Donnez votre avis

La vente d'iPhone en Chine interdite par un tribunal

Hervé Didier - mardi 11 décembre 2018 - 11:09
La vente d'iPhone en Chine interdite par un tribunal
Suite à une plainte de Qualcomm, les ventes de certains iPhone viennent d'être interdites. Apple a réagi aussitôt.

(CCM) — Nouveau rebondissement dans la lutte entre Qualcomm et Apple. Après avoir examiné la plainte du fabricant de puces, un tribunal chinois vient d'interdire la vente et l'importation en Chine de la plupart des iPhone. Pour Apple, le coup est rude. La marque a donc contre-attaqué, sans attendre.

En Chine, le tribunal de Fuzhou vient donc de statuer en faveur de la demande de Qualcomm. Le fabricant de composants pour mobiles avait déposé une plainte contre Apple pour violation de deux brevets. En cause, le système de manipulation des applications mobiles sur l'écran tactile de certains iPhone et l'ajustement de la taille des images. Après la décision du tribunal chinois, ce sont donc les ventes et importations de tous les modèles d'iPhone – de l'iPhone 6 à l'iPhone X – qui sont interdites en Chine.

Apple a réagi immédiatement en indiquant vouloir faire appel de la décision et en rappelant par communiqué que « les modèles d'iPhone restent disponibles pour nos clients en Chine ». Depuis plusieurs semaines, la marque accumule petits et gros pépins et son cours de Bourse reste très chahuté. Avec près de 25 % de ses ventes de smartphones réalisées en Chine, Apple ne peut donc pas se permettre de perdre l'accès à ce marché.

Après avoir longuement collaboré au succès du lancement de l'iPhone, Qualcomm et Apple se sont lancés dans une lutte juridique et commerciale depuis quelques années. Il y a un an, Qualcomm demandait déjà l'interdiction des ventes d'iPhone en Chine. Et Apple annonçait en représailles son intention de ne plus utiliser de composants Qualcomm dans ses smartphones. La décision du tribunal de Fuzhou relance le feuilleton.

Photo : © Apple.
Ajouter un commentaire

Commentaire

Commenter la réponse de Utilisateur anonyme