Menu
Donnez votre avis

Freebox Delta : le plein de fonctions et d'innovations au prix fort

Félix Marciano - mardi 4 décembre 2018 - 21:07
Freebox Delta : le plein de fonctions et d'innovations au prix fort
Positionnée résolument en haut de gamme, la nouvelle Freebox cumule innovations technologiques et services intégrés. A un tarif "premium"...


Attendue depuis des mois, voire des années pour certains, la nouvelle box de Free qui a été présentée ce matin (voir la vidéo de la conférence de presse sur la chaîne YouTube) n'a pas déçu par ses caractéristiques. Non seulement, elle intègre toutes les fonctions dont les utilisateurs rêvaient, donnant en cela raison à la plupart des rumeurs qui circulaient ces dernières semaines sur le Net, mais elle en offre plus, avec des services inattendus et bienvenus.


Baptisée Freebox Delta – à la fois en référence à sa ligne triangulaire aux angles arrondis et pour la différence qu'elle veut marquer vis-à-vis de la concurrence –, cette nouvelle box se compose de deux boîtiers : le Server et le Player. Signé Jasper Morrison, le design triangulaire aux coins arrondis s'avère élégant et épuré, avec des formes douces bien dans l'air du temps. On n'aura pas de mal à disposer les boîtiers dans un salon, contrairement aux première Freebox, nettement moins raffinées.

Bien qu'il ne soit pas destiné à être admiré, le boîtier Server brille par ses fonctions et ses possibilités. Non seulement, il est compatible avec les technologies actuelles que sont l'aDSL/VDSL – pour les lignes de cuivre – et la fibre optique, mais en plus, il profite d'une nouvelle technique permettant d'atteindre un débit de 10 Gbit/s dans le meilleur des cas en descendant via la fibre, et 400 Mbit/s en "montant". Des valeurs élevées, et inédites en France. Mais déjà accessibles aux 10 millions de foyers éligibles à la fibre de Free, qui déclare avoir déjà adapté son réseau à cette évolution. L'opérateur prend donc une sérieuse avance sur la concurrence en termes de rapidité.

Et pour ne pas oublier les quelques 22 millions d'abonnés qui n'ont que l'ADSL ou le VDSL, Free a ajouté dans la Freebox Delta un module 4G afin d'améliorer le débit, dans les deux sens – jusqu’à 200 Mbit/s en descendant et 60 Mbit/s en montant, dans des conditions idéales. Il faudra toutefois confronter ces valeurs optimistes à la réalité, notamment dans les zones rurales où le signes sont souvent très longues. Mais c'est un progrès et une première en France.



Au registre connexion, la Freebox Delta cumule les bons points. Elle héberge ainsi un module Wi-Fi sensiblement amélioré, compatible AC4400 offrant un débit maximum de 4,4 Gbit/s et, surtout, une meilleure couverture dans un logement – une demande récurrente des utilisateurs face aux faiblesses des boxes. Ce module sait aussi gérer le mode WPS pour une connexion simplifiée, sans mot de passe. Un détail que beaucoup apprécieront. Plus étonnant, le Server dispose aussi d'un module NFC (Near Field Communication) pour la communication sans fil avec des appareils proches, mais son rôle et sa gestion n'ont pas été détaillés.

Le boîtier Server est motorisé par un processeur à quatre coeurs de type ARM associé à 2 Go de mémoire vive – Free promet d'effectuer des mises à jour régulières. Côté connectique, il héberge un port Ethernet à 10 Gbit/s, 4 ports Ethernet à 1 Gbit/s, 2 ports USB-C 3.0, 1 port USB 3.0 et une prise Sigfox.Il conserve en outre le module Dect pour la téléphonie fixe avec les combinés sans fil compatibles.

Dernier détail, le stockage de masse est assuré par un disque dur d'une capacité de 1 To, ce qui est plus que confortable. Mieux, ce disque est amovible et d'emblée propriété de l'abonné. Une judicieuse initiative qui permet à chacun de conserver ses données personnelles même en changeant d'opérateur. Tout aussi étonnant, on peut installer trois disques durs supplémentaires dans les baies prévues à cet effet de façon à augmenter la capacité de stockage ou de sécuriser les données avec du Raid 0, 1, 5 ou 10.

Mais c'est surtout sur le boîtier Player, destiné à trôner dans le salon, près du téléviseur, que tous les regards vont converger. Car Free a fait le plein de nouveautés en intégrant pour la première fois dans une box un système de diffusion audio. Et l'opérateur a vraiment visé le premium en signant un partenariat avec le constructeur français Devialet, qui a développé pour l'occasion un système exclusif comprenant six parleurs – dont trois dédiés à la reproduction des graves – et l'électronique associée, avec la promesse d'une restitution en 5.1 avec un son de très haute qualité, dépourvue de souffle et de distorsion. Difficile de juger sur le papier, mais Devialet s'est tout de même distingué dans le domaine avec sa démarche audiophile. Et ce dispositif intégré évitera l'achat d'une barre de son pour palier la médiocrité des téléviseurs.

