Bing Chat : l'IA gratuite de Microsoft s'ouvre à tout le monde !

Bing Chat : l'IA gratuite de Microsoft s'ouvre à tout le monde !

Microsoft continue sa folle course à l'IA avec une nouvelle mise à jour de Bing Chat ! Non seulement l'agent conversationnel est désormais accessible à tout le monde, mais en plus il profite d'une foule de fonctions pratiques.

Microsoft continue sa plongée dans le domaine de l'IA avec Bing Chat et rien ne semble plus pouvoir l'arrêter ! Après avoir intégré son nouveau chatbot dans son clavier mobile alternatif SwiftKey (voir notre article) et avoir intégré Bing par défaut dans tous les smartphones Samsung Galaxy, l'entreprise continue d'améliorer son IA en ajoutant de nouvelles fonctions et en améliorant certains points. Comme annoncé dans un communiqué publié le 4 mai, tout le monde peut maintenant accéder à Bing Chat sans passer par la liste d'attente – même si l'entreprise répondait à la demande rapidement. Il suffit de se rendre sur le moteur de recherche avec un navigateur Web – Edge de préférence, mais pas obligatoirement – et de se connecter à son compte Microsoft pour accéder à l'IA et profiter de GPT-4, la toute nouvelle version de son modèle de langage, le "moteur" derrière l'IA révolutionnaire ChatGPT – ChatGPT-4 est, de son côté, pour le moment réservé aux abonnés à ChatGPT Plus, un service payant. Car, et c'est un atout inconstatable de la solution Microsoft, Bing Chat est entièrement gratuit !

En plus de pouvoir discuter avec le chatbot, on peut désormais utiliser ses fonctions de recherche, sans compter toute la foule de nouvelles fonctions intégrées. Une façon de se démarquer de l'IA d'OpenAI et une avancée de plus, qui creuse encore davantage la distance avec Google dans la course à l'IA, le chatbot de l'autre géant américain fournissant des résultats jusqu'ici jugés décevants – et ce à peine une semaine avant sa conférence annuelle I/O destinée aux développeurs.

Bing Chat : le plein de nouveautés

Avec les nombreuses mises à jour à venir, Bing Chat pourra bientôt garder l'historique des conversations afin que l'utilisateur puisse conserver une trace de ses échanges. Par la suite, Microsoft souhaiterait que les nouvelles conversations puissent s'appuyer dessus afin de fournir des réponses plus personnalisées et pertinentes. Il sera également possible d'exporter et de partager des échanges sur les réseaux sociaux ou avec des outils de collaboration comme Word, ce qui est plus pratique qu'un copier-coller. Bing Chat est également mieux intégré dans Edge puisque cliquer sur un lien qu'il fournit ouvrira la page dans un volet latéral dédié.

© Microsoft

Le chatbot va voir ses capacités pour résumer le contenu de documents ou de longues pages Web s'améliorer. De plus, il pourra proposer des réponses plus visuelles avec des graphiques et des courbes par exemple. Microsoft travaille également sur une approche multimodale afin de pouvoir préciser sa demande en ajoutant une image en plus du texte – une fonction déjà prise en compte par ChatGPT-4, mais pas encore accessible au grand public. Bing Image Creator, le générateur d'images basé sur DALL-E (voir notre article), fait par ailleurs son arrivée dans l'interface, ce qui fait de Bing Chat l'unique robot conversationnel à générer à la fois du contenu écrit et visuel au même endroit. L'outil prend d'ailleurs en charge plus de 100 langues.

Une autre fonction importante fait son apparition : les Actions. Comme son nom l'indique, elle permet de s'appuyer sur l'IA pour effectuer des tâches. Par exemple, il est possible de demander à Bing Chat de regarder un film, et le chatbot sélectionnera automatiquement le bon service et ouvrira le site pour commencer à lire le film.  Pour compléter cette série de fonctions, Microsoft ouvre également Bing Chat à des tiers grâce à la prise en charge de plug-in – ce qu'OpenAI est en train d'expérimenter avec ChatGPT (voir notre article). Deux plug-in sont déjà disponibles :  OpenTable pour réserver une table dans un restaurant et Wolfram Alpha pour obtenir des réponses détaillées à des questions sur des sujets scientifiques.

© Microsoft

Bing Chat : un outil toujours plus puissant

Fin avril, Bing AI accueillait déjà plusieurs nouveautés bienvenues. Comme elle l’annonçait sur son blog, la mise à jour de l'agent conversationnel avait permis d'améliorer ses réponses en rapport avec l'actualité. De plus, Bing Chat prend maintenant en charge la typographie LaTeX – un système de composition de documents utilisé dans le milieu universitaire et scientifique – afin de permettre "d'afficher correctement des expressions mathématiques complexes. De quoi faire du chatbot un outil encore plus utile pour apprendre des concepts mathématiques ou rédiger des articles de recherche technique", se réjouit MIcrosoft. Enfin, la firme de Redmond en avait profité pour corriger certains bugs, comme les interruptions brusques de Bing Chat en pleine discussion – "Je suis désolé mais je préfère ne pas continuer cette conversation" – et promettait que cela arrivera moins souvent. Devaient également diminuer les recherches en doublon inutiles du chatbot et les erreurs qui l'amènent à ne pas répondre aux requêtes.

