Droit oubli : Bing, peu de refus

Droit oubli : Bing, peu de refus


Le droit à l'oubli concerne tous les moteurs de recherche. Le point sur les demandes traitées par Microsoft Bing.

Lorsqu'on évoque le droit à l'oubli, on pense immédiatement à Google. Toutefois, il n'a pas été imposé seulement à ce moteur de recherche. Ils sont tous concernés.

Depuis le mois de juillet, les internautes européens peuvent demander le retrait de liens sur Microsoft Bing. Reputation VIP vient d'analyser les 4 mois de mise à disposition du formulaire.
Nous sommes loin des 175 000 demandes reçues par Google et de celles transmises via Reputation VIP, dont le total était de 15 000 en septembre.
En effet, l'entreprise qui aide les internautes pour protéger leur réputation sur internet n'a transmis que 699 demandes de retrait sur Bing relatives à 2 362 liens internet. Sur ce total, le moteur de recherche n'a refusé que seulement 79 requêtes. Deux raisons ont été avancées. Pour 2 cas, les demandes ont été jugées injustifiées. Concernant les 77 autres refus, ils ont été envoyés, car les liens à retirer sont issus de réseaux sociaux. Microsoft invite les internautes à utiliser les « outils et les processus de suppression de contenus » disponibles sur les réseaux sociaux, car ce sont les moyens « les plus efficaces ».
Microsoft refuse peu et pour peu de raisons les demandes de retrait.
Si le moteur de recherche a reçu un nombre plus restreint de requêtes, les motifs de retrait sont proches de ceux relevés par Google. Ainsi, une « invasion dans la vie privée » est la principale cause, à hauteur de 64 %, devant une « atteinte à l'image » (8.8 %), un « préjudice à la réputation » (5.8 %), une « procédure pénale » (4.2 %), un « vol d'identité » (3.1 %), un « décès » (1.1 %), une « présomption d'innocence » (0.9 %), une « homonymie » (0.2 %) et des raisons « autres » (11.9 %).

Si Google est très largement leader, les contenus effacés restent accessibles via les autres moteurs de recherche. Il est, donc, indispensable de demander le retrait sur tous. Les internautes n'ont, pour l'instant, pas pris conscience de cela.

Photo: © Microsoft.

A voir également