Erreur 500, erreur 404… Décrypter les erreurs HTTP

Erreur 500, erreur 404… Décrypter les erreurs HTTP

Le Web peut parfois se montrer capricieux. Et lors de vos séances de navigation, vous avez déjà du tomber sur des messages cryptiques signalant des erreurs. Apprenez à les déchiffrer pour comprendre l'origine du problème.

Alors que vous surfez sur Internet avec votre navigateur, vous tombez au détour d'un site ou d'une recherche sur un message sibyllin : Erreur 404. De quoi rester perplexe et se demander ce qui a bien pu se passer alors que tout fonctionnait parfaitement jusque-là. Le coupable n'est pas votre fournisseur d'accès à Internet puisque les autres sites que vous visitez s'affichent sans problème. Vous êtes simplement confronté à une erreur comme il en existe des dizaines avec le protocole HTTP (HyperText Transfer Protocol ou protocole de transfert hypertexte en français).

Il s'agit en fait d'un code HTTP qui surgit lorsqu'une requête entre un client (votre navigateur Web) et un serveur (le site que vous tentez de visiter) rencontre un problème. Selon le code affiché, vous pouvez déterminer d'où provient le pépin. Durant votre navigation, vous pouvez ainsi vous heurter à plusieurs types d'erreur. Elles sont classées par catégories, de 1 à 5. Les plus courantes figurent dans les catégories 4 et 5 qui se réfèrent respectivement aux erreurs du côté client et du côté du serveur. Voici la signification des codes les plus fréquents et la façon de les résoudre… lorsque c'est possible !

Que signifient les erreurs 400, 403, 404 et 408 ?

Les codes d'erreur de catégorie 4 indiquent un problème au niveau du client, c'est à dire votre navigateur Web ou des opérations que vous tentez d'effectuer avec celui-ci.

Erreur 400

Souvent accompagnée du message Bad Request (requête incorrecte en français), l'erreur 400 témoigne souvent d'un problème dans l'adresse saisie (l'URL). Un caractère spécial ({, %, =, etc.) en trop ou mal placé, par exemple. Facile à détecter avec les adresses courtes, l'erreur devient difficilement identifiable avec les adresses très longues affublées de nombreux caractères spéciaux. Si ce message s'affiche alors que vous avez cliqué sur un lien, c'est que ce dernier est erroné.

Erreur 403

Suivi du terme Forbiden (Interdit en français), ce code signifie que l'accès à la page que vous demandez ne vous est pas autorisé. Même si votre identification – dans le cas d'un accès à un compte sur un service Web – est validée, vous ne disposez vraisemblablement pas des droits nécessaires pour afficher le contenu de cette page.

Erreur 404

Il s'agit probablement de l'erreur la plus fréquemment rencontrée sur le Web. Elle peut s'accompagner du message Not Found (non trouvé en français), ou Page Not Found (page non trouvée), ou parfois d'un message humoristique de la part du propriétaire du site visité. L'erreur 404 signifie que la page que vous tentez d'afficher n'existe pas ou plus. Elle peut avoir été supprimée du serveur par son propriétaire, par exemple, ce qui explique pourquoi vous pouviez y accéder avant mais plus maintenant. Elle peut aussi avoir changé de nom et d'URL (adresse Web). Enfin, une erreur dans l'adresse saisie (une faute de frappe, par exemple) est aussi possible. Vérifier cette dernière.

Erreur 408

Accompagnée de la mention Request Time Out (requête interrompue en français), cette erreur indique que la page souhaitée met plus de temps à s'afficher que normalement. Cela peut provenir d'un ralentissement de la connexion à Internet qui empêche le serveur de recevoir les informations nécessaires dans le temps imparti. La connexion entre le navigateur Web est le serveur est alors interrompue. Il se peut aussi que vous ayez trop longtemps attendu avant de saisir une information demandée (comme un identifiant, un mot de passe ou un code d'authentification, par exemple).

Que signifient les erreurs 500, 502 et 509 ?

Les codes d'erreurs HTTP de la catégorie 5 se réfèrent à des problèmes rencontrés par le serveur du site Web auquel vous tentez d'accéder.

Erreur 500

Suivie ou précédée de la mention Internal Server Error (erreur interne du serveur), cette erreur traduit la plupart du temps un problème lié au fonctionnement du serveur. Elle peut, par exemple, s'afficher lorsque ce dernier est en cours de maintenance et qu'il ne peut logiquement répondre aux demandes des visiteurs du site Web. Il peut aussi s'agir d'un problème lié à un fichier ou à un répertoire du site Web. Dans ces cas-là, il n'y a rien d'autre à faire qu'à patienter que le site soit de nouveau accessible.

Erreur 502

Accompagnée de la mention Bad Gateway (Passerelle incorrecte), l'erreur 502 est l'une des erreurs de catégorie 5 les plus fréquemment rencontrées. Elle indique que le serveur de relais (passerelle ou proxy) ne peut transférer votre requête au serveur principal qui héberge le site Web que vous souhaitez visiter. La cause peut être une surcharge du serveur qui ne parvient pas à répondre à toutes les requêtes. Pour en avoir le cœur net, vous pouvez tenter de vérifier que le site que vous cherchez à joindre est bien en ligne et toujours accessible grâce au service Down for Everyone or Just Me (en panne pour tout le monde ou seulement moi en français). Indiquez le nom du site Web souhaité et cliquez sur le bouton or just me. Si le résultat est is up, c'est que le site fonctionne normalement. Redémarrez alors votre navigateur Internet ou utilisez-en un autre et tentez de vous connecter à nouveau. Si cela ne donne rien, changez les serveurs DNS (Domain Name System ou système de noms de domaine en français). Celui employé par votre fournisseur d'accès à Internet est peut-être temporairement défaillant. Pour savoir comment modifier les DNS sur votre PC ou votre Mac, consultez notre fiche pratique DNS : comment changer de serveur de nom de domaine.

Erreur 509

Newsletter

Parfois flanquée de la mention Bandwidth Limit Exceeded (limite de bande passante dépassée), cette erreur traduit un trop grand nombre de connexions simultanées au site Web que vous souhaitez joindre. Chaque site Web dispose d'un quota de visiteurs simultanés maximum. Lorsque celui-ci est atteint – en cas de forte affluence, donc –, le site peut refuser la connexion aux nouveaux visiteurs. Il peut aussi être victime d'une attaque par déni de service distribuée (DDoS). Des pirates multiplient les connexions au serveur du site Web afin de provoquer une surcharge et de le rendre inaccessible. Là encore, il faudra patienter avant de tenter de vous connecter à nouveau.