Menu
Donnez votre avis

Google Pay arrive très timidement en France

Félix Marciano - mardi 11 décembre 2018 - 19:20
Google Pay arrive très timidement en France
Trois ans après son lancement aux Etats-Unis, la solution de paiement par smartphone de Google débarque dans l'Hexagone.


Après Apple et Samsung qui se sont lancés dans l'aventure du paiement sans contact par smartphone il a plusieurs années déjà, la firme de Mountain View lance aujourd'hui son service Google Pay en France. Une arrivée plutôt timide car, le moins que l'on puisse dire, c'est que les partenaires ne se sont pas précipités, malgré des négociations entamées il y a un moment.

Comme ses concurrents, le service de Google est séduisant sur le papier. Il permet d'effectuer des paiements sécurisés avec un smartphone, chez des commerçants physiques ou en ligne. Il suffit pour cela d'utiliser un mobile compatible NFC sous Android - exit donc les iPhone -, dans une version 5.0 ou supérieure, d'installer l'application idoine téléchargée sur le Play Store, d'enregistrer une ou plusieurs cartes bancaires et le tour est joué. Inutile de posséder un smartphone haut de gamme : un modèle basique suffit, pour peu qu'il soit compatible NFC. Côté sécurité, toutes les transactions sont chiffrées, à l'instar des données bancaires et personnelles stockées uniquement chez Google. Pour un paiement inférieur à 30 euros, il suffit se fait d'apposer le mobile déverrouillé sur le terminal du commerçant, sans autre formalité. Au-delà de 30 euros, il faut s'authentifier avec un code ou via le capteur d'empreintes, par exemple.

En pratique, le tableau est moins idyllique, pour le moment du moins.Car on ne peut utiliser cette solution que chez les commerçants disposant d'un terminal compatible NFC et ayant noué un partenariat spécifique avec Google. Et pour l'heure, la liste se cantonne à H&M, Conforama, Etam, Mr. Bricolage, Sephora, Oxybul et Relay, qui sont les premières enseignes à se lancer dans l'aventure Google Pay. Même timidité observée du coté des banques. Aucun établissement classique n'a encore osé sauter le pas, et il faut se contenter de nouveaux acteurs – les néo-banques, comme on les appelle –, comme Boon, Boursorama Banque, Edenred, Lydia, N26 et Revolut. Pas de trace de la BNP, de la Société générale, du Crédit agricole ni d'aucune banque historique. Ni même d'Orange Bank d'ailleurs. En outre, seul les cartes master card sont utilisables avec ce systèème, Visa n'ayant pas encore conclu d'accord avec Google.

Il est évidemment beaucoup trop tôt pour juger de l'avenir de la solution de Google, d'autant que des discussions sont encore en cours pour attirer d'autres partenaires. Il convient donc d'attendre pour voir si Google Pay et les autres solutions de paiement via mobile font des adeptes, aussi bien du côté des banques et des professionnels que de celui des consommateurs.

Illustration : © Google

A voir également

Ajouter un commentaire

Commentaires

Commenter la réponse de Utilisateur anonyme