Clavier PC : les valeurs sûres

Clavier PC : les valeurs sûres

Le clavier est l'un des deux périphériques indispensables à tout PC. S'il peut paraître banal et accessoire, mieux vaut le choisir avec soin car il joue un rôle fondamental au quotidien, en termes de confort comme d'efficacité. Voici une sélection de modèles et quelques conseils pour vous aider à trouver le plus adapté à votre budget et à vos besoins.

Le clavier PC est l'un des deux éléments indispensables pour contrôler votre ordinateur (l'autre étant la souris). Généralement, la surface d'un clavier se compose d'une centaine de touches (108 en standard), toutes réparties dans des catégories (numériques, alphanumériques, alphabétiques, fonctionnelles). Selon les dimensions du clavier (plein format, compact, super compact, 60%), la taille des touches peut être réduite et l'espacement entre chacune d'entre elles, plus ou moins prononcé. Tout comme la forme de leur plateau (le haut de la touche qui peut être creux, bombé, plate, ovoïde). C'est d'ailleurs pour ça que, lorsque vous passez du clavier du PC de bureau à celui de votre PC portable (et inversement), il n'est pas rare que vous fassiez quelques fautes de frappe dans les premières minutes ou que vous ne retrouviez pas tout de suite vos repères. Il faut que votre cerveau et vos doigts se réadaptent à l'espacement, la disposition et la taille des touches.

Autres points importants qui influenceront votre choix et, surtout, vous rendre le confort de frappe bien plus agréable au quotidien : la hauteur et l'inclinaison du clavier, la présence ou non d'un repose-paume, la disposition ergonomique, la course, le silence et le rétroéclairage des touches et, enfin, la connectique - filaire (USB) ou Bluetooth. À prendre aussi en compte, la présence ou non d'un pavé numérique et d'une tranché de séparation bien définie entre les différentes parties du clavier (alphanumérique / flèches directionnelles / pavé numérique).

Enfin, plus marginales mais pouvant faire pencher la balance au moment de l'achat, les touches multimédia (lecture, stop, gestion du volume, etc.) dédiées ou encore la possibilité d'avoir, comme sur un PC portable, une touche "Fn" pour activer des raccourcis ou lancements d'applications préprogrammés dès que l'on presse celle-ci en même temps qu'une des touches F1 à F12.

  • Epaisseur. Ni trop haut, ni trop plat et... ni trop incliné. Difficile de trouver la bonne combinaison et pourtant, c'est essentiel car à l'excès, les articulations des poignets et des doigts vont en pâtir. Recourir à un repose-paume est vivement recommandé si vous ressentez des gênes ou douleurs au bout du 10 à 15 minutes de frappe. Si malgré cela, la gêne perdure, essayez de le surélever légèrement au moyen de petits élévateurs rétractables qui, sur la plupart des modèles se trouvent en dessous, sur la partie haute, aux extrémités droites et gauches.
  • La disposition ergonomique des touches. Elle est proposée sur certains modèles de claviers PC. Cet agencement oblige à positionner les mains vers l'intérieur du clavier et peut-être très agréable pour ceux qui n'aiment pas la position linéaire ou ont, encore une fois, des douleurs aux poignets avec un clavier "classique" et veulent essayer de les soulager un peu.
  • La course des touches. Elle peut être longue, moyenne, courte, très courte. La course désigne, en fait, la distance que la touche a à parcourir pour atteindre le petit mécanisme qui se trouve sous sa surface et qui va informer le PC de la lettre ou de l'action à opérer. Pour la bureautique, on aura tendance à privilégier les courses longues à moyennes et, pour le jeu vidéo, moyen à très rapide avec, bien souvent des mécanismes particuliers pour optimiser encore les temps d'exécution.
  • Le silence. Il est "d'or" pour beaucoup, de "plomb" pour d'autres. Ici, c'est selon l'appréciation de chacun mais sachez qu'un clavier à touches dites "mécaniques" font plus de bruit que les claviers à touches optiques ou "toucher ordinateur portable". De gros efforts ont été faits ces dernières années en la matière, et même les claviers les moins chers font un bruit raisonnable. À l'inverse, certains claviers gamers - très chers - font un bruit épouvantable et pourraient être une cause de dispute avec les personnes du foyer.
  • Le rétroéclairage. Là encore, c'est selon les habitudes et goûts de chacun, et le budget prévu. La plupart du temps, il peut être réglé selon différentes intensités voire complètement désactivé en faisant jouer une combinaison de touches.
  • Avec ou sans fil. Pour la bureautique ou la création multimédia, la retouche d'images, etc. que le clavier soit filaire ou non, c'est vous qui décidez. Ce sera en fonction de votre envie et de vos habitudes (et de votre budget, aussi). N'oubliez pas, aussi, que la plupart requiert une à deux piles pour être alimentés. Certains se rechargent par énergie solaire, et peu d'entre eux embarquent une batterie rechargeables en USB. Pour les gamers, nous, nous recommandons toujours du filaire même si les technologies sans-fil maison des constructeurs ou encore les normes Bluetooth s'améliorent sans cesse pour accélérer les débits et donc, réduire la latence entre le moment où l'action est commandée et celui où elle est répercutée à l'écran (de l'ordre de la milliseconde). Rien ne vaut un bon câble, parole de joueuse.