Twitter : le candidat brésilien perdant poursuit Twitter

Twitter : le candidat brésilien perdant poursuit Twitter


Insatisfait des tweets envoyés durant la campagne présidentielle du Brésil, le candidat perdant Aécio Neves poursuit Twitter.

Les 5 et 26 octobre derniers ont eu lieu la dernière élection présidentielle du Brésil. Au second tour, la présidente sortante, Dilma Rousseff était opposée à Aécio Neves. Elle a gagné avec 54.5 millions des voix, soit 51.64 % des suffrages. Le candidat perdant a alors émis des doutes concernant la fiabilité du système de vote électronique.

Il ne s'est pas arrêté là. En effet, Aécio Neves n'est pas satisfait des tweets qui le critiquaient durant la campagne. Au point qu'il a, dans un premier temps, saisi la justice pour avoir accès aux informations des utilisateurs de Twitter qui seraient liés à différentes activités criminelles.
Aujourd'hui, la cour de justice de São Paulo vient de statuer en sa faveur. Elle lui permet, ainsi, d'accéder aux détails des informations des utilisateurs de Twitter qui ont rédigé des messages en sa défaveur. Au total, une liste de 55 personnes a été établie, dont 20 sont accusées d'avoir rédigé et diffusé des tweets qui liaient Neves à une activité criminelle. Selon les avocats d'Aécio Neves, ces utilisateurs de Twitter étaient rémunérés pour diffuser des propos diffamatoires.
D'après le journal brésilien Folha, le juge Helmer Amaral, qui a rendu la décision, estime que la liberté d'expression est un droit constitutionnel, mais le droit à la vie privée et celui de demander une indemnisation pour dommages et intérêts sont également inscrits dans la constitution.
Le réseau social Twitter a fait appel en se basant sur le droit à la liberté d'expression de ses utilisateurs.

Cette plainte et cette décision de justice feront, certainement, parler. Avoir accès aux informations personnelles d'utilisateurs de réseaux sociaux pour la seule raison que les propos déplaisent constituerait une forme de censure dans de nombreux pays.

Photo: © Twitter.