Metroid Dread : présentation, date de sortie, prix

Metroid Dread : présentation, date de sortie, prix

METROID DREAD. Le dernier opus des aventures de Samus Aran, intitulé Metroid Dread, arrive en même temps que la Nintendo Switch OLED, la nouvelle console du constructeur japonais. Que nous réserve cette nouvelle aventure de la chasseuse de prime galactique ?

Annoncé par surprise lors de l'E3 2021 – le grand salon international du gaming –, Metroid Dread a fait l'effet d'une petite bombe dans le milieu du jeu vidéo. Dernier né d'une saga historique qui a influencé une grande partie de la production vidéoludique ultérieure, il est la suite directe de Metroid Fusion, dernier épisode de la série principale de la franchise, sorti en 2002 sur GameBoy Advance, soit il y a déjà dix-neuf ans. On comprend aisément pourquoi l'annonce du jeu suscite autant l'enthousiasme chez les fans de la série.

© Nintendo

Quelle est à la date de sortie de Metroid Dread ?

La nouvelle épopée de Samus Aran sera disponible ce vendredi 8 octobre 2021 en France. Le jeu étant une franchise de Nintendo, il sera donc exclusif aux consoles Switch. Pas la peine de chercher à acquérir une version pour PC, Xbox ou PlayStation, elle n'existe pas. Notez que Metroid Dread est bien entendu compatible avec les trois modèles de la Nintendo Switch (OLED, classique et Lite), et qu'il fonctionnera de façon identique sur toutes ces machines.

Où acheter Metroid Dread ?

Vous pouvez d'ores et déjà pré-commander le jeu chez la plupart des enseignes spécialisées et des boutiques en ligne, telles que Micromania, la Fnac, Amazon ou encore Cdiscount, pour une livraison ou un retrait en magasin dès le vendredi 8 octobre 2021. Il sera également disponible à la même date et en version dématérialisée sur le Nintendo eShop, la boutique de jeux en ligne de Nintendo, accessible via votre console Switch, peu importe son modèle (OLED, classique ou Lite).

Quel est le prix de Metroid Dread ?

Pour son lancement, le jeu s'affiche au prix de 49,99 € en version physique chez la plupart des revendeurs et au prix de 59,99 € en version dématérialisée sur le Nintendo eShop. Cette différence de prix, à la hausse pour la version numérique, peut sembler étonnante, mais c'est presque systématiquement le cas avec les jeux vendus sur le magasin en ligne de Nintendo. Notez qu'il existe également une édition spéciale de la version physique, qui contient, en plus du jeu, un artbook, des cartes holographiques et un steelbook. Cette édition est vendue au prix de 89,99 € mais se trouve actuellement en rupture de stock. Si vous désirez mettre la main dessus, soyez patient et surveillez les réapprovisionnements sur les différentes boutiques en ligne. Enfin, comme à son habitude, Nintendo commercialise deux amiibos, des figurines achetables séparément et qui vous offriront quelques menus bonus en jeu. Dans le cas présent, une figurine à l'effigie de Samus Aran vous donnera une réserve de santé supplémentaire et la possibilité de recharger votre énergie vitale une fois par jour, et une figurine d'E.M.M.I vous octroiera une réserve de missiles en plus et la possibilité de les recharger une fois par jour. Les deux amiibos sont vendus par pack, à 39,99 € chez la plupart des marchands et à 32,99 € actuellement chez Micromania.

Histoire et gameplay de Metroid Dread

Développé par le studio espagnol MercurySteam, déjà responsable du remake Metroid : Samus Returns sur Nintendo 3DS en 2017, Metroid Dread s'annonce spécial à plus d'un titre pour Nintendo : d'abord, l'année 2021 marque les 35 ans de la franchise ; ensuite, il s'agit du premier épisode inédit de la série principale à sortir depuis dix-ans ; enfin, Nintendo a annoncé qu'il marquerait la fin de l'arc narratif débuté en 1986. Nul doute que cet épisode nous réserve donc de grands moments de jeu.

Côté intrigue, Metroid Dread prend place vingt ans après les événements de Metroid Fusion. Dans le précédent opus, notre héroïne avait empêché les parasites X, de dangereux symbiotes capables d'infecter et de répliquer les autres formes de vie, d'envahir la galaxie. Au terme de combats acharnés, la menace semblait éteinte. Mais deux décennies plus tard, des signes de présence des parasites X sont détectés sur la planète ZDR. La Fédération Galactique, le pouvoir politique en place dans l'univers du jeu, décide d'envoyer une escouade de robots EMMI (pour Explorateurs Mobiles Multiformes Interplanétaires) sur place pour mener l'enquête. Mais peu après l'arrivée de l'unité sur la planète ZDR, la Fédération perd le contact avec les automates. Elle se tourne alors vers Samus Aran, la redoutable chasseuse de prime, et la dépêche sur ZDR pour découvrir ce qui trame dans les tréfonds de la planète.

