Menu
Donnez votre avis

Google de nouveau mis à l'amende par l'Europe

Benjamin Walewski - mercredi 20 mars 2019 - 22:11
Google de nouveau mis à l'amende par l'Europe
La Commission Européenne vient d'infliger une nouvelle amende de 1,43 milliard d'euros à Google

(CCM) — Jamais deux sans trois a-t'on coutume de dire. Google a l'occasion de mesurer la véracité de notre bon vieux dicton puisque la Commission Européenne vient de condamner le géant de Mountain View pour abus de position dominante pour la troisième année consécutive. Cette fois-ci, c'est Adsense, la régie publicitaire de Google qui est visée par l'autorité communautaire.

En 2017, l'Europe avait infligé à Google une première amende de 2,42 milliards d'euros puis une seconde amende en 2018 d'un montant de 4,34 milliards d'euros. Dans les deux cas, la Commission reprochait à Google de profiter de sa situation pour imposer ses services. En 2017, la condamnation portait sur la position dominante de Google Shopping et sur Android en 2018. Cette année, Google s'en tire avec une contredanse plus légère - "seulement" 1,43 milliards d'euros - mais le motif de l'accusation est toujours le même : abus illégal de position dominante.

Et cette fois-ci, c'est la régie publicitaire et système de publicité contextuelle AdSense for search qui était dans la ligne de mire de la Commission Européenne. Ainsi que l'explique le communiqué de la Commission, il est reproché à Google d'avoir imposé l'utilisation de sa propre régie publicitaire aux sites partenaires ayant choisi d'utiliser Adsense for search pour la recherche contextuelle interne.

Ainsi, entre 2006 et 2009, Google aurait empêché des sites utilisant Adsense for search d'afficher des campagnes publicitaires venant d'autres régies publicitaires. Une contrainte assouplie en 2009, mais Google exigeait alors de la part de ses partenaires qu'ils affichent un minimum de lien publicitaires Adsense sur leurs sites, et qu'ils réservent les meilleurs emplacements à Google.

Si ces pratiques jugées illégales selon les lois européennes ont été abandonnées en 2016, la Commission a estimé que Google a bénéficié de sa position dominante pendant dix ans pour étouffer la concurrence. D'où cette troisième condamnation, dont l'entreprise américaine devrait faire appel, comme elle l'a fait pour les deux précédentes.

Photo : © nito - Shutterstock.com

A voir également

Ajouter un commentaire

Commentaires

Commenter la réponse de Utilisateur anonyme