Menu
Donnez votre avis

Google quitte la Russie

CelineLhorte - dimanche 14 décembre 2014 - 19:04
Google quitte la Russie
Une nouvelle loi exige que les données personnelles des Russes restent dans le pays. Google déménage !

Le gouvernement russe a décidé de renforcer la protection des données personnelles de ses citoyens. En juillet dernier, le ministre des Communications, Nikolai Nikiforov, a demandé à SAP et Apple de transmettre leur code source. Raison invoquée : Vérifier qu'il n'y a pas de risque pour les données des utilisateurs et pour les institutions publiques. Aussi, le parlement russe a adopté une loi qui impose aux entreprises du web de stocker les données des citoyens à l'intérieur du pays.

Une législation qui déplait aux sociétés concernées. En réaction, Google vient de décider de fermer son bureau en Russie. Les ingénieurs vont rejoindre les filiales d'autres pays. Selon le Wall Street Journal, Google pourrait, toutefois, maintenir en place des employés dans la vente, le service après-vente, le marketing et la communication.
D'après le site The Information, l'entreprise Adobe aurait pris la même décision au mois de septembre.
Google et Adobe pourraient être suivis par d'autres entreprises du web. Il n'est, en effet, pas certain qu'elles acceptent de stocker les données sur des serveurs basés en Russie.

En cette période de relations complexes avec les États-Unis et certains responsables européens, Vladimir Poutine tente-t-il de se protéger contre des attaques ou des tentatives de surveillance via les nouvelles technologies ? Souhaite-t-il contrôler les informations qui circulent ? Veut-il réellement protéger la vie privée et les données personnelles des citoyens russes ? Difficile de répondre, mais les décisions du Parlement russe ne satisfont pas les entreprises du web. Les associations de défense des libertés numériques critiquent également ces décisions.
Il aurait été intéressant qu'Edward Snowden, actuellement en exil en Russie, évoque ce point lors de sa récente intervention.

Photo: © Google.
Ajouter un commentaire

Commentaires

Commenter la réponse de Bertoli