Mastodon : faut-il se ruer sur le concurrent de Twitter ?

Votre évaluation
  • 0 vote
  • Éditeur Mastodon
  • Version
  • Licence Freeware
  • Langue fr

L'arrivée d'Elon Musk aux commandes de Twitter inquiète la planète médiatique. Et de nombreux utilisateurs se tournent dès à présent vers Mastodon, un réseau social prometteur, plus ouvert et, surtout, décentralisé.

Les modifications en profondeur de certains services Web permettent souvent à des concurrents de reprendre du poil de la bête. On se souvient de l'épisode WhatsApp lorsque la modification des conditions générales d'utilisation imposée par Meta, la maison mère, avait déclenché une fuite des utilisateurs vers des plateformes plus discrètes comme Signal ou Telegram. Et avec l'arrivée d'Elon Musk à la tête de Twitter, l'un des réseaux sociaux les plus influents au monde, l'histoire se répète. Les désidératas du patron milliardaire et ses intentions concernant le fonctionnement de Twitter (lire notre article) ont ainsi permis à d'autres réseaux sociaux jusque-là dans l'ombre de profiter d'un sérieux coup de projecteur. C'est le cas notamment de Mastodon.

C'est quoi, Mastodon ?

Fondé en 2016 par l'allemand Eugen Rochko, Mastodon reprend tous les codes de Twitter. "Curieusement, l'une des raisons pour lesquelles j'ai commencé à m'intéresser à l'espace décentralisé des médias sociaux en 2016, ce qui m'a finalement conduit à créer Mastodon, était des rumeurs selon lesquelles Twitter, la plate-forme que j'utilisais quotidiennement depuis des années à ce moment-là, pourrait être vendu à un autre milliardaire controversé", indiquait son créateur en avril dernier alors que la parade nuptiale d'Elon Musk paraissait de plus en plus sérieuse.

Mastodon fonctionne ainsi sur le même principe que Twitter en permettant à chacun de ses utilisateurs de poster des messages (des pouets au lieu de tweets) agrémentés de vidéos, d'images, de Gifs ou de liens Internet. On peut également "liker" des messages, les republier (boost) ou discuter en privé avec des membres. Cependant, Mastodon se différencie de Twitter sur plusieurs aspects. Tout d'abord, il n'y figure aucune publicité, ce qui change un peu. Il n'y a pas d'ambition de générer de l'argent grâce aux données des utilisateurs. Ensuite, Mastodon est un système open source. Ce qui signifie que chacun peut s'approprier le code et le modifier.

Un principe qui en entraîne un autre : Mastodon repose sur des serveurs décentralisés. Il appartient donc à tout le monde et à personne en même temps. Surtout, Mastodon ne peut ainsi être contrôlé par une unique personne ,contrairement à Twitter où, selon ses envies, Elon Musk peut décider de supprimer une fonction ou de modifier la manière de fonctionner du réseau social. Mastodon s'appuie ainsi sur une architecture composée de multiples serveurs (appelés Instances) mais qui interagissent entre eux.

Ces instances, on en dénombre un peu plus de 3300 aujourd'hui, correspondent à des communautés. Elles se répartissent en plusieurs catégories comme Régionale, Technologies, Mudique, Arts, Activisme, etc. Tout un chacun peut créer sa propre instance (et donc son propre serveur Mastodon). "Chaque serveur est géré par une organisation ou une personne indépendante et peut différer en termes de politique de modération", précise Mastodon sur son site. "Avec un compte sur un serveur, vous pouvez suivre n'importe quelle autre personne sur le réseau, quel que soit l'endroit où son compte est hébergé. Vous verrez leurs messages dans votre fil principal, et s'ils vous suivent, ils verront le vôtre dans chez eux". Bref, on n'est pas loin du fonctionnement de Twitter sauf qu'ici, la modération reste au bon vouloir du détenteur du serveur sur lequel on s'est inscrit. Mastondon indique d'ailleurs sur son site : "Nous ne pouvons pas contrôler les serveurs, mais nous pouvons contrôler ce que nous promouvons sur cette page. Notre organisation ne vous dirigera que vers des serveurs qui sont constamment engagés dans la modération contre le racisme, le sexisme et la transphobie."