© Microsoft

Bing AI : l'intelligence artificielle accessible depuis différents outils

Avec son nouveau chatbot, Microsoft est parvenu à attirer l'attention des utilisateurs, que ce soit sur PC, sur un smartphone Android ou sur iPhone. En effet, les téléchargements de l'application Bing avaient été multipliés par dix dans le monde, début février, suite à la présentation de Microsoft, alors même que son IA était disponible uniquement sur invitation aux États-Unis – la France y a depuis eu accès. Un véritable exploit, étant donné que Google possède environ 90 % des parts du secteur. Pour profiter de Bing A, il suffit simplement de se rendre sur le moteur de recherche, de se connecter à son compte Microsoft pour accéder à l'IA. Précisons qu'il faut obligatoirement passer par Edge pour discuter avec l'intelligence artificielle. En le faisant depuis un autre navigateur, Bing redirige automatiquement vers Microsoft Edge.

Mais Bing et Edge ne sont pas les seuls moyens pour pouvoir converser avec l'IA. En effet, la mise à jour Moment 2 de Windows 11 en mars avait apporté quelques nouveautés au système de Microsoft (lire notre article). Si l'on y trouve quelques améliorations – pas toutes d'une grande utilité –, on constate aussi que Microsoft a la ferme intention de propulser son robot conversationnel Bing AI sous les projecteurs afin de susciter son utilisation. Pour y parvenir, l'éditeur n'a pas trouvé meilleure place que le champ de recherche de la barre des tâches de Windows. Après quelques clics, vous pourrez ainsi accéder à Bing AI qui, rappelons-le, combine l'indexation du moteur de recherche maison Bing à l'intelligence artificielle de ChatGPT afin de proposer du contenu tantôt créatif tantôt purement informationnel. Ainsi, alors que les connaissances actuelles de ChatGPT ne dépassent pas l'année 2021, Bing AI peut répondre à des questions d'actualité.

Vous pouvez tester par vous-même les performances de Bing AI puisqu'il est accessible en ligne à travers n'importe quel navigateur Web – et donc pas forcément le navigateur Edge – mais aussi depuis l'appli Bing disponible pour Android et iOS. On le retrouve également dans le clavier mobile alternatif SwifKey (voir notre article). Mais attention, il y a toutefois quelques restrictions aux échanges. En effet, après avoir essuyé quelques déboires au tout début de l'aventure avec des internautes un peu trop curieux, Bing AI limite pour le moment les conversations à dix échanges au maximum. Au-delà, le contexte de la conversation doit être supprimé pour redémarrer un nouvel échange – l'utilisateur a le droit à 120 entrées quotidiennes. Bing AI ne garde donc pas trace de ce que vous lui avez demandé auparavant et de ce qu'il vous a répondu. C'est un peu frustrant.

Comment lancer une conversation avec Bing AI ?

Maintenant, que tout le monde peut accéder à Bing AI sans avoir à attendre, voici comment mettre à l'épreuve le robot conversationnel.

Depuis Windows avec la mise à jour Moment 2

► Si vous avez installé la mise à jour Moment 2 de Windows 11, cliquez sur le champ de recherche de la barre des tâches flanqué à présent du logo Bing. Le menu re recherche s'ouvre. Cliquez sur le logo Bing en haut à droite.

► Le navigateur Edge s'ouvre alors (même s'il ne s'agit pas de votre navigateur par défaut). En haut à gauche de la page, deux options sont proposées : Rechercher (qui correspond au moteur de recherche traditionnel de Bing) et Conversation qui fait place au chatbot. Dans le champ placé au bas de la page, vous pouvez entamer la conversation avec une question. Celle-ci ne doit pas excéder 2000 caractères.

► Avec une question d'actualité, Bing AI répond avec précision et tente de relancer la conversation dans le contexte.

► Vous pouvez dès lors poser d'autres questions ou affirmations (dans le même contexte). Vous avez droit à 6 questions et donc 6 réponses. Selon vos souhaits, vous pouvez demander à Bing d'apporter des réponses créatives, équilibrées ou précises en cliquant sur l'un des trois modes proposés. Une fois les six interactions atteintes, cliquez sur l'icône en forme de balai pour réinitialiser la conversation. Son contexte ne sera pas mémorisé. Vous devrez repartir de zéro.

Depuis n'importe quel navigateur Web

► Si vous n'avez pas installé la mise à jour Moment 2, ouvrez votre navigateur Web favori et rendez-vous sur la page de Bing. Identifiez-vous avez votre compte Microsoft afin de pouvoir accéder au chatbot.

► Une fois identifié, rechargez la page. Elle affiche à présent le robot conversationnel de Microsoft avec un champ destiné à recevoir votre question. Ici, pour une raison étrange, celle-ci ne doit pas excéder 1 000 caractères. Saisissez votre question et validez.

► Par défaut, c'est alors le moteur de recherche Bing qui prend le relai et affiche les résultats de façon traditionnelle. Cliquez, en haut à gauche de la page, sur le lien Conversation. Le robot répond alors à la question et tente de relancer la conversation.

► Fait amusant (ou inquiétant ?) : alors que nous avions posé la même question une première fois concernant les candidats éliminés de la nouvelle saison de l'émission Top Chef de M6 démarrée le 1er mars, le robot avait apporté une réponse erronée (les prénoms cités ne correspondent à personne).

Autour du même sujet