Menu
Donnez votre avis

L'UFC-Que Choisir attaque Google pour non-respect du RGPD

Félix Marciano - mercredi 26 juin 2019 - 13:20
L'UFC-Que Choisir attaque Google pour non-respect du RGPD
L'association de consommateurs vient de lancer une action groupée en justice contre le géant américain pour non respect du règlement européen sur la protection des données personnelles.

Fidèle à sa vocation et à ses engagements, l'UFC-Que Choisir prend le respect de la vie privée très au sérieux. Après quatre mois de discussions pour tenter de trouver un accord amiable, la célèbre association de consommateurs a décidé d'entamer une procédure judiciaire contre Google en assignant ce mercredi 26 juin, devant le TGI de Paris, les directions irlandaise et américaine du géant californien pour violation du RGPD, le fameux règlement général européen sur la protection des données personnelles.

Dans le prolongement de l'amende de 50 millions d'euros infligée à Google par la Cnil en début d'année pour "manque de transparence, information insatisfaisante et absence de consentement valable pour la personnalisation de la publicité", mais aussi de la condamnation en première instance de la société américaine, à l’initiative de l’UFC-Que Choisir, pour clauses abusives et illicites en matière de données personnelles, l'association a sorti la nouvelle arme fatale, en l'occurrence, l'action de groupe.

Car, une fois de plus, c'est l'utilisation d'informations à caractère privé qui est mise en cause dans cette affaire."On ne conteste pas le modèle économique de Google, mais il doit, comme les autres, se soumettre à la loi et demander très clairement aux consommateurs l'autorisation d'utiliser leurs données personnelles, ce qui est très loin d'être le cas", explique Raphaël Bartolomé, responsable de service juridique de l'association à nos confrères du quotidien Le Parisien.

Au coeur des récriminations de l'UFC-Que Choisir, les contrats d'utilisation des principaux produits de Google, et notamment d'Android et de Chrome, dont les juristes de l'association ont méticuleusement épluché plusieurs versions, certaines remontant à 2015. "Le texte sur les règles de confidentialité fait 5 700 mots ! Et il comprend 100 liens et 54 renvois, tous comptabilisés par huissier. Qui va lire ça ?", s'insurge encore le responsable. "On cherche à endormir le consommateur. Pour donner son avis sur l'utilisation de ses données, il faut ouvrir une page spécifique où les cases sont déjà précochées en faveur d'une acceptation. Google allume un aspirateur à données personnelles à notre insu", poursuit-il.

Selon l'association, Google continue de noyer les consommateurs dans des règles de confidentialité interminables en créant un véritable parcours du combattant pour agir sur la géolocalisation : ainsi, pas moins de six actions sont nécessaires pour accéder aux informations sur les différentes méthodes utilisées. L’UFC-Choisir explique qu’un smartphone indique sa localisation à Google quelque 340 fois par jour, même s'il reste à la même place. Une pratique que tout le monde peut facilement vérifier. Pire encre : en effectuant par exemple une recherche sur un magasin dans Google, le moteur indique la dernière fois que l'on y s'est rendu, avec la date et l'heure. Effrayant... L’association critique aussi l'obligation de créer un compte Google pour profiter pleinement d'un smartphone Android. Et la CNIL rappelle que 27,7 millions d’utilisateurs français ont un compte Google et partagent, sans même en avoir conscience, leur localisation avec la société américaine.

Comme le précise l'association dans son communiqué, "l’objectif de cette action est de mettre fin à l’exploitation insidieuse des données personnelles de ses utilisateurs, particulièrement ceux détenant un équipement Android avec un compte Google, et de les indemniser à hauteur de 1000 euros". On ignore encore comment cette nouvelle affaire évoluera – car Google ne manquera pas de se défendre avec une armée d'avocats.... –, mais elle pourrait déboucher sur une nouvelle condamnation assortie d'une amende de plusieurs milliards d'euros. A suivre donc !



Illustrations : © UFC-Que Choisir

A voir également

Ajouter un commentaire

Commentaires

Bonjour, on sais tous que GOOGLE est un aspirateur à données, maintenant j'ai le droit d’être d'accord avec ça en échange de tout les service que GOOGLE peut me rendre !! C'est un texte à charge que je viens de lire "Effrayant" ou "Pire encore". Ce qu'il faut comprendre c'est que plus on leur mettra des amandes, plus leur services sera cher !! C'est mathématique. Alors je ne remercie pas UFC que choisir.....
Jean-Loup_1323
Messages postés
1
Date d'inscription
mercredi 26 juin 2019
Statut
Membre
Dernière intervention
26 juin 2019
> moimeme -
Exactement ! Google , non seulement ne pirate pas , mais recueille des données pour mieux protéger ! UFC , vous êtes hs ou COMPLICES du système politico-financier ????????
babacool45
Messages postés
73
Date d'inscription
samedi 15 janvier 2011
Statut
Membre
Dernière intervention
16 juillet 2019
> Jean-Loup_1323
Messages postés
1
Date d'inscription
mercredi 26 juin 2019
Statut
Membre
Dernière intervention
26 juin 2019
-
Jean-loup-1323 N'importe quoi ne pirate pas quand dès que tu ouvre une de leurs appli par défaut il te piste ????
babacool45
Messages postés
73
Date d'inscription
samedi 15 janvier 2011
Statut
Membre
Dernière intervention
16 juillet 2019
> moimeme -
Tu as le droit d'être d'accord mais les autres dont je fais partie n'apprécie pas PAR DEFAUT d'être espionné !
Jojolaguitare
Messages postés
8227
Date d'inscription
vendredi 31 août 2012
Statut
Membre
Dernière intervention
17 juillet 2019
939 -
>>> 27,7 millions d’utilisateurs français ont un compte Google et partagent, sans même en avoir conscience, leur localisation avec la société américaine. <<<

27 millions de français . . . Bof . . . Sur des milliards d'utilisateurs Google dans le monde, cela ne paraît pas ! Et si UFC cherchait trop de noises à Google, Trump coupera les vannes comme il l'a fait pour Huawei. Même si cette cassure dure quelques jours, je vous raconte pas la galère des Googliens français !

Salut . . .
Commenter la réponse de moimeme