Enfin, sur Mastodon, les tweets – pardon, les toots ! – ne sont pas limités à 280 caractères mais à 500. De quoi se répandre un peu plus largement après des utilisateurs qui gonflent chaque jour un peu plus les rangs même si l'on est encore loin d'atteindre la popularité de l'oiseau bleu. Mastodon compterait ainsi aujourd'hui plus de 655 000 utilisateurs actifs contre… 436 millions  pour Twitter selon les chiffres relevés en mars 2022. Néanmoins, Mastodon connaît une croissance jamais vue jusqu'à présent comme s'en réjouissait la plateforme sur... Twitter évidemment. 

Pour connaître le succès, il faudra que des personnalités majeures quittent Twitter et invitent leurs followers à les rejoindre sur Mastodon. Une opération compliquée pour tous ceux dont les comptes affichent des dizaines voire des centaines de milliers d'abonnés qu'il faudra convaincre. On attend avec impatience les nouvelles frasques d'Elon Musk pour voir si Mastodon peut bien devenir le nouveau poids lourd des réseaux sociaux, à moins que Jack Dorsey, l'ancien PDG de Twitter parti en novembre dernier, ne séduise davantage avec BlueSky, une autre plateforme de réseau social (lire notre article) qui utilise aussi le principe du réseau décentralisé.

Comment démarrer sur Mastodon ?

Las de Twitter ou en désaccord avec les nouvelles pratiques instaurées par Elon Musk vous souhaitez vous tourner vers un autre réseau social ? Voici comment vous inscrire sur Mastodon.

► Tout comme Twitter, Mastodon est accessible à travers un navigateur Web et une appli pour Android et iOS. Néanmoins, le principe de serveurs décentralisés vous conduit à vous inscrire auprès d'un serveur (une instance) en particulier. Vous serez par la suite totalement libre de migrer votre profil sur n'importe quelle autre instance quand et autant de fois que vous le souhaitez. Depuis votre navigateur rendez-vous sur le site de Mastodon. La page affiche un premier fil d'actualité, même si vous n'êtes pas encore inscrit. Cliquez sur le bouton Créer un compte dans la colonne de gauche.

► Mastodon vous informe qu'il n'est actuellement pas possible de créer un compte sur le serveur Mastodon.social et vous invite à trouver un autre serveur. Cliquez sur le bouton éponyme.

► Dans la nouvelle page qui s'affiche, figurent les catégories d'instances disponible. Vous pouvez déjà les filtrer par langue depuis le menu déroulant Filter by language. Choisissez le français.

► La liste des instances correspondant (c'est à dire en français) s'affiche. Elles sont pour le moment assez peu nombreuses. Certaines par ailleurs demandent une invitation pour pouvoir les rejoindre (le bouton Join server est alors remplacé par Get on wait list ou s'inscrire sur la liste d'attente en français). La fiche de chaque instance comprend un petit descriptif de son ambition et un chiffre indiqué sur la vignette. Il témoigne du nombre d'utilisateurs sur cette instance (le K indique milliers). Cliquez sur le bouton Join Server de l'instance souhaitée.

► Dans la nouvelle page qui s'affiche, vous êtes invité à créer les identifiants qui vous permettront de vous connecter sur Mastodon.

► Mastodon vous envoie alors un mail pour valider votre inscription. Cliquez sur le bouton Vérifier l'adresse courriel dans le message reçu à l'adresse mail que vous avez indiqué.

► Vous êtes maintenant inscrit à Mastodon. La nouvelle page qui s'affiche vous invite, comme sur Twitter, à suivre de personnes, des entreprises, des médias, etc. que vous connaissez peut-être afin de profiter de leurs publications dans votre fil. Cliquez sur le bouton + des personnes que vous souhaitez suivre pour les ajouter.

► Vous pouvez également cliquer sur le nom du profil pour en savoir un peu plus sur le compte que vous souhaitez peut-être suivre.

► Lorsque vos choix sont faits, cliquez sur le lien Accueil au sommet de la colonne de gauche. Votre fil d'actualité apparaît (il peut prendre quelques minutes à se mettre en place). Vous pouvez également cliquer sur le lien Fil public local ou Fil public global pour découvrir d'autres posts.

► Pour poster votre premier Pouet (message), saisissez-le dans le champ Qu'avez-vous en tête ? en haut à gauche de l'interface puis cliquez sur Pouet ! pour le publier.