Sony : Corée du Nord déconnectée durant plus de 9h

Sony : Corée du Nord déconnectée durant plus de 9h


Suite au piratage de Sony, la Corée du Nord a été coupée d'internet pendant plus de 9 heures. Les potentiels responsables.

Le piratage informatique de Sony Pictures a de lourdes répercussions jusqu'au sommet de l'état. Le président américain, Barack Obama, a récemment déclaré à CNN qu'il ne s'agissait pas d'un « acte de guerre », mais de « cybervandalisme qui a été très coûteux ». Il précisait : « (nous) le prenons très au sérieux et notre réponse sera proportionnée » envers la Corée du Nord.
Le lendemain de la diffusion de cet entretien, la Corée du Nord subissait une panne totale d'internet pendant plus de 9 heures. Compte tenu de la durée de l'interruption, l'attaque ne semble faire aucun doute. Les spécialistes parlent d'une attaque par déni de service (DDoS).

La question est : quels sont les auteurs ? Il pourrait s'agir du gouvernement américain, en réponse au piratage du groupe Guardians Of Peace. Toutefois, elle ne semble pas proportionnée, comme le souhaite Barack Obama. En effet, le réseau internet n'est pas accessible à de nombreux Nord-Coréens et n'est composé que de contenus encadrés par le gouvernement. Seuls quelques privilégiés et ressortissants étrangers peuvent profiter des sites internationaux. Si cette coupure d'internet a été orchestrée par les États-Unis, elle ferait plutôt office d'avertissement et de démonstration de leurs capacités.
L'annulation de la sortie du film The Interview a largement déplu et est considérée comme de la censure. Des groupes indépendants de pirates sont, peut-être, responsables de la contre-attaque.
Via Twitter, le groupe de hackers Gator League a revendiqué la coupure d'internet : « Confirmé, le groupe de piratage #GatorLeague a fermé le cyberespace d'internet de la Corée du Nord hier ». Cette appropriation de l'attaque reste à relativiser, car s'il s'agit du gouvernement des États-Unis, il se gardera bien de la revendiquer et de contredire Gator League.

Photo: © Wikipedia.
A voir également