Liquidation judiciaire pour Mandriva

Liquidation judiciaire pour Mandriva
Mandriva, la société éditrice à l'origine du système d'exploitation Mandriva Linux, est officiellement en faillite. Elle a cessé son activité et son site web est inaccessible.

La société française Mandriva, spécialisée dans l'édition de distributions Linux, vient de mettre la clef sous la porte le 20 mai dernier. Depuis sa création en 1998, elle proposait des solutions pour postes fixes et serveurs, ainsi que des logiciels destinés à la gestion des parcs informatiques. Avec un chiffre d'affaires de 553 000 euros en 2013, l'entreprise n'a cette fois ci pas pu faire face à ces nouvelles difficultés financières.

Car il s'avère que Mandriva était loin de naviguer sur un long fleuve tranquille. En 2001, la compagnie avait essayé une entrée en bourse qui s'était soldée par un échec. En 2009, le nombre d'employés était passé de 75 à environ 20. Une baisse de l'effectif aussi importante est généralement un symptôme qui ne trompe pas, et on commençait à entrevoir le teint pâle du malade. En 2010, certains journaux avançaient que Mandriva était sous la menace d'une liquidation judiciaire et qu'elle s'était sauvée en obtenant des fonds provenant de nouveaux investisseurs. La même année, en 2010, des membres de la compagnie avaient décidé d'éditer un fork qui portait le nom de Mageia.

Conscient de sa taille inadaptée et de son manque de lignes directrices claires, Mandriva avait pourtant essayé ces dernières années d'inverser la tendance, notamment en signant des accords OEM pour sa distribution et en tissant des liens avec des experts européens du logiciel libre. Cependant, ces ultimes efforts furent insuffisants pour éviter le naufrage.

Photo: © fr.wikipedia.org