UE : obtenir les clés de chiffrement des géants du web

UE : obtenir les clés de chiffrement des géants du web


Selon le site Statewatch, le responsable de l'UE, Gilles de Kerchove, veut obliger les géants du web à donner accès aux clés de chiffrement.

Les attentats, qui ont récemment été menés à Paris, ont, tout d'abord, suscité un temps où l'émotion régnait. Celui de la réflexion et de la mise en place d'actions pour combattre le terrorisme et l'extrémisme est arrivé. Et, cela ne concerne pas que la France, mais aussi l'Union européenne (UE).

Un des éléments qui inquiètent ces instances est internet, qui est devenu un support de transmission de propos haineux et facilite les radicalisations en tout anonymat. Des membres de l'UE ont déclaré être « préoccupés par l'utilisation plus fréquente d'internet pour alimenter la haine et la violence, et (nous) signalons notre détermination à veiller à ce qu'internet ne soit pas utilisé abusivement à cette fin ».
Le site Statewatch s'est procuré un courrier rédigé par Gilles de Kerchove, le coordinateur de l'antiterrorisme dans l'Union européenne, et transmis aux délégations en vue d'une réunion prévue le 29 janvier prochain.
Il estime que, surtout depuis les attentats parisiens, l'Europe est face à une « menace terroriste sans précédent, diversifiée et grave ». « L'UE doit réagir par une action significative ». Il indique que le travail de l'UE pour lutter contre la radicalisation et le recrutement de terroristes est avancé, mais doit être accéléré et soutenu par les responsables politiques.
Parmi les propositions évoquées, Gilles de Kerchove propose de se rapprocher des grandes entreprises du web pour limiter les contenus illégaux et extrêmes. Le responsable de la section antiterroriste veut notamment que les entreprises donnent accès de leurs clés de chiffrement aux autorités. Cela leur permettrait d'accéder à différents contenus tels que les mails, messages de chat, etc. Il précise, toutefois, que cet accès serait soumis aux « conditions énoncées dans les lois nationales pertinentes et en pleine conformité avec les droits d'accès fondamentaux des autorités nationales compétentes ».
Pour appuyer cette volonté, Gilles de Kerchove a évoqué les révélations d'Edward Snowden, et le cryptage décentralisé des entreprises du web qui « rend l'interception légale par les autorités nationales concernées techniquement difficile ou même impossible ».

Cette proposition sera discutée lors de la prochaine rencontre des délégations. Si elle est acceptée, les entreprises concernées devraient réagir !

Photo: © Union européenne.

A voir également