Menu
Donnez votre avis

AV1 (AVIF) : un nouveau standard pour la vidéo en streaming

Félix Marciano - mercredi 6 mars 2019 - 17:16
AV1 (AVIF) : un nouveau standard pour la vidéo en streaming
Regroupant les principaux acteurs du marché, l'Alliance for Open Media vient de finaliser l'AV1 (ou AVIF), un nouveau format universel pour la vidéo.


AVIF, pour AV1 Image Format. Il va falloir commencer à s'habituer à cette dénomination désignant un nouveau format de compression vidéo, à vocation universelle qui devrait prochainement envahir tous les services de streaming. C'est en tout cas l'objectif de son concepteur, l'Alliance for Open Media, un organisme international qui regroupe les plus grands noms du numérique, parmi lesquels Google, Apple, Amazon, Facebook, Cisco, Intel, IBM, Microsoft, mais aussi la fondation Mozilla, AMD, ARM, Nvidia, VLC et, bien évidemment, Netflix, l'un des premiers intéressés.

Depuis des années, ce consortium travaille en effet sur un nouveau format d'encodage permettant de diffuser des contenus vidéo dans diverses qualités, et notamment en HD et en UHD, en streaming via Internet et des réseaux IP. Baptisé AV1, ce format est destiné à remplacer les codecs existants – comme le VP9 utilisé sur YouTube et Netflix – grâce à une meilleur taux de compression – à qualité équivalente. Ainsi, par rapport au H.265/HEVC, son concurrent direct, considéré aujourd'hui comme l'un des plus efficaces, l'AV1 offre des gains de compression allant de 30 à 40 % selon la définition de l'image, selon des tests effectués par Bitmovin. Impressionnant, surtout quand on sait que le H.265 est déjà nettement plus performant que le H.264, utilisé actuellement pour la diffusion de la TNT en HD...

Mais la performance n'est pas le seul atout de l'AV1. En effet, ce format présente également l'avantage d'être libre et ouvert et donc utilisable ans aucune redevance. Contrairement au H.265/HEVC qui a été mis au point par le Video Coding Experts Group (VCEG) et le Moving Picture Experts Group (le fameux MPEG), et qui exige le versement de droits. Une différence de taille pour les grands acteurs de la vidéo et d'Internet. L'adoption de la version finale de l'AV1 – sous le nom d'AVIF – par l'Alliance for Open Media apparaît donc à la fois comme une véritable avancée technologique et un acte politique d'émancipation vis à vis des organisations comme le MPEG qui définissent des standards propriétaires nécessitant une licence payante.

Et les choses devraient désormais bouger très vite. Si Mozilla et Bitmovin déjà fait une vidéo de démonstration lisible avec la version Nightly de Firefox, Google et Microsoft devraient rapidement rendre leurs navigateurs compatibles avec l'AV1. Tout comme VLC et les autres lecteurs multimédias. Le nouveau codec devrait être pris nativement en charge par les processeurs dès 2020. Et les principaux diffuseurs, comme Netflix et YouTube, ont prévu de transcoder progressivement tout le catalogue en AV1. Ce qui devrait inciter les fabricants de puces multimédias et des constructeurs de téléviseurs à suivre le pas. Une (petite) révolution est en marche.

Illustration : © Alliance for Open Media

A voir également

Ajouter un commentaire

Commentaires

Commenter la réponse de spider-mario