Piratage/Sony : sanctions des USA

Piratage/Sony : sanctions des USA


Selon le FBI, pas de doute. La Corée du Nord est responsable du piratage de Sony. Une première série de sanctions a été lancée par les USA.

Le piratage de Sony Pictures a été sans précédent. Des dizaines de milliers de mails confidentiels, des documents administratifs et des films ont été divulgués. La sortie du film The Interview était le problème, et les pirates sont allés jusqu'à menacer d'attaques terroristes les salles de cinéma qui le diffuseraient. Cette affaire a rapidement pris de l'ampleur et a dépassé le cadre de Sony. Le FBI a mené son enquête et affirme que le gouvernement de la Corée du Nord est lié.

Même si des experts n'en sont pas convaincus et que le gouvernement nord-coréen réfute ces accusations, les États-Unis en sont persuadés. Ils avaient promis une réaction proportionnée à cette attaque. Une première salve de sanctions vient d'être annoncée.
Elle touche trois organisations étroitement liées à l'appareil défensif nord-coréen : l'agence de renseignement du pays, la Korean Tangun Trading Corporation, qui soutient la défense, et la Korea Mining Development Trading Corporation, un marchand d'armes qui appartient au gouvernement.
Aussi, 10 Nord-Coréens travaillant pour les entreprises ou le gouvernement de la Corée du Nord ont vu leurs actifs aux États-Unis être gelés et ne peuvent plus utiliser le système financier américain.
Selon le président Barack Obama, cette série de sanctions « n'a pas pour objectif de cibler des personnes de la Corée du Nord, mais plutôt le gouvernement de la Corée du Nord et ses activités qui menacent les États-Unis et d'autres pays ».

D'autres sanctions pourraient suivre, mais ne seront pas forcément rendues publiques. Les États-Unis pourraient notamment envisager d'inscrire la Corée du Nord sur la liste des états soutenant le terrorisme.
La Corée du Nord est déjà isolée et sous le coup de limitations des USA. Trouver d'autres sanctions ne sera pas facile.

Photo: © Sony.