Donnez votre avis

Impact des écrans sur les enfants, une étude alarmante

Hervé Didier - lundi 10 décembre 2018 - 09:54
Impact des écrans sur les enfants, une étude alarmante
L'étude est menée auprès de 11 000 enfants américains. Son but est de comprendre l'impact des écrans et applications mobiles sur le développement du cerveau.

(CCM) — L'étude du NIH (National Institutes of Health) est la plus importante jamais lancée sur le sujet. Ses premiers résultats sont inquiétants : l'utilisation quotidienne et prolongée d'écrans pourrait être la cause de certains retards dans le développement du cerveau des enfants et des adolescents.

D'après le site Internet de CBS News (lien en anglais), le projet du NIH est de suivre l'évolution de 11 000 enfants américains pendant 10 ans, afin d'étudier sur la durée l'impact de la consommation des écrans mobiles sur leur développement physiologique et psychologique. A ce jour, 4 500 enfants ont déjà passé un IRM, ce qui permet aux chercheurs du NIH de livrer leurs premières observations.

Premier constat, le temps passé devant les smartphones, tablettes tactiles et consoles de jeu a un effet négatif sur le développement du cortex. Les enfants de 9 et 10 ans qui déclarent utiliser ces écrans plus de 2 heures par jour présentent un cortex aminci prématurément. Le phénomène inquiète les chercheurs, car ces enfants montrent déjà certaines difficultés au moment de passer des tests de logique et de langage.

Un autre volet de l'étude du NIH étudie le lien entre l'utilisation des réseaux sociaux et certains troubles psychologiques chez les adolescents. C'est le triplement des cas d’automutilation chez les adolescentes américaines de 10 à 14 ans qui intéresse les chercheurs. Entre coïncidence et lien de cause à effet, ceux-ci n'ont pas tranché. Seul un suivi dans le temps de ces enfants permettra de déterminer précisément si l'utilisation des écrans et applications mobiles a un impact sur le développement cérébral des enfants et des adolescents. L'étude devrait encore durer une décennie au moins.

Photo : © 123RF.
Ajouter un commentaire

Commentaires

jumulka
Messages postés
7167
Date d'inscription
vendredi 14 décembre 2012
Statut
Membre
Dernière intervention
16 octobre 2019
2244 -
encore une fois, tout dépend de ce que l'enfant fait sur ces "écrans", entre guillemets parce que ce n'est pas l'écran en lui même qui est mis en cause, mais l'utilisation des appareils numériques. de plus dire que ça impact directement dessus alors que ça va dépendre notamment de l'éducation et du suivis des parents dans l'apprentissage, y compris ce qu'ils font lorsqu'ils ne sont pas sur les écrans, et leur temps de sommeil. et puis si le temps passé à l'apprentissage et remplacé par les écrans, c'est sur que ça impact...

et pour les réseaux sociaux, les adolescents sont en recherche d'attention et le font via les réseaux sociaux dont on connait bien la stupidité et méchanceté qui reigne, ce n'est pas pour rien que c'est interdit aux moins de 14ans, mais aucune réel vérification est faites. ça c'est totalement vrai et encore une fois ça dépend de comment les parents appréhende ces systèmes avec leurs enfants.

les études ne sont pas fausses mais donnent plus une piste et comme vous le dites alarment sur l'utilisation de ces appareils et le job des parents. bon ça reste mon point de vue. en gros on peut alerté sur un potentiel danger mais pas dire ça ça fait ça, et puis voir s'il y a modification ailleurs, parce que retard dans l'apprentissage de langage ok mais ya autre chose de développer non ? le corps humain est un bijou de technologie autant compliqué qu'impressionnant.
Parinacota
Messages postés
71
Date d'inscription
mardi 19 décembre 2017
Statut
Membre
Dernière intervention
9 octobre 2019
2 -
Les "écrans" est un terme impropre ! Tout dépend de ce qu'on regarde sur ces écrans : du texte ou des images ?
Bien évidemment tout est réduit aux seules images, lesquelles bassinées depuis la plus petite enfance par la télévision, détériore le champ du symbolique chez les enfants et les adultes qui s'ensuivront.
Sa fonction étant de servir de baby-sitter car les parents, disent-ils, n'ont plus le temps de s'occuper de leurs mômes (pourquoi, alors, en ont-ils, est la question qui vient à l'esprit)
Pas étonnant qu'on se retrouve avec une générations de crétins ne pouvant manipuler aucun concept et suivant comme des petits toutous les merdias télévisuels. L'élection de Macron en est un bon exemple : qui y a-t-il chez ce type au fasciés de jeune premier ? Rien !
Bien sûr mon propos est celui de quelqu'un de 71 ans qui a passé sa jeunesse dans les livres et qui continue. Exilé hors de France je continue à lire mais aussi sur des écrans dont celui de ma liseuse Paperwhite d'Amazon (excellente qualité, je la recommande) et 75 % de ce que je lis sur le Web est composé essentiellement de textes (Calibre me dit que j'ai engrangé 20345 livres en français)
Mais quel plaisir peuvent avoir ces jeunes à la lecture eux qui ânonnent péniblement un texte à 12 ans alors que moi je lisais couramment à cet âge.
Je précise que je suis issu d'un milieu populaire et des livres il y en avait très peu à la maison, nous allions, ma mère et moi, à la bibliothèque municipale.
> Parinacota
Messages postés
71
Date d'inscription
mardi 19 décembre 2017
Statut
Membre
Dernière intervention
9 octobre 2019
-
C’est pas tellement l’opposition entre texte et image qui compte, mais plus comme le dit @jumulka l’activité. La télévision passive n’apporte en effet pas grand chose. Par contre, Dora l’exploratrice (oui, cette bouse de dessin animé) permet un développement cortical avancé : l’enfant est sollicité, il est actif. (flemme de chercher la source)

Attention à ne pas inventer des liens absurdes non plus : les jeunes qui ont voté aux présidentielles 2017 n’ont pas grandi avec des tablettes. Et ceux qui ont voté massivement Macron, ce sont les vieux (plus de 65 ans) : pas vraiment la génération tout écran… (cf sondages recensés sur la Wikipédia)

Quant aux bienfaits de la lecture, certes. Mais cela n’exclue pas que même les satanés jeux vidéos peuvent avoir des bienfaits d’un point de vue neurodéveloppemental. Y compris… pour l’apprentissage de la lecture. (https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01025690/document )
Commenter la réponse de jumulka