La Hongrie renonce à une taxe internet

La Hongrie renonce à une taxe internet


Taxer les gigaoctets transférés ? Les Hongrois ont manifesté et gagné, car le gouvernement a retiré son projet de loi.

Très endetté, l'état hongrois cherche des solutions pour renflouer ses caisses. Le 21 octobre dernier, le gouvernement a évoqué une nouvelle taxation qui pouvait rapporter beaucoup : taxer à 0.50 euro chaque gigaoctet transféré sur internet.

Très rapidement, des citoyens hongrois ont réagi en affirmant que cette taxe allait à l'encontre du déploiement d'internet dans les régions plus reculées et cherchait à museler les critiques négatives contre le gouvernement hongrois.
La commissaire européenne des nouvelles technologies, Neelie Kroes, a même twitté que cette taxe serait « une honte pour les utilisateurs et une honte pour le gouvernement hongrois. (Je) ne soutiens pas ».
En quelques jours, deux journées de manifestations ont eu lieu en Hongrie, mobilisant des dizaines de milliers d'habitants dans plusieurs villes et menaçant : « si la taxe n'est pas retirée dans les 48 heures, (nous) reviendrons ».
Cette mobilisation populaire et les réactions de la Commission européenne ont réussi à faire plier le gouvernement hongrois. Ce 31 octobre, le dirigeant du pays a utilisé le canal traditionnel de la radio pour annoncer que : « la taxe sur internet ne peut pas être introduite dans sa forme actuelle ». « Rien ne peut être validé dans ces circonstances ».

Le projet n'est pas entièrement enterré, mais le peuple hongrois a remporté une victoire. Une réussite que Neelie Kroes a saluée en se déclarant « très heureuse pour le peuple hongrois, dont la voix a été entendue ».

Photo: © Hongrie.