Menu
Donnez votre avis

Google veut accélérer l'affichage des pages dans Chrome

Félix Marciano - jeudi 7 février 2019 - 15:43
Google veut accélérer l'affichage des pages dans Chrome
Pour retrouver la rapidité des débuts de Chrome, les ingénieurs de Google travaillent sur une fonction capable d'accélérer l'affichage des pages Web.

Si Chrome, qui a fêté l'an dernier ses dix ans d'existence, est le navigateur Web le plus utilisé au monde avec près de 67 % de parts de marché, loin devant tous ses concurrents, il n'est pas pour autant exempt de défauts. D'une part, il s'avère très gourmand en ressources machine, et en particulier en mémoire vive – surtout quand on ouvre de multiples onglets. De l'autre, il a perdu sa rapidité d'affichage originelle, celle qui a justement fait sa réputation. A sa décharge, le navigateur de Google n'est pas responsable de l'enrichissement continuel des pages Web, qui s'alourdissent d'images et de scripts de toutes sortes. Autant d'éléments qui ralentissent les transferts et qui pénalisent la navigation. Et qui incitent Google à trouver des solutions.

Selon le site spécialisé Chrome Story, les ingénieurs de Google seraient en train d'expérimenter une nouvelle fonction permettant redonner un peu de vigueur et de réactivité à Chrome. Baptisée Never Slow Mode (mode jamais lent), elle limiterait le nombre et le type d'éléments chargés, de façon à soulager le logiciel et à accélérer le rendu des pages. Chrome limiterait à la fois la quantité de certaines données et le temps accordé à JavaScript pour effectuer des calculs, tout en désactivent purement et simplement certaines fonctions (comme des scripts ou des requêtes).

En l'état actuel des choses, il est probable que de nombreuses pages Web s'accommodent mal de ce nouveau mode, qui, s'il accélère bien le chargement et le traitement, risque aussi de provoquer quelques erreurs d'affichage. D'autant que les limites imposées par Chrome seraient assez drastiques : 1 Mo pour les images, 100 Ko pour les polices de caractères, 50 Ko pour les scripts. D'où un certain émoi dans la communauté des développeurs Web, surpris et inquiets par la démarche de Google. Qu'ils se rassurent : le mode "jamais lent" n'en est qu'au stade expérimental. Et on peut raisonnablement supposer que Google diffusera largement les contraintes à respecter avant d'intégrer cette fonction – sûrement désactivable – dans son navigateur. Côté utilisateur, en revanche, on ne peut que se réjouir de la perspective de retrouver un jour un navigateur vraiment rapide.

Illustration : © PXhere
Ajouter un commentaire

Commentaires

Commenter la réponse de AdrianSEALELLI