Orange/Stéphane Richard râle contre les géants d'internet

Orange/Stéphane Richard râle contre les géants d'internet


Stéphane Richard, PDG d'Orange, veut que l'Union européenne impose aux géants d'internet les mêmes règles à suivre.

Le journal L'Express a récemment dévoilé que Microsoft France a réglé 16.4 millions d'euros au fisc. Cette nouvelle amende vient sanctionner l'optimisation fiscale du groupe qui parvient à ne pas payer beaucoup d'impôts en France. Une situation qui déplait aux autorités, mais également aux entreprises françaises qui doivent respecter les législations et la fiscalité.

Stéphane Richard, PDG d'Orange, a participé, ce 1er février, à l'émission Le Grand Jury sur LCI. À cette occasion, il a râlé contre les grandes entreprises du web et a énoncé ce qu'il souhaite que l'Union européenne leur impose.
Tout d'abord, Stéphane Richard veut que « ces gens paient des impôts comme (nous), là où ils font du chiffre d'affaires et là où ils créent de la richesse, sur (nos) marchés, dans (nos) pays ». À titre d'exemple, le PDG d'Orange a cité la situation de Google. « Il n'est absolument pas acceptable que Google fasse à peu près (...) 1 milliard d'euros de chiffre d'affaires en France, et ne paie pas d'impôts ». En 2011, par exemple, le groupe a réalisé en France un chiffre d'affaires entre 1.25 et 1.4 milliard d'euros, mais n'a déclaré que 138 millions d'euros et a réglé 5.5 millions d'euros d'impôts.
Aussi, Stéphane Richard souhaite « que la régulation qui (nous) touche sur des sujets très sensibles comme la protection des données personnelles, leur soit appliquée ». Ainsi, le PDG veut que les groupes américains respectent les législations européennes dans le cadre de leur pratique et pour les utilisateurs concernés.
Enfin, le PDG veut « que des règles anticoncurrentielles que (nous) subissons (...) depuis 20 ans, leur soient appliquées, et que l'on traque chez eux les pratiques anticoncurrentielles, car il y en a ». Pour illustrer son propos, il a suffi à Stéphane Richard de citer à nouveau Google, dont le moteur de recherche représente 97 % de parts de marché et dont Android équipe deux tiers des smartphones livrés dans le monde.

Stéphane Richard veut que « l'Europe ait un agenda digital » pour « construire les réseaux dont elle a besoin ». Selon lui, pour y parvenir, l'industrie des télécoms doit être « forte, ce qui n'est pas le cas actuellement ». Le PDG d'Orange a récemment rencontré Günther Oettinger, nouveau commissaire européen au numérique. Il est optimiste, car ce dernier « semble avoir des idées très saines ».

Photo: © Wikimedia.