12
Merci

Quelques mots de remerciements seront grandement appréciés.

Imprimantes 3D

Autrefois cantonnée aux professionnels, aujourd’hui l’imprimante 3D se fait une place chez les particuliers. Que ce soit pour créer des jouets, fabriquer des pièces détachées sur mesure pour réparer votre équipement ou encore réaliser des objets décoratifs, de nombreuses idées sont déjà réalisables. Mais attention, car toutes les imprimantes ne proposent pas les mêmes performances. Voici nos conseils pour s’y retrouver.

Il existe actuellement plusieurs types d’imprimantes 3D. La plus fréquente à ce jour est l’imprimante 3D dite FDM (« Fused Deposition Modeling »), appréciée des particuliers. Celle-ci imprime un objet en 3 dimensions via des couches de filaments de matière, chauffée pour atteindre un état liquide avant d’être appliquée. Plus rare et plutôt réservée à des professionnels, l’imprimante 3D SLA (« StereoLithography Apparatus ») utilise une résine qui se polymérise sous l’effet de la lumière (notamment un laser). Un procédé plus précis, plus rapide, mais aussi plus cher. Pour s’y retrouver, voici les principaux critères à retenir pour choisir une imprimante 3D.

  • Impression ouverte ou en caisson : deux types majeurs d’imprimantes coexistent actuellement sur le marché. Les imprimantes ouvertes sont des modèles proposant simplement une machinerie d’impression, ce qui permet d’y accéder facilement pour la maintenance et les réglages. Elles exposent cependant les créations à des salissures, comme des poussières. Les imprimantes en caisson sont moins soumises à ce risque, et présentent l’avantage d’un environnement chauffé pour une impression avec des filaments.
  • Vitesse et résolution : ces deux critères sont déterminants quant à la qualité d’une impression. Une impression rapide permet un gain de temps appréciable, mais peut aussi cacher une baisse de la résolution – qu’on peut également appeler précision. À l’inverse, une imprimante avec une résolution élevée (avec des couches de filaments toujours plus petites) offrira une impression de grande qualité au prix d’une vitesse réduite.
  • Simple ou double extrudeur : cet élément sert à « fondre » la matière en la mettant sous pression, puis à la déposer via une tête d’impression. La plupart des imprimantes grand public présentent un extrudeur simple, qui est plus facile à manipuler, mais ne proposant qu’une seule couleur d’impression. Un double extrudeur dépasse ce problème et permet l’élaboration plus rapide d’objets plus complexes. Prudence toutefois, car c’est aussi plus difficile à manipuler et à entretenir.
  • Matériaux d’impression : il en existe de différents types, exploitables par une imprimante 3D, avec des avantages et limites d’utilisation. L’ABS, un polymère, est parmi les plus utilisés, cependant il a pour obligation d’utiliser un caisson fermé et chauffé. Le PLA est aussi très apprécié en qualité de polymère biodégradable, et il nécessite une température de transformation plus faible. D’autres matériaux existent, mais sont moins répandus, tels que le PET/PETG, solide et utilisable en contact avec des aliments, ou encore le nylon.
12
Merci

Quelques mots de remerciements seront grandement appréciés.

Cet article est régulièrement mis à jour par des experts sous la
direction de Jean-François Pillou, fondateur de CommentCaMarche
et directeur délégué au développement numérique du groupe Figaro.

Publié par . Dernière mise à jour le par Alain.Steinmann.

Ce document intitulé «  Imprimantes 3D  » issu de CommentCaMarche (https://www.commentcamarche.net/) est mis à disposition sous les termes de la licence Creative Commons. Vous pouvez copier, modifier des copies de cette page, dans les conditions fixées par la licence, tant que cette note apparaît clairement.

1 vote - 5.0 /5

1 Commentaire

-
Article très bien argumenté
Permet un choix sans trop d'erreurs
Merci pour la rédaction