Prix des cartes graphiques : vers un retour à la normale

Prix des cartes graphiques : vers un retour à la normale

Après avoir atteint des sommets, les prix des cartes graphiques reviennent progressivement à la normale. En attendant les modèles de nouvelle génération prévus pour la fin 2022, on pourra bientôt s'équiper sans se ruiner.

Ces deux dernières années, acheter une carte graphique pour PC relevait pratiquement de la folie douce : non seulement les modèles étaient très difficiles à trouver en boutique, mais en plus, les tarifs affichés dépassaient de très loin les prix "conseillés" officiellement par les fabricants. Au point d'atteindre des sommets totalement déraisonnables. Ainsi, certaines cartes dotés de GPU haut de gamme se vendaient plus de 2000 euros – quand elles étaient disponibles… – alors qu'elles étaient en principe commercialisées autour de 700 euros. Et il en allait de même sur le marché de l'occasion, où des modèles anciens se négociaient bien au-dessus de leur tarif initial. Du jamais vu, qui a donné lieu à toutes sortes d'excès, avec de véritables ruées de gamers en manque dès qu'un marchand avaient quelques cartes en stock… Fort heureusement, cette période maudite touche enfin à sa fin. Et si les tarifs restent encore plus élevés qu'ils ne devraient, tout devrait rentrer dans l'ordre dans quelques semaines. Et pour plusieurs raisons.

Composants électroniques : la fin de pénurie

En premier lieu, la pénurie de composants électroniques qui a frappé l'industrie mondiale commence à se résorber. De fait, avec la pandémie de Covid en 2020, la plupart des usines qui fabriquent des puces et qui assemblent des circuits étaient fermées ou en sous production, ce qui a immédiatement entraîné une baisse drastique de l'offre. Dans le même temps, la demande de matériel électronique – et donc de composants – a littéralement explosé dans le monde avec le confinement et le télétravail, qui ont induit de nouveaux besoins, aussi bien pour les loisirs – en particulier les jeux vidéo – que pour des raisons professionnelles.

En parallèle, l'engouement pour les cryptomonnaies – plus exactement pour le minage, cette pratique qui consiste à participer aux calculs de block chain très gourmands en ressources matérielles – a entraîné une ruée vers les cartes dotées de puissants GPU. C'est ainsi qu'on va se monter dans certaines parties du monde de véritables fermes de calcul regroupant des centaines d'ordinateurs minant des cryptomonnaies 24 heures sur 24. Une folie qui, non seulement réduisit à néant les espoirs de gains des amateurs de minage sur un PC personnel, mais aussi, et surtout, engendrait une consommation électrique démesurée – et totalement absurde à une époque où les ressources en énergie deviennent un enjeu planétaire.

Cette pratique déplorable a bien sûr eu un impact très négatif sur le marché, en augmentant la demande et en entretenant la pénurie. Au point que certains "experts" avides sont allés jusqu'à dépouiller des PC portables pour récupérer leurs cartes mères et utiliser leur GPU dans des fermes… Plusieurs acteurs ont décidé d'agir pour mettre fin à cette gabegie, et la Chine, particulièrement touchée par le phénomène, a même interdit purement et simplement l'exploitation de fermes de minage sur tout son territoire. Une politique qui a eu un impact direct sur le marché des GPU, en faisant baisser la demande. 

Cartes graphiques : Intel entre dans la danse

Une autre raison du retour progressif à la normale tient à la guerre en Ukraine. Avec les mesures économiques prises contre la Russie, les constructeurs américains spécialisés dans les puces graphiques – Nvidia, AMD et Intel – ont cessé de vendre leurs produits aux utilisateurs russes. Résultat, les cartes et composants prévues pour ce marché se retrouvent disponibles pour d'autres clients. 

Dernière explication pour la baisse des prix : l'arrivée d'Intel sur le marché des cartes graphiques dédiées, un secteur occupé jusqu'à présent par AMD et Nvidia. Le géant des puces commence en effet à commercialiser ses GPU ARC, les premiers du genre, avec la ferme intention de bousculer un secteur dominé par les GeForce et autre Radeon. Et si les débuts semblent timides, l'Américain espère bien monter en puissance et s'imposer auprès des joueurs comme des constructeurs, notamment de PC portables gaming. 

GPU : des prix en baisse dans les prochaines semaines

De fait, avec une production revenant à un régime normal, une demande en baisse et l'arrivée d'un nouvel acteur, toutes les conditions sont réunies pour voir l'offre s'enrichir et les prix réduire. La tendance a commencé à s'amorcer doucement, mais elle va s'accentuer dans un proche avenir. Nvidia vient même de mettre en place un service en ligne baptisé Restocked & Reloaded qui recense les cartes graphiques GeForce RTX série 30XX disponibles chez les revendeurs, qui figurent parmi les plus demandées ! Une première dans le genre, qui devrait calmer l'impatience et l'agacement des acheteurs frustrés.

© 3D center

Aux dires des spécialistes du secteur comme Graphic Speak ou 3D Center, les prix des cartes graphiques pour PC ont sérieusement chuté ces dernières semaines ; et ils devraient retrouver leur niveau "normal" dès le mois de mai. Si vous devez vous équipez, attendez donc quelques semaines pour économiser plusieurs dizaines voire plusieurs centaines d'euros. Ce conseil est valable pour ceux qui cherchent des modèles récents d'entrée ou de milieu de gamme, comme ceux à base de GPU Nvidia RTX 3050 ou 360, qui devraient alors se trouver sous la barre des 400 euros environ. En revanche, si vous rêvez d'une carte bien plus puissante pour profiter des jeux AAA ultra gourmands en très haute définition avec tous les effets visuels et un maximum de FPS (images par seconde), comme celles utilisant un processeur RTX 3080 ou 3090, vous avez tout intérêt à reporter votre achat de quelques mois. C'est en effet à l'automne 2022 que Nvidia sortira des GPU de nouvelle génération qui promettent des performances spectaculaires, encore supérieures à celles de ses monstres actuels. Et, bien entendu, AMD ne restera pas à regarder son concurrent direct sans réagir. Tout comme Intel. Bref, la fin 2022 promet une belle bataille sur le marché des cartes graphiques. Mais, cette fois, au bénéfice des utilisateurs !