Autre nouveauté surprenante, l'intégration d'un assistant vocal, en l'occurrence Alexa, d'Amazon. Compatible avec les skills habituels, ils permet d'obtenir de nombreuses informations sur demande à la voix, mais aussi de piloter les fonctions multimédias du Player à la voix, sur un simple OK Freebox, grâce à un module développé pour l'occasion. Là encore, on évite l'achat d'une enceinte connectée dédiée.

Free est allé plus loin encore dans l'intégration en faisant du Player une véritable centrale domotique, capable de piloter toutes sortes d'objets, notamment les fameuses ampoules Philips Hue ou les dispositifs Somy, Nest, et HoneyWell. Mieux, le Player est également doté de fonctions de centrale d'alarme pour surveiller toute la maison. Il est livré avec des détecteurs mais aussi une caméra vidéo sans fil avec vision nocturne. Il peut même envoyer des alertes sur téléphone et dépêcher un agent de sécurité sur place, pour surveiller le domicile pendant 24 heures ! Et ce, même en cas de coupure électrique – intentionnelle ou pas –, grâce à un système de batterie de secours. Free a pensé à tout, même aux accessoires proposés en option (payante).

Le Player est pilotable de différentes façons. Par une télécommande classique, mais aussi par une nouvelle télécommande "contextuelle" et tactile, qui présente la particularité de se se recharger par induction, en se posant simplement sur le boîtier du Player ! Chacun aura le choix puisque les deux télécommandes sont livrées en standard. Free a par ailleurs développé une application Freebox permettant de contrôler de nombreuses fonctions du boîtier depuis un smartphone. Il y en a vraiment pour tous les goûts !

L'interface du Player, qui s'affiche sur le téléviseur, a été entièrement repensée. Plus moderne, plus graphique et plus pratique, elle est orientée contenus et offre même des fonctions de recherches avancées, d'après un nom d'artiste, par exemple.

Free a décidé de frapper fort en matières de contenus. En plus des chaînes habituelles, augmentée du bouquet TV by Canal (qui porte l'ensemble à près de 600 chaînes), le Player peut diffuser de nombreux services, dont les plateformes d'audio en streaming comme Deezer ou Spotify. Mais, surtout, Free a intégré en standard un abonnement de base à Netflix, ce qui devrait faire plaisir à de nombreux utilisateurs, notamment à ceux qui pestaient contre la qualité de service dans les tuyaux de Free. Autre service, totalement inattendu, un kiosque de presse en illimité donnant accès à plus de 1000 titres sur l'application mobile.

Sur le plan technique, le Player embarque une belle panoplie de connecteurs : 2 ports Ethernet Gigabit, 1 entrée audio numérique S/PDIF (pour la connexion d'une console de jeu, par exemple), 2 ports USB Type-C (dont un dédié aux FreePlug), 1 port USB 3.0, 1 entrée antenne (pour la TNT) et 1 sortie sortie vidéo HDMI 2.1 compatible HDCP 2.2 et ARC (retour audio). Il y a de quoi faire. Sans parler du système de charge par induction, compatible avec certains smartphones, ni du module Wi-Fi ac et n avec deux couples d'antennes (compatibles Mu-Mimo) et Bluetooth 4.2.

Dans ses entrailles, le Player est équipé d'un processeur puissant signé Qualcomm, spécialiste des Soc pour smartphones, en l'occurrence, un Snapdragon 835 épaulé par 2 Go de mémoire vive et 32 Go de stockage en mémoire flash pour le système d'exploitation, les mises à jour et les applications préinstallées. Un ensemble assez confortable pour gérer les multiples flux et contenus que le Player doit lire. D'autant qu'il est compatible 4K HDR, pour s'accorder aux téléviseurs actuels. Free, qui a par ailleurs décidé de diffuser ses flux audio-vidéo en HD+ à 15 Mbit/s, promet que des centaines de contenus 4K seront proposés, notamment via les services de VOD, en location ou l'achat.

On le voit, la Freebox Delta fait le plein de services et de technologies. Toutefois, si plusieurs innovations ne manqueront d'attirer les geeks, il n'est pas impossible que cette foison de fonctions soit de trop pour beaucoup d'utilisateurs. D'autant que l'addition est plutôt salée : au tarif de l'abonnement (49,99 euros par mois), s'ajoutent en effet 10 euros de location-vente du Player pendant quatre ans (ou 480 euros en une fois). Même avec les services inclus, cela fait cher. Peut-être trop. Etonnant pour un opérateur qui est arrivé sur le marché en cassant les prix. L'avenir nous dira si le succès commercial est au rendez-vous.

Illustrations : © Free
Ajouter un commentaire

Commentaires

Commenter la réponse de Dyonysys