Oculus VR inquiet des casques de mauvaise qualité

Oculus VR inquiet des casques de mauvaise qualité


Le PDG d'Oculus VR, Brendan Iribe, s'est dit inquiet des casques de réalité virtuelle des concurrents par rapport à la santé des consommateurs.

Les casques de réalité virtuelle sont attendus par les joueurs de jeux vidéo, car ils vont offrir une immersion totale dans les jeux. Toutefois, ce nouvel objet innovant pourra être également décliné pour d'autres utilisations. Des enjeux énormes qui intéressent les entreprises de différents secteurs. En attestent les lancements récents de casque par Samsung ou encore Archos.

Avec ces présentations, ces entreprises ont devancé le spécialiste du secteur, Oculus VR. À l'occasion du Web Summit de 2014 qui se déroule actuellement à Dublin, le PDG Brendan Iribe a parlé du développement du casque Oculus Rift. Il a indiqué que son rachat par Facebook en mars dernier a accéléré le travail de l'entreprise. Totalement indépendante, l'entreprise ne compte plus 75, mais plus de 200 salariés désormais.
Il a annoncé que son casque Oculus Rift ne sortirait que dans quelques mois. Loin de ressentir de la pression par les présentations des casques concurrents, l'entreprise préfère prendre du temps pour développer au mieux son modèle. Il a déclaré que : « (nous) voulons bien faire les choses ».
Toutefois, Brendan Iribe s'est dit préoccupé par la qualité des produits développés par les concurrents. « (Nous) sommes un peu inquiets que les grandes entreprises mettent des produits qui ne sont pas prêts ». Son inquiétude est par rapport aux risques sur la santé des utilisateurs. En effet, un casque de réalité virtuelle peut provoquer des désorientations et des symptômes de céphalée, malaise, nausée, etc. qui peuvent aller jusqu'au trouble de cinétose. Des conséquences sur la santé qui sont loin d'être anodines, et conduisent Brendan Iribe à déclarer que : « (Nous) encourageons les grandes entreprises à ne pas lancer un produit avant qu'il ne soit prêt ».

Derrière cette remarque, les casques de réalité virtuelle présentés par Archos, Samsung ou encore Google semblent concernés. En effet, ces fabricants ont préféré développer des modèles moins onéreux, mais qui dépendent d'un smartphone pour fonctionner. Ces modèles ne disposent donc pas d'un système et d'une technologie développés spécialement.

Photo: © Apple.