Menu
Donnez votre avis

Un réseau de sites de streaming illégal démantelé par la police en France

Félix Marciano - mercredi 29 mai 2019 - 15:48
Un réseau de sites de streaming illégal démantelé par la police en France
La police judiciaire vient d'interpeller sept pirates français qui géraient douze sites diffusant des séries TV en streaming.

C'est un joli coup de filet que vient de réaliser le laboratoire d’investigation opérationnel du numérique (Lion) de la police judiciaire de Dijon. En travaillant conjointement avec l'Association de lutte contre la piraterie audiovisuelle (Alpa) et la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (Sacem), cette unité spécialisée a interpellé sept pirates à la tête d'une douzaine de sites diffusant illégalement des séries télé en streaming. Une opération emblématique qui signe de fait l'arrêt de repères comme series-en-streaming.tv, seriefr.eu, seriefr.xyz, full-stream.ws et dpstream.co où les téléphages pouvaient se gaver de leurs séries préférées sans bourse délier.

Selon les informations recueillies par Zataz, l'administrateur de ce réseau est un jeune étudiant en informatique de 22 ans qui, de façon un peu naïve, hébergeait lui-même quelque 2 millions de fichiers représentant environ 500 séries sur les serveurs de Soundclare aux Pays-Bas et en Suisse. Sans avoir visiblement conscience de la gravité de ses actes, il animait même des comptes Facebook et Twitter pour faire la promotion des nouveautés disponibles !

L'activité de ces sites, qui avait démarré en 2014 selon la police, aurait été très rentable puisque l'administrateur aurait perçu plus de 200 000 euros entre 2017 et 2019. Des revenus provenant de régies publicitaires peu regardantes, situées en Israël, Estonie et Espagne. Et peu scrupuleuses puisque la plupart des les annonceurs véhiculaient des logiciels et des services malveillants.

Autre originalité de l'affaire : le jeune pirate rémunérait ses fournisseurs de contenus, qui empochaient plusieurs milliers d'euros par an versés par PayPal ou payés en Bitcoins, en fonction des séries récupérées. Un système de minage de cryptomonnaie avait même été mis en place sur les sites pour mettre les ordinateurs des visiteurs à contribution ! Il fallait oser. Six complices ont ainsi été arrêtés à Montpellier, à Rennes et à Strasbourg.

Selon l'Alap, ce réseau de sites attirait 700 000 visiteurs uniques par mois. Ses membres actifs risquent gros, d'autant que le facteur aggravant de bande organisée a été retenu : jusqu’à 750 000 euros d’amende, sans compter d'éventuels dommages et intérêts à verser aux ayants droit. Une peine exemplaire, qui devrait servir d'avertissement aux apprentis pirates. Jugement prévu le 13 novembre 2019.

Illustration : © PXhere

A voir également

Ajouter un commentaire

Commentaires

Commenter la réponse de tontonsebastien