© Nintendo

Côté jeu, on retrouvera tous les classiques du genre : Samus est toujours dotée de sa fameuse combinaison Chozo, une armure conçue par une espèce extra-terrestre du même nom et qui semble liée de près ou de loin à tous les mystères de la galaxie. Grâce à elle, Samus dispose d'une large panoplie de mouvements et d'armes, qui s'enrichira au fil de l'aventure et qu'il faudra apprendre à maîtriser pour surmonter les dangers qui rôdent sur la planète ZDR. On retrouve les capacités traditionnelles de notre héroïne, le saut, le rebond contre les parois, la fameuse morph ball ainsi que le grappin, auxquelles s'ajoutent d'ores et déjà trois nouveaux pouvoirs, que nous avons pu apercevoir dans les trailers : une glissade à effectuer en courant, permettant de passer rapidement sous un obstacle ou un ennemi, un dash et un camouflage optique temporaire. Ces trois ajouts sont directement liés à la présence d'un nouveau type d'ennemi dans la série, les EMMI. En effet, les robots initialement envoyés par la Fédération Galactique ont été corrompus et vous traquent désormais sans répit. Insensibles à la plupart de vos armes, vous n'aurez d'autres choix que de les fuir lorsque vous croiserez leur route. De belles phases de poursuites et de tension en perspective, qui rappellent celles du précédent épisode Metroid Fusion, dans lequel vous étiez régulièrement pourchassé par le SA-X, votre double maléfique créé par les fameux parasites-X.

© Nintendo

Côté arsenal, Samus dispose toujours de son canon sur le bras droit, pouvant envoyer rayons et missiles de différents types, mais également effectuer une parade au corps-à-corps permettant de repousser les ennemis et d'exécuter une puissante riposte, si elle est déclenchée au bon moment. Toutes ces capacités offensives ne seront pas de trop pour affronter les menaces qui peuplent la planète. Les vidéos du jeu déjà disponibles laissent entrevoir un bestiaire qui semble sympathique, entre créatures rampantes, volantes ou bondissantes, biologiques ou robotiques, petites ou titanesques. Les différents trailers ont également donné un aperçu de quelques-uns des boss dont il faudra se défaire, avec notamment le retour de Kraid, antagoniste mythique de la série, et l'apparition d'un guerrier Chozo qui semble redoutable.

© Nintendo

On retrouve donc tous les éléments ayant fait le succès de la série Metroid, avec lesquelles la franchise a défini un certain nombre de standards de game design encore utilisés aujourd'hui dans la production vidéoludique. Savant mélange d'exploration, de plate-forme et de combat, la série a posé les jalons d'un des genres de jeu vidéo les plus populaires de l'histoire : le metroidvania. Mot-valise composé des noms Metroid et Castlevania, autre série de jeux phare des années 90, il recouvre une grande diversité de titres qui partagent néanmoins une structure commune : un monde divisé en zones interconnectées plutôt qu'en niveaux étanches ; une progression non-linéaire fondée sur l'acquisition successive de compétences ouvrant l'accès à ces zones ; un fort accent mis sur l'exploration et l'observation, qui récompense toujours la curiosité du joueur par la découverte de secrets, de chemins dérobés ou de bribes de scénario ; des affrontements souvent épiques et exigeants contre des boss qui se veulent (le plus souvent) mémorables.

© Nintendo

Ces ingrédients forment une recette diablement efficace pour plonger le joueur dans la diégèse du jeu (l'univers interne de l'œuvre) et l'impliquer dans ses enjeux tant ludiques que narratifs. On a toujours envie de pousser un peu plus loin l'exploration, pour découvrir ce qui se cache derrière cette porte fermée, ce précipice infranchissable ou ce mur qui semble un peu fragile. On revient toujours face à cet ennemi qui nous rossé un nombre incalculable de fois, mais qu'on est sur le point de vaincre à force de pratique, d'adresse et de connaissance. On veut toujours en apprendre plus sur cet univers qui ne se dévoile pas de lui-même et réserve ses révélations aux joueurs qui auront su l'arpenter, le découvrir et le comprendre.

Newsletter

Fort de sa longue expérience et de sa place de pionnier, espérons que Metroid Dread saura, tout à la fois, honorer cet héritage ludique et le renouveler. Car depuis la sortie du tout premier Metroid en 1986, bien d'autres œuvres sont venues apporter leur pierre à l'édifice du metroidvania et, qu'en 2017, un certain Hollow Knight est venu transcender le genre, au point d'en redéfinir les codes et les standards.