Amazon supprime 600 marques chinoises de sa marketplace

Amazon supprime 600 marques chinoises de sa marketplace

AMAZON. Le géant américain fait un grand ménage en bannissant des centaines de marques chinoises soupçonnées de récompenser des internautes pour rédiger de faux avis vantant les mérites de leurs produits.

Elles se nomment Aukey, Mpow, RAVPower... Elles commercialisent des gadgets électroniques (chargeurs, écouteurs, moniteurs pour bébé…). Elles connaissent un succès certain auprès des utilisateurs d'Amazon. Mais elles viennent d'être déréférencés par le groupe américain. Amazon soupçonne en effet ces entreprises, jusqu'ici partenaires de sa marketplace, de ne pas respecter les conditions d'utilisation du site, notamment de frauder en payant ou en récompensant des internautes pour rédiger de faux avis et de faux commentaires vantant les mérites de leur produits mais aussi, parfois, dénigrant ceux de leurs concurrents directs. Amazon a longtemps toléré à son corps défendant ce type de pratiques, car le groupe souhaitait privilégier le développement d'un esprit communautaire et d'entraide sur sa plateforme permettant ainsi à ses utilisateurs de découvrir de nouveaux produits. Cependant, en 2016, la règle a changé, ce qui n'a malgré tout pas empêché les fraudeurs de continuer de s'en donner à cœur joie. Amazon a progressivement pris conscience de l'ampleur du problème et le grand ménage a véritablement commencé il y a plusieurs mois, notamment après la découverte et la divulgation d'échanges de mails entre certaines entreprises et des internautes visant à manipuler les avis publiés sur Amazon Marketplace. Selon la Shenzhen Cross-Border E-Commerce Association, citée par Bloomberg, au mois d'août dernier, plus de 50 000 revendeurs chinois avaient été bannis d'Amazon, entraînant un manque à gagner de 15,4 milliards de dollars. Aujourd'hui, ce sont donc 600 marques chinoises et 3000 comptes vendeurs qui viennent d'être ajoutés à cette liste noire, rapporte le South China Morning Post. 

Des clients incités à publier des avis positifs 

Newsletter

En pratique, le paiement et la récompense promis aux internautes par les fraudeurs pouvaient prendre plusieurs formes, comme un chèque-cadeau, une extension de garantie, la possibilité de tester en exclusivité de nouveaux produits, voire en argent pour, par exemple, convaincre un consommateur déçu de supprimer un avis critique publié en ligne. Pour ne pas (trop) attirer l'attention, certaines entreprises allaient même jusqu'à "recruter" sur Facebook en réglant leurs petites transactions via PayPal. Evidemment, quand vous êtes sur le point d'acheter d'un chargeur pour smartphone noté 5 étoiles porté par l'enthousiasme unanime de près de 10 000 acheteurs comblés, les lois de probabilité étant ce qu'elles sont, il y a tout de même de quoi se poser quelques questions. Même officiellement bannies d'Amazon Marketplace, certaines des entreprises visées continueront cependant à écouler leurs marchandises en utilisant des sous-marques ou en se positionnant avantageusement sur d'autres plateformes (comme AliExpress d'Alibaba, le concurrent chinois d'Amazon). Heureusement, en attendant la prochaine opération de nettoyage d'Amazon, et pour vous aider à acheter des articles de qualité, plusieurs sites (comme Fakespot, Review Meta, The Review Index, AppBot, AMZ Trackers, Make My Jungle...) existent qui permettent aux consommateurs, mais aussi aux vendeurs de débusquer les faux avis qui viennent encore aujourd'hui parfois polluer la marketplace du géant du e-commerce.