Partager un compte Netflix, Amazon Prime, Spotify, Canal+…

Partager un compte Netflix, Amazon Prime, Spotify, Canal+…

Streaming, jeu vidéo, logiciel, VPN, presse… De nombreux services et produits sont aujourd'hui proposés sur abonnement. Et pour diminuer la facture, on peut partager un compte avec des inconnus grâce à des plateformes spécialisées.

Netflix, Amazon Prime, Disney+, Salto, Canal+, Molotiv, Deezer, Spotify, Qbuz, Microsoft 365, Xbox Game Pass, Nintendo Switch Online, PlayStation, Google One, TouTube Premium, NordVPN, CyberGhost, Le Figaro, Le Monde, Ouest France, Libération… Tous ces contenus, ces outils et ces services ont un point commun : leur accès est soumis à un abonnement, évidemment payant. Et, dans la plupart des cas, il est possible de l'utiliser à plusieurs. Une intention louable de la part des éditeurs qui permet ainsi à plusieurs membres d'un même foyer de profiter eux aussi du service. Sauf que cet usage, normalement réservé à un cercle proche, est bien souvent détourné afin de donner des accès à des amis ou des membres de la famille ne faisant pas partie stricto sensu du foyer.

Netflix a d'ailleurs bien l'intention de partir en guerre contre cette pratique synonyme de manque à gagner. Le géant américain du streaming a en effet indiqué qu'il allait commencer des tests au Chili, au Pérou et au Costa Rica d'un nouveau forfait plus onéreux mais permettant de partager l'accès au service avec des utilisateurs ne résidant pas à la même adresse. Si l'expérience s'avère concluante, Netflix pourrait bien imposer ce principe au reste du monde. Notez que le service de streaming de musique Spotify avait déjà tenté de limiter le partage de comptes en s'appuyant sur la géolocalisation de ses utilisateurs. Après un tollé général, le suédois avait fait machine arrière.

En attendant, le partage d'abonnements continue. Et si la plupart des abonnés le pratiquent à titre gracieux, d'autres y voient un moyen d'alléger leurs factures en demandant une participation aux frais à ceux qui souhaitent profiter du service. Une sorte de "sous-location" appliquée aux abonnements en ligne comme cela se pratique, discrètement, dans l'immobilier. Et pour organiser tout ça, il existe aujourd'hui plusieurs plateformes de partage d'abonnement comme Spliiit, Sharit, Sharesub ou encore TogetherPrice par exemple.

Comment fonctionne le partage d'abonnements en ligne ?

Ces plateformes de partage d'abonnement fonctionnent sur le principe de l'offre et de la demande à travers une place de marché (marketplace en anglais). Les titulaires d'un abonnement souscrit par exemple auprès d'un service de VOD ou de SVOD, proposent un nombre de places disponibles pour accéder au service grâce à leur compte. Ils indiquent le prix souhaité pour participer aux frais. En général, le prix d'origine est divisé par le nombre d'utilisateurs possible. Par exemple un forfait Netflix Premium à 15,99 euros par mois offre la possibilité de gérer quatre utilisateurs en simultané. Si l'on est seul, on peut ainsi mettre à disposition trois comptes utilisateurs et diviser la facture par quatre pour, au final, ne payer son abonnement que 3,99 euros (à condition de trouver trois co-abonnés). De leur côté, les utilisateurs intéressés souscrivent directement auprès de la plateforme sans entrer en contact avec le propriétaire du compte. Une fois leur souscription enregistrée, validée et le prix demandé payé, ils reçoivent les identifiants et mot de passe nécessaire pour accéder au service. Les paiements s'effectuent également depuis la plateforme. Notez que le titulaire de l'abonnement peut retirer son offre à tout moment et que le " co-abonné " peut également arrêter sa souscription quand il le souhaite.

Quelques-uns des services auxquels il est possible de s'abonner en payant moins sur Sharit. © CCM

L'existence de ces plateformes repose sur un flou juridique. Le partage de compte est une possibilité offerte par les services en ligne. Généralement, il se limite au cercle familial ou aux personnes "issues du même foyer". Cependant, difficile pour ces services de contrôler qui fait partie d'un même foyer (famille recomposée, colocations, travailleurs saisonniers vivant majoritairement en dehors de leur domicile, etc.). La notion reste donc trop vague pour faire preuve de rigueur et appliquer des sanctions. En attendant une clarification de la loi ou une jurisprudence, les plateformes de partage d'abonnements ont encore de beaux jours devant elles.

Sur Spliiit, on l'affirme haut et fort : le partage d'abonnement est légal. © CCM

Combien coûte le partage d'abonnements en ligne ?

Les plateformes d'abonnement n'ont rien de philanthropique. Pour mettre en relation les titulaires d'abonnements et les souscripteurs, elles disposent d'un site Web, de serveurs sécurisés, d'un système de transaction bancaire, de personnel… Tous ces éléments ont un coût et pour se rémunérer, elles appliquent un système de commission. En général, les titulaires d'un abonnement qui le mettent en partage sur une plateforme de paient rien. En revanche, les souscripteurs se voient appliquer des frais de commission situés majoritairement entre 4,5 et 5 %, sur le prix payé. Des frais de mise en relation (environ 25 %) peuvent également être imputés durant le premier mois d'abonnement. Malgré cela, le " co-abonnement " reste rentable et beaucoup moins cher qu'un abonnement standard.

ShareSub propose de calculer les économies réalisées avec le partage d'abonnement © CCM

Le partage d'abonnements en ligne est-il sûr ?

Tout est question de confiance. Toutes les plateformes de partage d'abonnements assurent disposer de serveurs sécurisés et chiffrés pour stocker les identifiants et mots de passe que leur confient les titulaires d'abonnements. Elles indiquent également que la modification du mot de passe d'un compte est généralement soumise à une procédure sécurisée (double authentification par exemple) qui empêche un souscripteur de modifier le mot de passe à un service à l'insu du propriétaire du compte. Il est d'ailleurs fortement recommandé d'utiliser un mot de passe radicalement différent de celui utilisé pour d'autres comptes (services en ligne, messageries, etc.). Néanmoins, rien n'empêche le souscripteur de partager à son tour les identifiants nécessaires pour accéder à un service. Notez enfin que des services comme Amazon Prime Vidéo dont les identifiants servent à l'accès au streaming, mais aussi à la boutique et au stockage en ligne, ne sont pas proposés au partage.

Selon Sharit, vos identifiants et mots de passe sont stockés en sécurité. © CCM

Outils