le module Intel UHD Graphics 11 – moins puissant – sur la 11e génération et G7 pour le module Intel Iris Xe Graphics – le meilleur à ce jour. Les autres processeurs Core pour PC portable dont la référence se termine par la lettre H intègrent un module graphique de type Intel UHD Graphics, plus ou moins évolué car ils ont vocation à être associés à une carte graphique externe. Quant aux modèles Core pour PC fixes, la grande majorité embarque une partie graphique  de type Intel UHD Graphics qui, selon les générations, n'offre pas les mêmes prestations (615 < 630 < 750). Qui a dit qu'Intel donnait dans la simplicité ?  
exemples 
  • Le processeur Core i9-11900H cohabite avec deux autres modèles, les Core i9-11950H et le Core i9-11980HK. Issus de la gamme Core i9, ils sont tous trois au sommet de la pyramide Intel. Le nombre 11 au début de leur référence signale qu'il s'agit de puces de 11e génération. Le 9 qui suit indique qu'ils sont très haut dans la hiérarchie en termes de performances. Le 11900 peut être considéré comme comme le modèle "original" (à cause du 00), tandis que le 11950 et 11980 sont des évolutions plus puissantes. Enfin, le H signale un profil énergétique haute alors que le HK indique une consommation encore plus élevée et donc une utilisation dans les PC portables pour gamer.
  • Le processeur Core i5-11600 se décline en versions Core i5-11600TCore i5-11600K et Core i5-11600KF. L'appellation Core i5 indique que tous sont des puces de milieu de gamme, le nombre 11 qu'ils sont tous de 11e génération, le chiffre 6 qu'ils se situent eau-dessus de la moyenne avec de bonnes performances, et, enfin, le 00 qu'il s'agit de modèles "originaux", et pas d'évolutions. Ils se différencient donc uniquement par leur terminaison, qui indique leur profil énergétique : "basse consommation" pour le 11600T, "consommation moyenne" pour le 11600 sans lettre, et "consommation élevée" pour les 11600K et 11600KF. Le F du 11600KF signale que, contrairement aux trois autres, ce processeur est démuni de module graphique. Comme le profil énergétique est généralement lié à la fréquence de base d'une puce, il indique sa puissance de calcul au sein d'une même gamme. Dans cet exemple, on peut ainsi classer les différents modèles en termes de performances : Core i5-11600T < Core i5-11600 < Core i5-11600K = Core i5-11600KF.   
Newsletter

Comme on l'a dit, le décryptage des références a ses limites. Pour avoir toutes les caractéristiques d'un processeur (architecture, finesse de gravure, nombre de cœurs et de threads, mémoire cache, fréquences de fonctionnement, etc.), il convient de consulter sa fiche technique sur le site d'Intel. Et pour comparer les performances des puces, toutes marques, familles, gammes et générations confondues, le site CPU Benchmark, de Passmark Software, reste un outil très pratique.