Donnez votre avis

"Trouver des pépites" avec une application de recrutement

Perrine Tiberghien - vendredi 10 avril 2015 - 16:53
En termes de recrutement, les demandes des entreprises évoluent constamment... et avec elles, les habitudes des recruteurs et des candidats. Pour trouver des profils adaptés aux besoins de son entreprise, Agnès Bazin, en charge du recrutement et des ressources humaines pour la start-up parisienne Doctolib, fait appel aux plateformes de recrutement en ligne. Mais également à la récente application Kudoz, qui met en relation candidats et recruteurs sur un format un peu particulier.

Dans la même veine que l'application Tinder, Kudoz fonctionne sur le principe du "matchmaking". Les candidats ont, selon leur profil, accès à certaines offres d'emploi pour lesquelles ils peuvent signaler leur intérêt. A charge ensuite aux recruteurs de les contacter si leur parcours, basé sur le profil LinkedIn, les intéresse. La formule a intéressé Agnès Bazin, qui y voit un moyen de "trouver des pépites". Explications.


CCM - Pouvez-vous nous parler de Doctolib ?

Agnès Bazin : "L'ambition de Doctolib, c'est de changer la manière dont interagissent les médecins et leurs patients... et donc dès la prise de rendez-vous. Les usages sont restés archaïques par rapport à ce qui peut se faire dans d'autres secteurs. Or, les usages ont beaucoup évolué ces dix dernières années... Doctolib a été fondé par les anciens de La Fourchette. Les premiers médecins ont commencé à utiliser la solution en février 2014. Aujourd'hui, on a plus de 2000 médecins et une cinquantaine de cliniques qui utilisent notre solution. Le marché est immense !

Je m'occupe de toute la partie recrutement et ressources humaines. On est passés de 12 personnes à aujourd'hui 90 salariés dans toute la France. Et nous recrutons encore puisque notre objectif est de passer à 150 personnes d'ici la fin de l'année."

CCM - Qu'est-ce qui vous a intéressée dans le fait d'utiliser une solution de recrutement en ligne sous forme d'application ?

A. B. : "Dans le cadre de ce développement, j'ai eu l'occasion de tester un ensemble d'outils de recrutement. On recrute dix personnes par mois, nous sommes certainement la start-up qui recrute le plus à Paris en ce moment ! On fait d'abord surtout de la chasse, parce que nous sommes en quête de "top profils" dans toute la France.

On ne peut pas se contenter uniquement de candidatures, surtout qu'au début Doctolib était peu connu. En fin d'année, on a acquis plus de notoriété grâce à la presse, mais au début notre approche était surtout centrée sur la chasse. On cherche donc dans ce cadre à multiplier les façons de rentrer en contact avec des éventuels candidats, notamment des professionnels déjà en poste.
Dans cette optique, j'ai trouvé que Kudoz offrait une bonne solution. Cela permet de toucher un public de jeunes actifs, plutôt "early adopters". On cherche des profils entrepreneurs, qui ont une réelle appétence pour le web, et je trouve que c'est l'audience qu'on retrouve sur Kudoz."

CCM - Vous faisiez déjà appel au recrutement en ligne, par exemple sur des plateformes comme LinkedIn ou Viadeo ?

A. B. : "On utilise toute une série d'outils pour poster nos annonces en ligne, mais de façon assez ciblée. Nous sommes deux pour recruter dix personnes par mois, il faut donc rester sur la même ligne et ne pas être envahis par un flot de candidatures non qualifiées. Les sites avec une audience ciblée sont beaucoup plus intéressants pour nous."

CCM - Comment se passe concrètement le lancement d'une campagne de recrutement, ou la mise en ligne d'une annonce ? Sous quelle forme recevez-vous les candidatures, comment sont contactés les candidats ?

A. B. :"C'est très simple. On a des offres d'emploi sur notre site. On la copie sur Kudoz en l'adaptant au format qu'il propose, qui reste assez classique. Une fois l'annonce en ligne, les candidats se manifestent s'ils correspondent à notre offre. De notre côté, on les contacte si leur profil nous intéresse et on peut ensuite les rencontrer.

De mon côté, je n'ai pas été pro-active puisque j'ai attendu que les candidats se manifestent. Cela n'a pas été nécessaire : comme l'offre était bien mise en valeur, nous avons rapidement reçu beaucoup de candidatures."

CCM - Est-ce que cela vous permet de recevoir des candidatures avec des profils plus particuliers ?

A. B. : "Ce que j'aime bien sur Kudoz, c'est me dire qu'on attire aussi des gens qui ne sont pas forcément en recherche d'emploi. On fait déjà beaucoup de chasse sur LinkedIn et c'est un peu le même principe : il s'agit de professionnels qui sont en veille sur le marché, et qui sont sensibles aux start-ups qui prennent de l'essor. Ils ont une certaine sensibilité sur le secteur. Je pense que c'est la force de Kudoz : comme cela ne demande pas beaucoup d'efforts de la part du candidat et que cela lui permet de rester en veille et de rester à la page, je pense qu'on peut capter des profils qu'on ne capte pas avec des procédures plus classiques.

Dans le marché de l'emploi actuel, cela peut être de plus en plus difficile de dénicher les pépites. On ne peut plus se permettre d'être dans l'attente que les bons candidats viennent frapper à la porte. Il faut attirer leur attention et susciter leur curiosité."

CCM - De votre point de vue utilisateur recruteur, est-ce une solution simple à utiliser ?

A. B. : "C'est en effet une solution très simple. On a eu un sujet technique à gérer, puisqu'on utilise le logiciel de gestion de candidatures Workable. C'est un outil qui nous permet de trier et de répondre aux candidatures, puisqu'on en reçoit déjà 300 par mois via nos annonces ou notre propre site. Jusque-là, Kudoz n'était pas intégré au logiciel, ce qui entraînait un coût de traitement supplémentaire pour nous. Ils l'ont intégré il y a tout juste une semaine, ce qui a été très positif. C'est une jeune société en pleine évolution, et ils ont su être très réactifs puisque Workable est utilisé par de nombreux recruteurs. On a suggéré cette amélioration, et un mois et demi plus tard elle était développée : cela nous a très agréablement surpris".

CCM - A quel type d'entreprise la conseilleriez-vous ?

A. B. « A toutes les entreprises du web qui cherchent à recruter des profils qui soient à la pointe, "early adopters", intéressés par l'innovation... en somme, des profils plus entrepreneurs que classiques. Cela peut aussi intéresser les entreprises qui recrutent des très jeunes professionnels. Là où Kudoz a le mieux marché pour nous par exemple, c'est auprès des jeunes diplômés. Cela correspond aussi à une génération, qui n'a pas forcément envie d'envoyer des lettres de motivation et des CV mais qui est active sur les réseaux sociaux et qui possède un profil LinkedIn très à jour."

Repères

Doctolib

  • Start-up parisienne fondée en octobre 2013, Doctolib permet la prise de rendez-vous avec un professionnel de santé en ligne,
  • La solution s'adapte à tous les professionnels de santé et toutes les spécialités,
  • Elle vise le déploiement en Europe dans les prochains mois.
  • Doctolib sur internet

Kudoz

Ajouter un commentaire

Commentaire

Commenter la réponse de Utilisateur anonyme