Nokia 6.1 photos

Signaler
Messages postés
2
Date d'inscription
vendredi 1 mars 2019
Statut
Membre
Dernière intervention
15 juin 2019
-
The Braveheart
Messages postés
5227
Date d'inscription
lundi 18 mai 2009
Statut
Membre
Dernière intervention
23 janvier 2020
-
Bonjour,
Je cherche une bonne solution pour obtenir des photos acceptables qui prennent le moins possible de place.
Le but n'est pas d'imprimer et de faire des posters...
J'ai les choix suivants, lequel me conseillez- vous ?
4:3 16 Mpx
4:3 8
4:3 3
16:9 8
16:9 6
16:9 0,9 Mpx
Votre réponse sera appréciée.
Meilleures salutations.
J-L Timmerman

2 réponses

Messages postés
5227
Date d'inscription
lundi 18 mai 2009
Statut
Membre
Dernière intervention
23 janvier 2020
1 085
Bonjour,

Je rejoins les dires de fermiparadox. Je vais néanmoins aller un peu plus loin et tenter d'expliquer pourquoi plus de Mpx ne veut pas dire toujours plus de qualité d'image.

Je vais tenter d’expliquer pourquoi les Mpixels ne sont pas tout en photographie et en qualité de cliché. Du temps de l'argentique, le flux de lumière émanant de l'objectif était dirigé vers une pellicule enduite d'émulsion photosensible, c'est à dire sensible à la lumière. Une réaction photochimique "imprime » l'image sur la pellicule.

A l'ère du numérique, le flux lumineux est dirigé vers un capteur électronique dont la surface est couverte de petits éléments photosensibles, les fameux pixels. Ils émettent un signal électronique qui sera converti en code informatique et stocké sur une carte-mémoire. Chaque pixel joue ainsi le rôle d'un des grains photosensibles des pellicules.

Or, nous savons que les pellicules "à grains fins" de faible sensibilité (type 64 ou 100 ISO) produisent une image plus belle, plus fine, que les émulsions de haute sensibilité (type 400 ISO) "à gros grains", et nous concluons donc que plus il y a de pixels, plus l'image sera belle ... C'est tout faux.

Pour savoir ce qu’est un capteur dans un APN, je renvois à cet article.

La taille des capteurs photosensibles n'a pas augmenté, au contraire. Dans un appareil compact grand public, elle est généralement inférieure à 1/2 pouce. Sur les appareils experts, elle est un peu plus grande. Sur les boîtiers réflex ou à objectifs interchangeables, le capteur est plus grand mais il reste de toute manière en dessous de ce qu'était la dimension habituelle d'une image sur une pellicule : 24x36mm (soit 1x1,5 pouce). C'est d'ailleurs ce qui permet d'obtenir, avec un APN, un grossissement plus élevé qu'avec un ancien boîtier argentique, pour une même focale d'objectif, mais c'est une autre histoire ...

L'augmentation du nombre de pixels signifie donc que l'on aligne de plus en plus d'éléments photosensibles sur une surface de capteur qui n'est pas en augmentation. En toute logique, chaque pixel devient donc de plus en plus petit : un appareil affichant 12 Megapixels a des pixels 4 fois plus exigus que l'ancien modèle qui affichait 3 Megapixels (et c'est en fait pis, car les premiers capteurs étaient plus grands...). L'intensité de lumière qui arrive au capteur, elle, n'a pas changé. Chaque pixel reçoit donc 4 fois moins de lumière.

Pour obtenir une image, il devient nécessaire d'amplifier de plus en plus le signal électronique émis par chaque pixel. Cette amplification ne se fait pas sans couac : le signal d'un certain nombre de pixels est mal converti et se traduit sur l'image par un point de couleur inappropriée. On dirait que l'image a été saupoudrée de sable fin et, en termes techniques, on dit qu'elle est "bruitée", ou qu'elle souffre de "bruit électronique". Plus l'amplification est forte, plus le bruit est important. Les "petits pixels" modernes sont logiquement bien plus sujets au bruit que les "gros pixels" des débuts de la photo numérique.

Ce qui complique les choses, c'est que les nouveaux APN offrent la possibilité de photographier avec des sensibilités de plus en plus élevées : l'équivalent des anciennes pellicules de 400, 800, 1600 ou 3200 ISO. En réalité, l'opération technique consiste à augmenter sans cesse le facteur d'amplification du signal, et donc le bruit électronique qui devient réellement cacophonique.

Pour contrer ce bruit qui donne aux images une apparence vérolée, les constructeurs ont développé des programmes de "lissage" qui recherchent les pixels malades et  leur donnent la bonne mine d'un de leurs voisins non affecté. Bonne idée, mais cela nuit hélas fortement à la définition de l'image qui devient de plus en plus floue puisque l'on finit par coupler des dizaines de milliers de pixels à un de leurs voisins.

Preuve par l'image....

Ci-dessous, des clichés prises à sensibilité croissante (100 à 400 ISO) par un APN compact doté d'un capteur de 14 Megapixels de 1/2,3 pouce. L'image à 100 ISO est déjà légèrement bruitée. Dès 200 ISO, le lissage de l'image en réduit la netteté et, à 400 ISO, l'image est franchement dégradée.

100 ISO


200 ISO


400 ISO


Ci-dessous, des clichés prises à sensibilité croissante (100, 200 et 400 ISO) avec un APN compact doté d'un capteur de 5 Megapixels de 1/1,8 pouce. Même à 400 ISO, l'image reste bien définie et sans bruit excessif. Globalement, elle est d'excellente qualité.

100 ISO


200 ISO


400 ISO


Bref, la course aux pixels a fait en sorte que les images produites par certains appareils de dernière génération sont bien souvent largement inférieures en qualité à celles produites par les "bons vieux" modèles à 7 ou 10 Megapixels. Vive le progrès !

Je dirais en conclusion que la qualité d'image dépendra aussi de l'appareil photo, du type de cliché et surtout du photographe.

Donc, si je peux te donner un conseil Miso123456 pour savoir ce qui est "une bonne solution pour obtenir des photos acceptables qui prennent le moins possible de place"; c'est de l'expérimenter par toi même et de voir ce qui te convient le mieux.

Bonne fin d'après-midi.

The Braveheart
"I fear the day that technology will surpass our human interaction.
The World will have a generation of Idiots."
 (Albert EINSTEIN)
Messages postés
7775
Date d'inscription
samedi 19 août 2017
Statut
Membre
Dernière intervention
29 janvier 2020
2 595
Bonjour,

La qualité des photos dépend essentiellement de la qualité de l'appareil et de la maîtrise de l'opérateur.
Le format est une histoire de goût.

4:3 pas très bien adaptée aux formats actuels.
16:9 en 6 Mpx, semblent être un bon compromis pour visualiser sur un smartphone, voire un écran de pc.
0,9 Mpx est uniquement réservé pour des petites vignettes.