Menu
Donnez votre avis

Huawei : un nouvel OS mais peut-être plus de processeur

Benjamin Walewski - jeudi 23 mai 2019 - 09:47
Huawei : un nouvel OS mais peut-être plus de processeur
Même si Huawei affirme avoir une alternative à Android, l'entreprise pourrait ne plus pouvoir créer ses propres puces à architecture ARM.

(CCM) — Le feuilleton du mois entre le géant chinois des smartphone Huawei et le gouvernement des États-Unis continue de plus belle, mais les derniers rebondissements risquent d'y mettre un terme rapidement. En effet, alors que Huawei annonçait avoir trouvé une solution pour se passer d'Android, on a appris que l'entreprise chinoise pourrait ne plus avoir le droit de créer ses propres processeurs Kirin à architecture ARM.

Comme on le sait, Google a rompu son contrat avec Huawei, en raison de l'embargo décidé par le gouvernement américain sur le constructeur chinois, et devrait prochainement le priver de son système d'exploitation mobile Android. Une nouvelle qui a créé un vent de panique chez les propriétaires d'un smartphone de la marque. Si Google a finalement confirmé que son OS et ses services continueraient à fonctionner sur les appareils existants, Huawei ne pourrait plus utiliser Android d'ici la fin de l'été.

Ce qui a obligé Huawei a annoncer que son propre système d'exploitation maison, connu sous le nom de HongMeng OS, pourrait être déployé dès l'automne. D'après les informations recueillies par le site spécialisée Huawei Central (lien en anglais), cet OS serait en développement depuis au moins 2012. Le système serait à priori basé sur la version open-source d'Android et pourrait donc être compatible avec certaines applications, mais il ne pourrait sans doute pas accéder à certains services clés de Google comme le Play Store.

Mais même si ce fameux HongMeng OS sera prêt à temps, un autre obstacle de taille vient se mettre sur la route du succès de Huawei et celui-ci risque d'être plus difficile à contourner, voire impossible. Selon une note de la BBC (lien en anglais), l'entreprise britannique ARM, filiale de la société japonaise HoldBank et spécialisé dans le développement de processeur, a annoncé vouloir mettre arrêter "tous les contrats actifs, missions de soutiens et tout les engagements en cours" avec Huawei, et a même demandé à ses employés de cesser tout contact avec la compagnie chinoise, allant jusqu'à leur interdir de discuter avec des collaborateurs sur des salons professionnels...

Pour quelle raison, si ARM britannique ? Et bien parce qu'ARM utilise des technologies américaines dans ses processeurs et celles-ci tombent également sous le coup de l'embargo. Et ARM ne voudrait probablement pas se mettre à dos le marché américain. Or Huawei, et sa filiale HiSilicon, utilisent l'architecture ARM pour construire leurs processeurs Kirin (tout comme Qualcomm, Samsung ou Apple). Privé de ces technologies, Huawei devrait repenser toute l'architecture de ses processeurs, en repartant de zéro ou presque. Un défi technologique impossible à relever en trois mois. Et il semble peu probable que Samsung, qui voir sa position sur le marché des smartphones menacée par Huawei, propose ses propres processeurs en remplacement...

Pour couronner le tout, et toujours en raison de l'embargo, il semblerait que Huawei n'ait plus l'autorisation d'utiliser Windows ni aucun autre logiciel Microsoft sur ses PC. Les ordinateurs portables de la marque, notamment l'excellent MateBook X Pro, ont déjà été retirés de la boutique en ligne de Microsoft.

Bref, même avec un nouvel OS pour remplacer Android, le ciel s'assombrit de jour en jour, l'avenir de Huawei semble de plus en plus compliqué.

Photo : © testing - Shutterstock.com
Ajouter un commentaire

Commentaires

Commenter la réponse de babacool45