Menu
Donnez votre avis

Embargo américain contre Huawei : juste un coup de bluff de Trump ?

Félix Marciano - vendredi 24 mai 2019 - 13:04
Embargo américain contre Huawei : juste un coup de bluff de Trump ?
Selon une déclaration du président américain, l'embargo contre le constructeur chinois servirait de monnaie d'échange pour des accord économiques.

Depuis le début de la semaine, les mauvaises nouvelles s'enchaînent sans discontinuer pour Huawei. Au point de s'interroger sur l'avenir même du géant chinois. Pour rappel, on apprenait le week-end dernier que Huawei avait été placé sur un liste noire par le gouvernement américain, suite à un décret promulgué par Donald Trump, qui accusait plus ou moins ouvertement le constructeur d'espionnage pour le compte de l'Etat chinois. Frappé par un embargo à effet immédiat, Huawei s'est vu ainsi interdit d'utiliser des produits technologiques américains, ce qui l'a privé de la licence Android et des multiples services de Google, mais aussi des puces d'Intel, de Qualcomm et de Broadcom (voir actualité). Microsoft a rejoint le mouvement, en retirant à Huawei le droit d'intégrer Windows 10 et ses autres logiciels dans ses ordinateurs.

Et d'autres entreprises, pourtant non-américaines, ont suivi. L'Allemand Infineon, mais aussi les Japonais Toshiba et Panasonic, ont rompu leurs relations commerciales avec le constructeur chinois, le privant de précieux composants électroniques, en particulier de mémoire. Pire, la société britannique ARM a coupé tous les ponts avec Huawei, l'empêchant d'utilisation son architecture pour réaliser ses propres processeurs (voir actualité). Un coup de grâce, qui pourrait empêcher le géant chinois de mettre en place sa solution de secours, en utilisant un système d'exploitation maison pour remplacer Android, et ses propres puces Kirin pour équiper ses mobiles.

Cet amoncellement de problèmes a bien évidemment un impact sur les millions d'utilisateurs de produits Huawei à travers le monde. Certes, le gouvernement américain a bien accordé un sursis de trois mois permettant notamment au constructeur chinois d'utiliser et de mettre à jour les produits et services Google jusqu'au 19 août. Mais, malgré les promesses de Huawei et le soutien de l'Etat chinois, la suite est encore très flou. Et de nombreux clients commencent à lâcher la marque. Certains opérateurs de téléphonie comme Vodaphone retirent les modèles Huawei de leur catalogue. Et de nombreuses boutiques Philippines et à aux Singapour refusent désormais de rependre les mobiles de la marque. Seul industriel à soutenir encore Huawei : TSMC, le fabricant de circuits intégrés, qui a promis de continuer à produire des puces pour les constructeur chinois. Un soutien bienvenu, mais qui ne suffira sans doute pas.

Bref, si les mauvaises nouvelles continuent de se succéder à ce rythme, l'affaire pourrait bien signer l'arrêt de mort de Huawei. A moins que les Américains ne changent d'avis. Car il est fort probable que cet embargo ne soit finalement qu'une manœuvre tactique destinée à peser sur les négociations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine. Et ce que certains observateurs soupçonnaient semble se révéler vrai. Lors d'une réunion à la Maison Blanche hier, Donald Trump a en effet laissé entendre que les mesures de rétorsion contre Huawei pourraient tout simplement sauter si un accord favorables aux Etats-Unis était trouvé, prouvant ainsi que les deux dossiers sont intimement liés. De là à penser que toute cet affaire n'est qu'un gigantesque coup de bluff dont le président américain a le secret, il n'y a qu'un pas. Mais quelle que soit son issue, cette affaire risque de laisser des traces profondes dans les relations entre industriels. Suite au prochain épisode.

Illustration : © PXhere
Ajouter un commentaire

Commentaires

Commenter la réponse de brupala