Piratage/ Corée du Nord accuse les USA et insulte Obama

Piratage/ Corée du Nord accuse les USA et insulte Obama


Le gouvernement de la Corée du Nord accuse les États-Unis de l'avoir coupé d'internet et traite Barack Obama de « singe ».

L'agence officielle nord-coréenne, KCNA, n'a pas l'habitude de mâcher ses mots. C'est le moins que l'on puisse dire. Il y a quelques mois, elle se permettait de traiter la présidente sud-coréenne, Park Geun-Hye, de « prostituée ». Quant au président américain, Barack Obama, il a eu droit à des termes irrespectueux tels que « maquereau », « bâtard de sang mêlé » et d'une « apparence de singe ». Des propos qui n'ont, bien sûr, pas plu au gouvernement américain. Caitlin Hayden, porte-parole du Conseil de sécurité nationale, parlait de mots « particulièrement répugnants et irrespectueux ».

Il y a quelques jours, la Corée du Nord a été coupée à deux reprises d'internet. Aucun groupe de hackers ni entité n'a revendiqué ces actes. Ces coupures pourraient même n'être qu'accidentelles. Il n'y a pas eu d'enquête, mais la Corée du Nord accuse les États-Unis d'être responsables.
Aussi, les dirigeants nord-coréens n'ont pas apprécié que Barack Obama se dise satisfait que le film The Interview soit finalement sorti en salles. La Commission nationale de défense nord-coréenne (NDC) a déclaré que Barack Obama « est toujours imprudent en paroles et en actes », osant le comparer à « un singe dans une forêt tropicale ».
Loin de vouloir calmer les tensions, un porte-parole nord-coréen est allé jusqu'à dire que : « si les États-Unis continuent à être arrogants, despotiques et à utiliser des méthodes de gangsters en dépit des avertissements répétés (de la Corée du Nord), ils devront garder à l'esprit que leurs actions politiques ratées entraîneront inéluctablement des coups mortels ».
Une accusation hâtive, des insultes et des menaces. La Corée du Nord ne semble pas encline à calmer le jeu et clore le dossier du film The Interview.

Photo: © Sony.
A voir également