Donnez votre avis

L'ampleur du piratage par IPTV inquiète l'Hadopi

Hervé Didier - lundi 27 mai 2019 - 16:13
L'ampleur du piratage par IPTV inquiète l'Hadopi
Près d'un quart des internautes français a déjà cédé à la tentation de regarder illégalement des chaînes de télévision payantes. Une étude de l'Hadopi révèle l'ampleur du phénomène de l'IPTV.

(CCM) — Nous avions déjà évoqué le phénomène lors de la fermeture de Vader, il y a quelques jours (voir actualité). L'Hadopi confirme son ampleur officiellement. Dans sa dernière étude, la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet constate que 24 % des internautes regardent illégalement des programmes de télévision, en streaming ou par IPTV. L'autorité de lutte contre le piratage avoue son impuissance pour contrer efficacement les dernières techniques en vogue.

La réalisation de l’étude annuelle sur la consommation illicite de contenus audiovisuels a été confiée à l'Ifop. Dans son rapport consultable en ligne, l'institut dresse un état des lieux alarmant : 17 % des Internautes utilisent le live streaming pour regarder des films ou du sport diffusés sur des chaînes payantes, 14 % passent par des retransmissions illégales sur les réseaux sociaux et 5 % des Internautes possèdent même un boîtier d'IPTV. Dans plus d'un cas sur deux, les utilisateurs de cette technique ont arrêté leurs abonnements aux offres légales.

A terme, la montée en puissance du piratage et de l'IPTV risquent de fragiliser l'écosystème des chaînes de télévision payantes. Qu'il s'agisse de films de cinéma ou de matches de football, les offres légales ont assuré jusqu'à présent une part importante du financement de la production de contenus. Selon l'Hadopi, la fragmentation de la diffusion légale sur plusieurs chaînes concurrentes favorise le recours à l'IPTV illicite, qui de facto est plus simple et moins chère pour beaucoup d'internautes.

A ce stade, l'Hadopi reconnaît qu'elle ne dispose pas de solution technique efficace lui permettant d'identifier et sanctionner les fraudeurs. Comme lors de son rapport précédent (cf. notre article sur le sujet), l'autorité mise donc sur le volet « prévention », en rappelant les risques de l'IPTV pour ses utilisateurs : absence de contrôle parental, bugs techniques et diffusion de virus informatiques.

Photo : © MediaPictures pl - Shutterstock.com

A voir également

Ajouter un commentaire

Commentaires

brupala
Messages postés
86418
Date d'inscription
lundi 16 juillet 2001
Statut
Modérateur
Dernière intervention
22 octobre 2019
8172 -
Retour du bâton,
les diffuseurs de TV sur internet ont cru trouver là un support facile sans investir grand chose et déployer des réseaux.
Ce sera leur perte, ils vont devoir se constituer de vrais réseaux façon TNT et satellite et bloquer ce qui passe à côté.
ça va leur coûter très cher ainsi qu'à leurs clients.
Je vois bien la 5G servir à ça, plus qu'à autre chose, des paraboles, ce sera plus pratique pour passer les bandes 26Ghz que des smartphones ou des voitures.
On trouvera encore des émissions pirates sur le net, mais ce sera plus facile de les poursuivre et les bloquer à partir du moment où il n'y aura plus d'offre légale dans le même tuyau.
On s'en fou d'hadopi ils sont pourri ils devrait fermé cette organisation qui coûte une blinde a la France
brupala
Messages postés
86418
Date d'inscription
lundi 16 juillet 2001
Statut
Modérateur
Dernière intervention
22 octobre 2019
8172 > Rk2300 -
C'est pas faux ça,
en fait elle n'aurait jamais dû exister, c'est ce qu'on leur avait dit à l'époque, mais bon, les distributeurs d'oeuvres culturelles doivent cotiser pour subventionner cinéma et spectacles ici, l'état leur devait un truc comme ça, sauf que ça ne leur a pas rapporté grand chose non plus.
Une bonne petite redevance globale de 1 ou 2 € sur chaque abonnement internet ça aurait rapporté bien plus surtout avec les smartphones qui se sont multipliés depuis.
L' était tout sauf visionnaire le Sarko.
Allez,
on taxe les smartphones ?
xenex
Messages postés
98
Date d'inscription
dimanche 21 décembre 2008
Statut
Membre
Dernière intervention
28 septembre 2019
17 -
On paie déjà une redevance, des taxes sur les “supports” (CD, DVD), même si, comme moi, on ne sert pas de tout ça pour écouter de la musique ou voir des films.
Le piratage sert à conditionner les gens, qui ensuite ne peuvent se passez de ces trucs inutiles : En cela, le piratage rend service aux marchands et au showbizz en général, dont on arrivera pas à me faire croire qu'ils gagnent moins qu'un agriculteur, ni même qu'un smicard, et même qu'un chef de chantier. (Toutes personnes utiles à la société)
Quant à Hadopi : même avis que ci-dessus !
Papounet17000
Messages postés
25991
Date d'inscription
lundi 4 février 2008
Statut
Membre
Dernière intervention
22 octobre 2019
4255 -
La hadopi ce n'est pas ce qui nous coûte 50 millions d'euros par an pour 3 ou 4 condamnations ?
Commenter la réponse de brupala