Porno sur Twitter : l'Arcom saisie par des associations

Porno sur Twitter : l'Arcom saisie par des associations

Twitter pourrait bien être bloqué en France ! De nombreuses associations de défense de l'enfance ont saisi l'Arcom, car des contenus pornographiques, pédophiles et zoophiles sont facilement accessibles sur le réseau social.

Twitter est une fois de plus dans la tourmente ! Une soixantaine d'associations de défense des droits de l'enfant – dont l'Open (Observatoire de la parentalité et de l'éducation numérique), l'Unaf (Union nationale des associations familiales) et la Cofrade (Conseil français des associations pour les droits de l'enfant) – ont saisi l'Arcom (Autorité publique française de régulation de la communication audiovisuelle et numérique) afin de demander la saisie et la mise en demeure du réseau social. Le problème ? L'oiseau bleu diffuse de très nombreux contenus pornographiques, sur lesquels les mineurs peuvent tomber. "Nos associations ont constaté la présence sur Twitter de très nombreuses images et vidéos pornographiques, susceptibles d'être vues par des enfants. […] Se trouvent également sur ce réseau social grand public des vidéos pornographiques zoophiles, et d'autres mettant en scène des personnes ou des personnages mineurs", explique le communiqué paru ce lundi 29 août 2022.

Twitter : du contenu pornographique accessible aux mineurs

En France, les réseaux sociaux sont interdits aux enfants de moins de 13 ans, et ceux ayant entre 13 à 15 ans doivent s'inscrire avec une autorisation parentale. Enfin, en théorie. Dans les faits, il suffit souvent de mettre une fausse année de naissance et je dire que l'on a plus de 18 ans. Dans tous les cas, Twitter abrite les comptes de mineurs. Or, si le réseau social interdit les "médias montrant des violences et/ou agressions sexuelles", "les photos ou vidéos intimes d'une personne réalisées ou diffusées sans son consentement" et "tout contenu qui présente ou promeut l'exploitation sexuelle d'enfants" dans ses conditions d'utilisation, il autorise le contenu pornographique – comme des vidéos issues de PornHub par exemple. Par conséquent – et c'est là le problème – les mineurs peuvent tout à fait tomber par hasard.

Pour justifier la saisie, les associations s'appuient sur l'article 227-24 du Code pénal, modifié en décembre 2021, qui interdit "de fabriquer, de transporter, de diffuser" des contenus pornographiques – y compris ceux qui impliquent des animaux – s'ils risquent d'être vus par des mineurs. Les plateformes sont également condamnables "si l'accès d'un mineur aux messages mentionnés au premier alinéa résulte d'une simple déclaration de celui-ci indiquant qu'il est âgé d'au moins dix-huit ans." Ce qui est exactement ce que fait Twitter.

Pornographie en ligne : l'Arcom veut bloquer des sites X

Cet article avait déjà amené l'Arcom à mettre en demeure des éditeurs de sites X "pour adultes" comme Pornhub, Tukif, Xhamster, Xnxx et Xvideos pour se conformer à l'obligation légale de bloquer l'accès des mineurs à leurs contenus (voir notre article). Ils comparaitront devant le tribunal judiciaire de Paris le 6 septembre prochain. Avant d'entamer la procédure, les associations ont contacté Twitter France, qui s'est contenté de les rediriger vers l'hébergeur irlandais sans répondre à leurs questions. Désormais, tout est entre les mains de l'Arcom, qui s'est engagé à "instruire" la demande. Si l'autorité décide de mettre en demeure la plateforme, Twitter aura un délai de 15 jours pour se conformer à la loi, sans quoi il sera bloqué sur l'Hexagone.