Google : plainte de la Commission européenne ?

Google : plainte de la Commission européenne ?


Après des tentatives de négociations, la Commission européenne pourrait être plus ferme envers Google et envisager une plainte.

Depuis 2010, la Commission européenne enquête sur le moteur de recherche de Google. Avec une part de marché en Europe de plus de 90 %, Google abuserait de sa position largement dominante. Il avantagerait ses services et ceux des partenaires au détriment des autres, sans prendre en compte l'intérêt des internautes. Aussi, il utiliserait des contenus issus de sites concurrents et limiterait l'activité des annonceurs et développeurs de logiciels.

Jusque-là, la Commission européenne a essayé de négocier avec le groupe américain. Les différentes tentatives ont échoué. Selon le Wall Street Journal, la Commission va devenir moins conciliante. Elle a, ainsi, demandé à plusieurs concurrents de Google devenus plaignants l'autorisation de rendre publiques des données confidentielles.
Selon des spécialistes, cette initiative laisse présager que la Commission se prépare à déposer une plainte contre Google pour pratiques anticoncurrentielles. Surtout que Margrethe Vestager, qui remplace Joaquín Almunia au poste de vice-président de la Commission européenne en charge de la concurrence, souhaite faire avancer rapidement ce dossier et voudrait en faire un exemple.
Comme le souligne le Wall Street Journal, en Europe, la Commission européenne est à la fois juge, procureur et jury dans ce type de dossiers. Google aurait peu de chances de défendre sa position et pourrait être, entre autres, condamné à une amende équivalente à 10 % du chiffre d'affaires annuel. Cela représenterait 6.6 milliards de dollars à régler.
Une menace très importante qui pourrait inciter Google à trouver un accord. Cette action de la Commission a, peut-être, cet objectif.

Quoi qu'il en soit, Margrethe Vestager semble décidée à faire avancer le dossier Google. Si la Commission européenne dépose plainte contre le groupe, cela sera le plus important dossier depuis la condamnation de Microsoft qui a réglé une amende de 1.8 milliard de dollars.

Photo: © Google.