Les appli Android un peu trop bavardes ?

Les appli Android un peu trop bavardes ?
Les chercheurs du MIT ont découvert que les applications Android révélaient nos données personnelles à notre insu.

À première vue, une application mobile semble incapable de faire de mal à une mouche. Cependant, une étude récente conduite par des chercheurs du MIT révèle que les applications disponibles sur Google Play parlent plus qu'elles n'en ont l'air. En effet, parmi les 500 applications mobiles les plus populaires sur Android, une sur deux livre des informations sur l'utilisateur sans son consentement. Face à un tel constat, on est en droit de se demander : quelle mouche les a piquées ?

Environ 50 % des échanges qui ont lieu dans le dos de l'utilisateur concernent ses habitudes d'utilisation et les performances du programme. Ils sont éthiquement discutables puisqu'ils se déroulent à l'insu du consommateur, mais leur objectif est clair : apporter des informations aux développeurs afin qu'ils puissent créer des produits adaptés aux besoins des mobinautes. Cependant, les autres informations échangées ne le sont pas à des fins analytiques. Ce sont ces informations qui attirent l'attention de la responsable de l'étude, Julia Rubin : « Il pourrait y avoir une très bonne raison de garder l'objet de ces communications secret, mais l'utilisateur doit être informé du fait que ces applis envoient des données à l'extérieur ».

À quoi servent les informations qui ne sont pas utilisées à des fins analytiques ? D'après Omer Tripp, membre du centre de recherche TJ Watson d'IBM, leur but serait de charger du code afin que les applications mobiles fonctionnent y compris sans connexion Internet. Une deuxième possibilité lui vient à l'esprit : ces informations pourraient être échangées à l'insu des propres développeurs et exploitées par des hackers.

Espérons que Google entende cet avertissement et s'intéresse de plus près à ces mystérieuses communications...

Photo : © Android.