Donnez votre avis

FaceApp Pro : la fausse appli qui arnaque les internautes

Benjamin Walewski - mardi 23 juillet 2019 - 09:45
FaceApp Pro :  la fausse appli qui arnaque les internautes
Des escrocs profitent de la popularité de l'appli FaceApp pour diffuser de fausses applis sous le nom de FaceApp Pro.

(CCM) — Si vous êtes un inconditionnel des réseaux sociaux, vous avez sûrement vu déferler des photos de vos proches et amis vieillis grâce à un tour de passe-passe numérique. C'est la très populaire application mobile FaceApp qui réalise ces images très bien truquées grâce à l'IA. Et si vous n'êtes pas sur les réseaux, vous avez peut-être aussi parler de FaceApp pour les inquiétudes qu'elle suscite concernant les données récoltées, toutes les images originales ou traitées devenant de facto propriété de l'éditeur de FaceApp. Quoi qu'il en soit, des petits malins ont vu le bon filon pour arnaquer les gens avec de fausses applications FaceApp Pro.

Comme beaucoup d'applications de ce genre, FaceApp est gratuite, mais il est possible de débloquer des fonctions spéciales, plus évoluées, via des achats intégrés : 3,99 € par mois, 19,99 € par an ou 43,99 € pour toujours. Des sommes élevées qui ont de quoi inciter bon nombre d'utilisateurs à chercher une voie alternative : celle de la version craquée ou de la version gratuite. Mais ni l'une ni l'autre existe, ce qui n'empêche pas des escrocs de les faire miroiter comme l'ont découvert les experts de l'entreprise de cybersécurité ESET.

Sur leur blog WeLiveSecurity, ils dévoilent ainsi que des individus peu scrupuleux déploient des trésors d'inventivité pour profiter du succès de FaceApp. Tout d'abord en créant de faux sites "incitant à cliquer sur d’innombrables offres pour installer d’autres applications payantes et des abonnements, des publicités, des sondages, etc.". Ces sites peuvent aussi demander d'activer les notifications qui renvoient aussi vers d'autres offres frauduleuses. L'autre moyen employé est via des vidéos YouTube dont la description contient des liens renvoyant vers des applications qui forcent à installer d'autres applications via le Play Store.

Dans la plupart des cas, une fois le parcours effectué, les chercheurs terminaient avec l'application normale gratuite de FaceApp, celle que l'on trouve sur le Play Store. A la différence qu'elle était téléchargée sur des sites de partage de fichiers et qu'avec cette méthode, les utilisateurs pourraient fort bien récupérer à leur insu des fichiers malveillants... Prudence donc.

Photo : © FaceApp.

A voir également

Ajouter un commentaire

Commentaire

Commenter la réponse de Utilisateur anonyme