Google/Project Loon : accord avec le CNES

Google/Project Loon : accord avec le CNES
Google accélère la mise en place du Project Loon grâce à un accord exclusif avec l'agence spatiale française, le CNES.

Google et Facebook se sont donné comme défi de connecter le monde à internet. La fondation, créée par Mark Zuckerberg, Internet.org, se tourne surtout vers les populations qui ont un réseau au minimum de 2G, mais ne s'intéressent pas à internet. Du côté de Google, l'approche est différente.

Le groupe met, en effet, l'accent sur les infrastructures. Plus particulièrement, son Project Loon a pour but de lancer des ballons autonomes à environ 20 kilomètres d'altitude qui connecteront les régions reculées à un prix attractif.
Après les premiers tests grandeur nature, Google passe une nouvelle étape. En effet, le groupe vient de conclure un accord avec l'agence spatiale française, le CNES. Ce partenariat unique leur permettra de partager leurs expertises relatives aux ballons stratosphériques.
Les ballons développés par le groupe américain sont techniquement très aboutis, mais l'agence française pourra apporter sa grande expérience en la matière. Et ce, car elle utilise depuis longtemps des ballons pour réaliser des images, collecter des données, des mesures, etc.
Google a expliqué que le CNES va l'aider à « développer son expertise, analyser les vols et concevoir un ballon de nouvelle génération pour le projet Loon. En échange, les résultats des tests menés par Google en Nouvelle-Zélande et au Brésil ainsi que ceux de la nouvelle campagne de 2015 -100 ballons doivent dériver autour de la planète- seront partagés avec le CNES ».
Le Project Loon avance rapidement, mais les ballons ne devraient être opérationnels que d'ici 2020. Ils seront construits pour Google par une entreprise américaine, et le site toulousain de Zodiac Marine se chargera des modèles destinés au CNES. Les premiers tests sont prévus l'an prochain.

Avec ce partenariat, l'expertise et les compétences du CNES sont reconnues.

Photo: © Google.