L'Europe impose l'USB-C comme prise universelle

L'Europe impose l'USB-C comme prise universelle

À l'automne 2024, l'USB Type-C deviendra le format de prise universel pour la charge de tous les appareils mobiles de petite taille dans les pays de l'Union européenne. Un standard obligatoire qui simplifiera notre quotidien.

Cette fois, c'est fait ! À compter de l'automne 2024, tous les appareils mobiles vendus dans l'Union européenne devront être munis d'au moins un port de type USB-C pour la recharge électrique. Le 7 juin, les 27 pays membres de l'UE et les eurodéputés ont en effet conclu un accord provisoire pour imposer ce format à la plupart des appareils électroniques, à savoir, les smartphones, les tablettes, les liseuses, les appareils photo, les baladeurs audio, les enceintes portables, les consoles de jeux et d'autres produits mobiles. Cette nouvelle règle s'appliquera également aux ordinateurs portables, mais seulement en 2017, leurs constructeurs disposant d'un délai de plusieurs mois pour adapter les systèmes d'alimentation aux capacités de la norme USB-C, limitée aujourd'hui à une puissance de 240 W.

C'est clairement une excellente nouvelle pour les consommateurs, qui n'auront plus à jongler entre les chargeurs aux multiples formats "propriétaires " – notamment les connecteurs si chers à Apple… – comme pour la planète, dans la mesure où cette réglementation évitera l'immense gâchis de produits électroniques dû à la perte ou au remplacement de produits. Selon un article de Bloomberg, les citoyens européens jetteraient quelque 11 000 tonnes de chargeurs inutiles par an, soit l'équivalent de 250 millions d'euros… En théorie, un bloc d'alimentation doté d'une ou plusieurs sorties au format USB-C suffira pour recharger n'importe quel appareil, pour peu que sa puissance soit suffisante. On se dirige donc tout tout droit vers le chargeur universel, indépendant des marques et des types de produits. D'ailleurs, une disposition de l'accord,  applicable elle aussi dès 2024, stipule que le consommateur devra avoir le choix d'acheter son appareil avec ou sans chargeur. On imagine que les constructeurs y trouveront très vite leur intérêt, en proposant systématiquement leurs chargeurs en option, moyennant un supplément… Par ailleurs, la charge rapide a été harmonisée : on pourra ainsi charger un appareil à la même vitesse avec n'importe quel chargeur compatible.

Des chargeurs universels en USB-C dès 2024

"Aujourd'hui, nous avons fait du chargeur universel une réalité en Europe ! Les consommateurs n'auront plus à acheter un chargeur avec chaque nouvel appareil mobile. Nous sommes fiers que les ordinateurs portables, les liseuses électroniques, les oreillettes, les claviers, les souris d'ordinateur et les appareils de navigation portables soient également inclus. Nous avons également amélioré l'information et l'étiquetage pour les consommateurs et ajouté des dispositions sur le chargement sans fil, car il s'agit de la prochaine évolution de la technologie de chargement", s'est incité réjoui Alex Agius Saliba, rapport du texte au Parlement européen. 

Certes, tout n'est pas bouclé dans cette grande mutation qui fait office de véritable révolution. Il faudra d'abord que les fabricants de produits électroniques adoptent massivement ce format, heureusement déjà très répandu. Les 40 mois que l'Europe leur octroie pour s'adapter devraient être amplement suffisants. Seul Apple fait grise mine, en se voyant contraint d'abandonner son fameux connecteur Lightning,  employé notamment sur ses iPhone et ses iPad. Mais la firme à la pomme a le temps et les moyens de rentrer dans le rang sans mettre sa santé financière en péril, quitte à rogner sur les avantages de sa technologie. 

