ARCEP : fin de l'itinérance entre opérateurs

ARCEP : fin de l'itinérance entre opérateurs

Le nouveau président de l'ARCEP, Sébastin Soriano, estime que les accords d'itinérance entre opérateurs doivent cesser.

Début janvier, Sébastien Soriano a pris la relève de Jean-Ludovic Silicani au poste de président de l'ARCEP. Son mandat débute fort avec la loi Macron qui va renforcer les pouvoirs de l'autorité. Cette dernière pourra notamment donner son avis et demander des modifications des accords d'itinérance et de mutualisation de réseaux entre opérateurs.

Sébastien Soriano vient de répondre aux questions du journal Le Figaro. Il a abordé les accords entre opérateurs.
Selon lui, parmi les accords de mutualisation tels que celui qui lie Bouygues Telecom et Numericable/SFR certains vont « trop loin » et il n'exclut pas de « poser des limites aux différents accords ». Aussi, le nouveau président de l'ARCEP a critiqué les accords d'itinérance qui, selon ses termes, deviennent une « drogue de substitution ». Pour lui, « ce n'est pas bon » et il « faut organiser le sevrage ». Dès que la loi Macron sera applicable, l'ARCEP se rapprochera des opérateurs concernés par l'itinérance afin d'organiser leur fin avec un calendrier « exigeant, mais cohérent ». L'objectif est que les opérateurs ne mutualisent leurs réseaux que dans les régions moins denses.

Sébastien Soriano a profité de cet entretien pour donner son avis sur la consolidation du secteur des télécoms. Il affirme que l'autorité est « favorable aux bonnes consolidations », « qui permettent des synergies entre le fixe et le mobile ». Si le fait qu'il y ait trois ou quatre opérateurs ne semble pas important pour le président, le « chiffre maudit, c'est deux », car « difficile à réguler » et insuffisamment concurrentiel.

Photo: © ARCEP.