Le délai sera aussi mis à parti par les consommateurs pour se familiariser avec les petites subtilités de l'USB-C. Car si ce format normalisé a l'immense avantage d'être pratique – on peut introduire un connecteur mâle dans une prise femelle sans se préoccuper du sens, contrairement aux autres formats USB –, il présente de nombreuses différences dans ses multiples déclinaisons. Apparu en 2014 avec la norme USB 3.0, l'USB Type-C – c'est son nom complet – peut en effet véhiculer divers signaux correspondant à divers usages – Power Delivery pour l'alimentation électrique, DisplayPort pour l'audio et la vidéo, Thunderbolt, etc. Surtout, la norme a été déclinée successivement avec des sous-versions qui ont entraîné – et qui entraînent toujours ! – une grande confusion : USB 3.1, USB 3.1 Gen 1, USB 3.2 Gen 1, USB 3.2 Gen 2x2, USB 3.2 Gen 2… Les constructeurs et les marchands vont devoir faire des efforts pour clarifier les compatibilités et les possibilités des câbles et des chargeurs en améliorant leur étiquetage pour guider les utilisateurs.

Après les vacances d'été, le Parlement et le Conseil devront encore approuver formellement l'accord avant sa publication au Journal officiel de l'Union européenne. Ses dispositions commenceront à s'appliquer après 24 mois, soit à l'automne 2024. Bien évidemment, les nouvelles règles ne s'appliqueront pas aux produits mis sur le marché avant la date d'application.

Prise USB universelle : un projet de longue date

L'accord qui a été trouvé par le Parlement et le Conseil européens le 7 juin marque la fin d'un projet ancien. Dès 2009, la Commission européenne avait déjà souhaité favoriser l'adoption du format micro-USB pour les chargeurs d'appareils mobiles. En septembre 2021, les parlementaires ont déposé un nouveau texte visant à réviser la directive sur la mise à disposition sur le marché des équipements radioélectriques. Le but de la Commission européenne était double : d'une part, éviter aux utilisateurs de devoir jongler avec de multiples chargeurs, comme c'est souvent le cas ; de l'autre, limiter la multiplication des déchets électroniques, en évitant l'immense gâchis de ressources (métaux, terres rares, etc.) qui accompagne la transformation numérique de la société, en particulier avec les appareils mobiles. "Notre projet va dans le sens des consommateurs et celui de l'environnement, tout en préservant l'innovation. C'est l'illustration de l'Europe concrète, qui agit en faveur de ses citoyens et du climat", déclarait alors Thierry Breton, le commissaire au marché intérieur, cité par Le Monde"Cela fait suffisamment longtemps que les consommateurs européens sont agacés par l'accumulation de chargeurs incompatibles dans leurs tiroirs. Nous avons donné au secteur tout le temps nécessaire pour qu'il propose ses propres solutions, mais le temps est désormais venu de prendre des mesures législatives en faveur d'un chargeur universel. Il s'agit d'un gain important pour nos consommateurs et notre environnement, conforme à nos ambitions écologiques et numériques", ajoutait Margrethe Vestager, commissaire européenne à la Concurrence, dans un communiqué.

Apple récalcitrant au format USB-C 

Ce projet de révision de directive européenne n'a pas fait les affaires de l'un des grands noms de l'électronique grand public, à savoir Apple dont les iPhone et les iPad se rechargent encore aujourd'hui non sur des ports Lightning. L'Américain était vent debout contre ce texte. "Cette réglementation étoufferait l'innovation au lieu de l'encourager et nuirait aux consommateurs en Europe et dans le monde", expliquait alors Apple. "Nous continuons à craindre qu'une régulation stricte imposant un type de connecteur n'étouffe l'innovation au lieu de l'encourager, ce qui nuira finalement aux consommateurs en Europe et à travers le monde", poursuivait le groupe cité par l'agence Reuters. "Plus d'un milliard d'appareils Apple intègrent un connecteur Lightning. Nous voulons être sûrs que la nouvelle législation ne causera pas d'envoi de câbles inutiles, et ne rendra pas ces appareils obsolètes", insistait le constructeur. Que l'on se rassure, le constructeur aura le temps, comme les autres, de s'adapter à la nouvelle législation et d'adopter ce standard, déjà largement répandu dans le monde Android. Et, pour les anciens appareils, il sera toujours possible d'utiliser des adaptateurs Lightning-USB-C que l'on trouve pour quelques euros chez de nombreux revendeurs.